+ All Categories
Home > Documents > From Solvay 48

From Solvay 48

Date post: 28-Mar-2016
Category:
Upload: solvay-brussels-school
View: 230 times
Download: 1 times
Share this document with a friend
Description:
Le Magazine de la Solvay Brussels School - 4ème trimestre 2011
Popular Tags:
36
4 e trimestre 2011 N° 48 LE MAGAZINE DE LA S OLVAY B RUSSELS S CHOOL OF E CONOMICS AND M ANAGEMENT Pénélope Papandropoulos GARDIENNE DE LA CONCURRENCE à LA COMMISSION EUROPéENNE MASTER COMPLéMENTAIRE CONJOINT EN GESTION: trentenaire et toujours vert – MANAGEMENT & PHILOSOPHIES: redonnez du sens à votre entreprise SOLVAY ENTREPRENEURS monte au barreau et convainc – SOLVAY ALUMNI: a new year, a new occasion to reach out and connect! – éCONOMIE DU TRAVAIL: un domaine en perpétuelle (r)évolution – PHILIPPE VANHUYNEGEM: au chevet des micro entreprises péruviennes - TOOLBOX: la boîte à outils des asbl Corinne Dumont Ingest 1983 Managing Director chez Sequoia Objectif: 10 supermarchés bio dans les 5 ans Pr Marjorie Gassner «LES MATHS M'OBLIGENT à ME REMETTRE EN QUESTION» Trimestriel 5 € - Bureau de dépôt: Bruxelles X - N° d'agréation: P107003
Transcript
  • 4e trimestre 2011 N48

    l e m a g a z i n e d e l a S o l v a y B r u S S e l S S c h o o l o f e c o n o m i c S a n d m a n a g e m e n t

    Pnlope PapandropoulosGardienne de la

    concurrence la commission europenne

    master complmentaire conjoint en Gestion: trentenaire et toujours vert manaGement & philosophies: redonnez du sens votre entreprise solvay entrepreneurs monte au barreau et convainc solvay alumni: a new year, a new occasion to reach out and connect! conomie du travail: un domaine en perptuelle (r)volution philippe vanhuyneGem: au chevet des micro entreprises pruviennes - toolbox: la bote outils des asbl

    Corinne DumontIngest 1983 Managing Director chez Sequoia

    objectif: 10 supermarchs bio dans les 5 ans

    Pr Marjorie Gassnerles maths

    m'obliGent me remettre

    en question

    Trim

    est

    rie

    l 5

    - B

    ure

    au d

    e d

    p

    t:

    Bru

    xelle

    s X

    - N

    d

    'ag

    rat

    ion

    : P

    1070

    03

  • Many citizens are asking them-selves why banks are so big, so prone to accidents, and why they are regularly bailed out at the (increasing) expense of taxpayers.

    A classic answer by bankers and their friends is that there are substantial economies of scale in banking, and that only the biggest can survive.

    Academic studies tell another story; in com-mercial banking (deposit-taking and credit acti-vities), efficiency gains cease or revert at a fairly small size, both cost efficiency gains (which cease at balance sheet sizes of 15-20 billion euros, 3% to 4% the size of Dexia), and revenue efficiency gains (which cease at much lower levels). The cost of computer systems seems to grow more than proportionally with size, as does the difficulty and cost of risk-control.

    The only advantage used to be in the global cost of capital, because larger banks tended to work with lower capital ratios (the ratio of equity to risky assets). This was because larger banks were considered "too big to fail", and could, in normal times, get funding from the markets even with low capital ratios. No longer.

    Yet banks are merging, often with the justifica-tion that they are "pursuing efficiency gains". Studies show that most of these mergers fail; they do not bring efficiency gains, and often destroy value. The mergers that "succeed" in creating some value for the acquirers do so because they reduce competition, which is the hidden but real objective of most mergers, in most sectors.

    Thus size is pursued in commercial banking, not so much for efficiency reasons, but rather for non-economic reasons (such as the pursuit of power and size-related remu-nerations by management), and above all for an anti-economic reason: the reduction of competition.

    The combination of retail and investment banking also seems to bring little in the way of efficiency gains, but does bring implicit state guarantees and cheap funding to the market activities of those "universal" banks. Commercial banking gains very little from this "universality", though there are cases of banks abusing the confidence of their commercial banking clients by selling them toxic, market-related products they are very happy to trade and too keen to push.

    W h a t c a n b e d o n e? Commercial banking and investment banking acti-vities should be split and isolated. Competition rules should be streng-thened and banking taxes and equity requi-rements should increase above a certain level of balance sheet so as to discourage size. The banking lobbies are spending hundreds of millions to keep such regulations at bay.

    03Carte blancheric De Keuleneer

    Why smaller banksare better for the market economy

    to reduce competition is the hidden but real objective of Most Mergers

    Photo: Reporters

    ric De Keuleneer

    Professor Solvay Brussels School of Economics & Management (ULB)

  • TAX SHELTERLEADER

    Comment uFund pourrait-il vous aider rduire vos impts ?

    Grce uFund et au Tax ShelTer, 156 socits belges ont particip au film danimation europen le plus attendu de lanne et ont bnfici de 3,5 millions dconomie dimpts. Et ce nest quun des 39 films qui ont permis de soulager la charge fiscale de tant dentreprises en 2010...

    uFund - 235, Avenue Louise - 1050 Bruxelles - www.ufund.be

    En 2011, ALLEz-vouS EncoRE pAyER pLuS DimpTS quE vouS nE DEvEz ?iL nEST pAS TRop TARD pouR fAiRE AppEL LA SoLuTion Du LEADER Du mARcH !

  • Inside

    06 Portrait d'cole Ou comment Marjorie

    Gassner, professeur de math et New-yorkaise, s'est enracine en Belgique pour y dtricoter notre systme lectoral

    12 la Une Depuis 1980, le Master

    Complmentaire Conjoint en gestion, sous ses diffrentes appellations, n'a pas pris une ride. Explications.

    14 Education En s'immisant dans

    les cabinets feutrs des avocats, Solvay Entrepreneurs fait des heureux avec une nouvelle formation cible.

    16 Recherche De ses plonges en

    apne dans des bases de donnes sophistiques, Franois Rycx ramne des tudes trs pointues en conomie du travail.

    From Solvay Brussels School of Economics & Management est une publication de la Solvay Executive Education ASBL | avenue F.D. Roosevelt 50 CP 145/1 - 1050 Bruxelles diteur responsable: Bruno van Pottelsberghe | avenue F.D. Roosevelt 50 CP 145/1 - 1050 Bruxelles ralisation et production: | Tlphone: 02/640.49.13 | Fax: 02/640.97.56 | E-mail: [email protected] | Web: www.elixis.be rdacteur en chef: Laurent Violon directeur de la rdaction: Hugues Henry rdaction: Eric De Keuleneer, Claudine De Kock, Frank Degans, Hugues Henry, Benot July, Candice Leblanc, Ikram Sefiani, Candice Vanhecke, Frdric Wauters comit de rdaction: Frank Degans, Ikram Sefiani, Bruno van Pottelsberghe, Michal van Zeebroeck, Laurent Violon photos: Laetizia Bazzoni, Getty Images, iStockPhoto, Mathieu Paternoster, Frdric Raevens, ULB photo de couverture: Frdric Raevens maquette: Nomie Chevalier coordination graphique: Catherine Harmignies impression: Symeta publicit: ICS & Medial, Alain Mathieu | Tlphone: 02/230.02.33, 010/88.94.48 | E-mail: [email protected], [email protected] trimestriel tirage: 13.000 exemplaires

    Pour toute suggestion de thmes d'article: [email protected]. | Changements d'adresse: [email protected]

    Les mentions d'entreprises le sont titre documentaire. Les articles, dessins, photos illustrant la revue From Solvay ne comportent pas de publicit.

    Les articles, opinions, dessins et photos contenus dans cette revue le sont sous la seule responsabilit de leurs auteurs. Tous droits de traduction,

    d'adaptation et de reproduction rservs pour tous pays.

    NewsSommaire4e trimestre 2011 N48

    0616 24 31

    06After

    20 SolvayAlumni As we welcome in 2012, let this new

    year be our opportunity to reach out and connect!

    22 Zoom Formation Management

    & Philosophies: de nouveaux horizons pour relever les dfis.

    24 Success Story Des bancs de l'cole l'Europe, l'co-

    no miste Pnlope Papandropoulos est reste fidle la "concurrence".

    27 Zoom Nouveau programme AMP.

    28 Esprit d'Entreprise Un beau matin, Corinne Dumont

    a dcid d'acqurir les boutiques Sequoia. Un bio parcours.

    31 Expats Acharn du dracinement,

    Philippe Vanhuynegem cultive les microentreprises Lima.

    34 Initiatives Alexis du Roy revient sur son asbl

    ToolBox, trait d'union entre le monde associatif et celui du priv.

    equis accreditation: a new chapterHaving been granted the EQUIS(1) accre-ditation twice, last December our School underwent its third EQUIS accreditation process. For the first time we welcomed the EQUIS Peer Review Team to our new building and as a fully fledged Faculty within the ULB, with a new name, a new logo and a freshly appointed Dean! It was evident from the start that since the team's last visit three years ago the SBS-EM had undergone some profound changes. The necessary changes our School has embraced recently have a direct impact on the EQUIS evaluation. The EQUIS experts welcomed the dynamism of our School but also acknowledged that changes take time and require adjustments to be made along the way. For this reason, the EQUIS label should not be regarded simply as an external communication tool, but be recognised as a formidable instrument that can help guide us in our development process. Likewise, the EQUIS accreditation is a unique oppor-tunity to bring the whole School community together around one common and ambitious project. For the third time, the EQUIS process has shown us how united the school is. The outcome will be known in February, but whatever the result, our School is already the stronger for it!

    Frank Degans, Marketing Manager

    (1) European Quality Improvement System (EQUIS) is one of the most important international accreditations in higher education in management and business administration. The EQUIS label is granted by the European Foundation for Management Development.

  • www.solvay.edu

    06 Portrait d'cole

    Comment une native de New York s'enracine-t-elle en Belgique?J'ai tout simplement suivi mes parents envoys pour raisons professionnelles Bruxelles, dans le courant des annes soixante. J'avais six ans lorsque j'ai atterri en Belgique et je n'ai plus quitt ce pays Car mes parents l'ont dfiniti-vement adopt. J'y ai suivi mes tudes et c'est sur les bancs de l'cole que j'ai acquis le virus de l'enseignement.

    De fil en aiguilleVotre ambition, c'tait d'enseigner les mathmatiques l'universit?J'adorais effectivement les maths mais mon ambition premire tait d'enseigner dans le secondaire: je trouvais cela formidable. Malheu-reusement, malgr l'obtention en 1978 de ma licence en Sciences Mathmatiques complte par l'agrgation, j'ai t freine dans mes projets par le fait que j'tais de nationalit amricaine. De telles restrictions n'existant pas l'universit, j'y ai dbut ma carrire en tant qu'assistante. Puis, de fil en aiguille, je me suis oriente vers un doctorat.

    Les maths la sauce belge

    Marjorie Gassner

    Ne New York, fire de ses racines amricaines, Marjorie Gassner s'est fait un devoir d'appliquer sa matrise des mathma-

    tiques la comprhension des arcanes du

    systme lectoral la belge. La complexit ne

    rebute pas cette pdagogue hors pair!

    CV-Express

    1957 Naissance New York

    1978 Licence en Sciences Mathmatiques (ULB)

    1978 Agrgation de l'enseignement secon-daire suprieur (ULB)

    1989 Doctorat en Sciences Mathmatiques (ULB)

    1980-2006 Charges d'assistant, de premier assistant puis de charge de cours

    la Facult des Sciences sociales et

    politiques/Solvay Business School

    2005-2008 Prsidente puis vice-Prsidente du Dpartement des Sciences

    conomiques

    2006- Professeure (puis professeure ordi-naire) temps plein la SBS-EM

    2008-2010 Vice-Doyenne de la Facult Soco

    2011- Directrice des Affaires acad-miques de la Facult SBS-EM

    Texte: Benot JulyPhotos: Mathieu Paternoster

  • 07Portrait d'cole Un doctorat dont le thme, consacr

    la rpartition des siges dans les systmes lectoraux fonctionnant la proportion-nelle, tait minemment empreint de "belgitude"La Belgique a appliqu en effet un des systmes lectoraux les plus complexes au monde, qui a fait non seulement les dlices des politologues mais aussi des mathmaticiens. Le mcanisme de l'apparentement, en particulier, a parfois gnr de relles surprises: lors des lections au Snat de 1985, par exemple, la Volksunie avait obtenu un sige Nivelles avec 493 voix alors qu'elle n'en avait pas obtenu Leuven avec plus de 26.000 voix!

    Je me suis par la suite employe concevoir un systme plus juste, qui aurait permis d'vi-ter de telles incongruits, et j'ai travaill sur diverses simulations sur les consquences de l'adoption ventuelle d'un systme majoritaire, notamment.

    Au service de l'universit

    en sus de ses activits dans la recherche et l'enseignement, Marjorie

    Gassner a t membre du CA de l'universit pendant plus de dix ans,

    Vice-Doyenne de la Facult Soco et Prsidente du Dpartement des

    Sciences conomiques, entre autres.

    Pourquoi celle qui est aujourd'hui directrice des Affaires acadmiques

    de la Facult s'implique-t-elle ce point dans les organes de gestion?

    "Parfois, je me dis que c'est une question qu'il vaut mieux ne pas se poser",

    rpond-elle dans un sourire. "Je dirais que la philosophie de l'ULB est

    participative et qu'il faut donc que des acadmiques acceptent aussi d'y

    participer sinon cela n'aurait aucun sens. La plupart de celles et ceux qui

    acceptent ces responsabilits n'agissent pas par ambition personnelle,

    contrairement ce qu'on pourrait penser. Ce sont souvent des fonc-

    tions trs exposes, trs prenantes voire stressantes, et qu'il faut avant

    tout assumer. Ceci tant, quand on arrive faire bouger les choses et

    contribuer la concrtisation de projets d'envergure, comme ceux

    relatifs la fusion et la Facult par exemple, on peut aussi en

    prouver une lgitime fiert!"

    Arrive enfant en Belgique, Marjorie Gassner n'a plus quitt notre Royaume. Sa natio-nalit amricaine ne lui aura cepen-dant pas permis de raliser sa premire ambition: enseigner dans le secondaire.

    La BELGiqUE a appLiqU un des systmes lectoraux les plus complexes aU MoNdE

    Ces recherches ont conduit la mathma-ticienne que vous tes collaborer avec le Crisp, le Cevipol et divers politologues comme pascal delwit. La rencontre de deux mondes opposs?En apparence seulement, car nos disciplines sont en ralit trs complmentaires. Le grand public peut le percevoir notamment lors des grandes soires lectorales, lorsque les politolo-gues analysent en direct la tlvision les pro-jections qui leur sont livres par les modles que nous faisons tourner en coulisses.

  • 08

    www.solvay.edu

    Portrait d'cole

    Je collabore rgulirement avec Pascal Delwit dans ce cadre, et je trouve cela particulirement passionnant: il faut parfois laborer trs rapide-ment sa demande des projections en siges cibles sur telle ou telle circonscription, par exemple, en travaillant videmment sans filet. Je me souviens en particulier d'une soudaine monte d'adrnaline lorsque, lors des lections rgionales de 2004, nous avons t les seuls prdire une victoire du PS Bruxelles, contre-courant d'autres projections qui voyaient le MR remporter le scrutin!

    Le challenge tudiants Vous disiez adorer l'enseignement. Ne

    le prenez pas mal, mais n'est-ce pas une condition d'autant plus indispensable s'agissant des mathmatiques?C'est vrai que c'est un challenge! Beaucoup d'tudiants sont rfractaires aux maths et y voient essentiellement un obstacle qu'il faut tenter de surmonter sans trop de dommages: en tant que professeure, je considre donc pareil enseignement comme un dfi qui m'oblige constamment me remettre en question. Si mon objectif n'est peut-tre pas de leur inculquer la passion des mathmatiques, mon devoir est de leur permettre de bien matriser cet outil: bien que classifie dans les sciences humaines, la

    science conomique est en effet grande "utili-satrice" de mathmatiques. Ce faisant, je m'ins-cris dans une longue tradition d'excellence, tant du ct de l'ex-Solvay Business School que du ct de l'ex-dpartement de Sciences cono-miques de l'ULB qui a toujours bnfici d'une excellente rputation en raison de son orienta-tion trs quantitative.

    Vos efforts n'ont pas t vains: vous avez t rcompense en 2005 du prix Socrate de l'enseignement, dcern par les tu-diants. Une fiert?Assurment! Cela m'a prouv que mes efforts taient payants. Je n'ai d'ailleurs jamais cess de rflchir l'attractivit de ma pdagogie vis--vis d'un public dont les attentes ont for-cment chang au cours des annes. Cela fait par exemple six ans que j'utilise un "Tablet PC" qui projette des slides sur lesquels je peux crire en temps rel, mettre du fluo, dcliner divers autres outils. Plusieurs professeurs ont depuis lors adopt cette technique qui permet de rendre une matire complexe, disons un peu plus accessible.

    PAssioNs extraprofessionnelles

    Fan de sport, Marjorie Gassner avoue une vritable passion pour le

    foot et le club d'Anderlecht en particulier. "Il fut une poque o j'tais

    mme abonne", avoue-t-elle en signalant avoir ctoy au stade des

    collgues qu'elle a promis de ne jamais dnoncer! "J'aime aussi

    le rugby ou le cyclisme, au point de me rendre en vacances cer-

    tains endroits mythiques du Tour de France comme l'Aubisque, le

    Tourmalet ou le Galibier." Elle cultive aussi cette passion pour le sport

    en pratique puisqu'elle joue au hockey depuis des annes.

    rayon culturel, cette native de New York a pris soin de conserver

    sa bi-culturalit et apprcie en particulier lire en anglais des auteurs

    comme John Irving, Nick Hornby ou Mark Haddon dont elle

    recommande, en particulier, la lecture du roman "The Curious

    Incident of the Dog in the Night-Time", plusieurs fois prim.

    enseigner LES MathMatiqUES m'oblige CoNStaMMENt me remettre en question

    Une de ses spcia-lits? Faire tourner des modles qui permettent aux politologues, lors des soires lectorales, de com-menter en direct des projections sur les rsultats.

  • News09News

    Ranking RePEc: http://ideas.repec.org/top/top.young.html.

    Page personnelle de Domenico Giannone: http://homepages.ulb.ac.be/~dgiannon/.

    Roch Doliveux, CEO d'UCB, est l'origine du Caring Entrepreneurship Fund. Ce fonds gr par la Fondation Roi Baudouin soutient des projets de cration d'entreprises dans le secteur des soins de sant. Lors d'une confrence en novem-bre, il a prsent cette initiative originale et dbattu avec trois entrepreneurs, Jean-Claude Ettinger et Olivier Witmeur sur le thme de "Entrepreneurship in Healthcare, Building a better world".

    Une belle occasion de mettre en avant une conception plus socitale de l'entrepreneuriat et de participer la construction d'un monde meilleur.

    Last but not least, le fonds recherche des projets, avis aux entrepreneurs!

    Comment faire d'un pays une terre de start-ups et d'entrepreneuriat? Suite une discussion de cas au cours d'entrepreneuriat du MBA, dont Olivier Witmeur est titulaire, une tudiante, Tamar Ribashvily, a contact l'ambassade d'Isral, un pays dont le succs entre-preneurial n'est plus dmontrer. L'ambassade a rapidement propos de profiter de la venue en Belgique de Saul Singer, co-auteur du best seller interna-tional "Start-up Nation", pour organiser

    une confrence qui nous a directement renvoys la situ-ation de notre petit pays.

    En route vers une Belgique plus entrepreneuriale? Le livre "Start-up Nation" est maintenant disponible en franais. Nous n'avons aucune excuse!

    RePEc (Research Papers in Economics) est une plateforme collaborative rassemblant des centaines de volontaires de 75 pays en vue d'encourager la diffusion des rsultats de recherche en conomie. Elle comptabilise aujourd'hui plus d'1 million de documents (tudes, articles de journaux) accessibles via son site Web.

    Grce cette base de donnes, RePEc est en mesure de fournir divers rankings. Parmi ceux-ci, celui sur les conomistes les plus jeunes (sur base de leur premire publication), o notre Pr Domenico Giannone (38 ans; galement chercheur ECARES) se classe parmi les 10 premiers!

    Caring Entrepreneurship Fund,un fonds d'investissementpas comme les autres!

    Un jeune conomiste au top

    1 De gauche droite: Olivier Witmeur, Dr Jean-Baptiste Niedercorn, Philip Mathuis, Dr Genevieve Moreau, Roch Doliveux, Jean-Claude Ettinger.

    2 Dbat anim par Christophe Deborsu.3 Roch Doliveux, CEO d'UCB, fondateur du Caring Entrepreneurship Fund.

    Tl.: 070/233.065

    www.kbs-frb.be

    Dan Senor, Saul Singer: "Isral: la nation start-up". d. Maxima Laurent du Mesnil, 2011, 368 p. (env. 25 ).

    www.startupnationbook.com

    Pr Domenico GiannoneSaul Singer

    R

    oc

    h D

    oliv

    eu

    x

    1

    R

    oc

    h D

    oliv

    eu

    x

    2

    R

    oc

    h D

    oliv

    eu

    x

    3

    D

    .R.

    Belgique, royaume start-up?

  • Le 21 dcembre tait le premier jour de lhiver. Pour les plus dmunis en Belgique, ctait le dbut dune priode difcile durant

    laquelle leur sant est mise rude preuve.

    Grce vos dons Mdecins du Monde, nous avons dj pu apporter soin et assistance de nombreuses personnes qui passent lhiver dans la rue.

    Continuez donner pour que le 21 dcembre... reste le dernier jour de lhiver.

    Pour quil ny ait pas dhiver sans soin, faites un don au BE26 0000 0000 2929 ou sur medecinsdumonde.be

    Mdecins du Monde soigne aussi en Belgique.

    www.medecinsdumonde.be

  • NewsNewsWho's who?

    Luc Lejeune

    Sa fonction: Financial Manager Solvay Executive Education

    Son background: Bachelier en comptabilit. 3e cycle en TVA HEC Lige. Depuis 2004, Luc est responsable de la gestion comptable de l'ASBL Solvay Executive Education. Il est galement inscrit l'Institut Professionnel des Comptables et Fiscalistes agrs (IPCF) depuis 2008.

    [email protected]

    Tl.: +32-(0)2/650.48.68

    Avenue F.D. Roosevelt 42, 1050 Bruxelles

    Anna Calgaro

    Sa fonction: Senior Project Manager Solvay Executive Education

    Son background: tudes en interprtariat de confrence l'Universit de Bologne. Diplme complmentaire en Relations Internationales l'ULB. Depuis son arrive la SBS-EM en 2005, Anna a assur la gestion de plusieurs programmes d'Executive Education.

    [email protected]

    Tl.: +32-(0)2/650.66.73

    Avenue F.D. Roosevelt 42, 1050 Bruxelles

    Carine Guillaume

    Sa fonction: Responsable de l'Administration facultaire SBS-EM

    Son background: Licence en Sciences conomiques en 1993 l'ULB. Carine a travaill travaill pendant 17 ans au Dpartement Recherche de l'ULB o elle a exerc le mandat de Secrtaire du Conseil de la Recherche et Responsable de la Cellule Recherche.

    [email protected]

    Tl.: +32-(0)2/650.48.30

    Avenue F.D. Roosevelt 50, CP 135, 1050 Bruxelles

    Pour se rinventer, les managers devraient sortir davantage de leur environnement quotidien Partant de cette ide, Michel Vlasselaer, ingnieur commercial Solvay et professeur la SBS-EM, nous convie un voyage jalonn de 20 rencontres avec des passionns: golfeur, designer, danseuse, arbitre, alpiniste, jardinier, pompier, institutrice... choisis pour leur capacit vous inspirer et vous donner l'envie de rechercher des paralllismes avec le monde des entreprises. Son ouvrage nous offre une bibliothque d'images mentales, regroupes autour de trois

    priorits, incontournables dans le contexte de crise et de changements profonds: travailler sur soi-mme, forger le futur et entraner les autres.

    Michel Vlasselaer avait prcdemment publi les ouvrages "Du contrle de gestion au pilotage d'entreprise" et "Transformer l'entreprise" (galement illustr par Kanar), aux ditions Academia-Bruylant.

    inspire les managersMichel Vlasselaer (Ingest 1986)

    Michel Vlasselaer: "Managers, inspirez" (illustration deKanar, alias Bernard Querton, cartooniste attitr del'hebdomadaire "Moustique"). d.:Academia (www.editions-academia.be), 2011, 128 p. (env. 27 ).

    D

    .R.

    11

    iS

    toc

    kph

    oto

    D

    .R.

    D

    .R.

    D

    .R.

  • www.solvay.edu

    la une 1230 ans de succset toujours vert!

    Le saviez-vous? Le MCC en Gestion est l'un des rares programmes qui puissent se permettre de slectionner, chaque anne, 75 participants sur quelque 150 candidats. En outre, la plupart

    d'entre eux sont des ingnieurs civils, ayant obtenu une grande distinction, voire la plus grande l'issue de leurs tudes et dots d'une exprience pratique de 3 5 ans. Le Pr Faska Khrouz, directeur acadmique du programme, lve le voile sur cette russite.

    Concepts et pratique Rappelez-nous les caractristiques et

    objectifs du MCC en gestion.Pr Faska Khrouz: Le MCC en gestion est, depuis son lancement, un programme horaire dcal organis sur deux ans qui s'adresse des dipl-ms universitaires (n'ayant pas fait l'conomie ou la gestion) ayant acquis quelques annes d'exprience. Il s'est fix comme objectif de former non pas des spcialistes, mais des gnralistes de haut niveau avec une parfaite matrise des outils de gestion. Il vise assurer de manire optimale la passerelle entre la for-mation antrieure des participants et le haut niveau d'exigence de la gestion d'entreprise.

    MCC en gestion

    Cre en 1980, la Licence spciale en gestion a souffl ses 30 bougies le 24 novembre

    dernier. Devenue en 1995 le

    DES en gestion, puis le Master

    Complmentaire Conjoint en

    gestion en 2007, cette formation

    demeure l'un des programmes

    phares de la SBS-EM.

    "Le DES en gestion est un programme excep-

    tionnel qui m'a permis de dvelopper ma

    formation de management de base, notam-

    ment dans des matires pointues comme la

    finance, le marketing, le contrle de gestion

    et les ressources humaines. La formation se

    passe dans une atmosphre particulire-

    ment agrable avec des participants issus

    d'horizons professionnels varis et de

    formation pluridisciplinaire."

    Un vritable tremplin

    Gilles Gevers(promotion 1997)

    Principal Advisor chez Dexia Real Estate Banking

    L'inStaR DE La SBS-EM, LE programme a adopt une stratgie d'ouverture DE SES EnSEignEMEntS

    Photos: gettyimages, Reporters, D.R.

  • la une13Le programme combine harmonieusement l'acquisition des concepts de base et la mise en application des comptences acquises. Outre un modle intgrateur des participants prove-nant d'horizons acadmiques et professionnels divers, un module de base et un module de synthse sont consacrs aux quatre ples clas-siques du management que sont la finance, le contrle, la stratgie et le marketing.

    Les raisons du succs Quelles sont, selon vous, les raisons du

    succs du programme?L'image et le rgime svre de la SBS-EM dteignent invitablement sur le MCC en gestion et les raisons principales de son succs sont inhrentes: la qualit d'une formation quilibre et

    horaire dcal sur 2 ans qui allie thorie et cas pratiques;

    l'adaptation constante des cours aux besoins du march; le volume horaire par cours a diminu et le nombre de cours a sensible-ment augment: si, vers 1990, les cours se donnaient raison de 2 soirs par semaine et le samedi, actuellement ils se donnent presque 4 soirs par semaine et le samedi;

    un corps professoral compos d'acad-miques et de professionnels de renom;

    aux mthodes pdagogiques actives; une slection relativement svre qui pri-

    vilgie les candidats haut potentiel et ayant accumul quelques annes d'exprience;

    des dlibrations rigoureuses et selon les mmes rgles que celles des ingnieurs de gestion de la SBS-EM;

    au profil des participants dont un grand nombre sont des ingnieurs civils.

    Au-del de toutes ces qualits, le rapport qualit-prix est excellent ds lors que nous offrons une formation de trs haut niveau de type MBA, en 2ans, sur base d'un minerval classique d'environ 800 aboutissant un diplme officiel Solvay de la Communaut franaise de 120ETCS.

    Ouverture l'international Comment le programme a-t-il volu

    en30 ans?Pour rpondre au dfi de l'internationalisation du monde de l'entreprise, la SBS-EM a adopt une stratgie active d'ouverture de ses ensei-gnements et le MCC en gestion a suivi: en consolidant la premire anne par 2cours de

    Comptabilit financire et de Droit comptable; en crant un cours d'Anglais des affaires; en toffant les 3 options de 2de anne avec les

    cours d'Audit, d'Entrepreneurship et de Fiscalit; en actualisant certains cours comme Strategy,

    Management Information systems, Project management, Activity based costing, Activity based management et Balanced scorecard, Advanced accounting avec les IFRS, etc.;

    en intgrant le TFE (travail de fin d'tudes) sous forme de mmoire scientifique ou de rsolu-tion d'un problme rencontr par le partici-pant dans l'entreprise qui l'emploie;

    en participant des accords d'change d'tu-diants avec la Reims Management School et en permettant certains tudiants de suivre un programme d't l'Universit Tsinghua de Pkin.

    quels dfis le MCC en gestion est-il confront pour l'avenir?En raison de la concurrence relativement forte dans ce domaine, nous devons, d'une part, maintenir les ingrdients qui assurent le succs de notre formule, et, d'autre part, rester l'coute de notre "clientle", constitue la fois des participants et des entreprises qui les emploient, pour adapter nos programmes et rpondre de manire constante aux besoins de l'industrie.

    MCC en gestion

    E-mail: [email protected]

    Tl.: +32 (0)2 650.31.99

    www.solvay.edu/master- complementaire-conjoint-en-gestion

    "Le module consacr aux administrateurs de

    PME a le mrite, mme pour des personnes

    exprimentes, de dcrire de faon pragma-

    tique des aspects qu'il faut garder l'esprit,

    comme les obligations et devoirs de tout admi-

    nistrateur. Cette formation me permet d'avoir un

    regard neutre et conscient par rapport cette

    fonction et de susciter des questions quant

    notre propre organisation. Nous discutons

    avec les autres participants et apprenons

    autant les uns des autres que du forma-

    teur. C'est un miroir de rflexion."

    Rflexion et pragmatisme

    Sbastien Bieva(promotion 2002)

    CFO de la Socit Gnrale Brussels/Amsterdam

    "La formation vise assurer de manire optimale la passerelle entre la formation antrieure des participants et le haut niveau d'exigence de la gestion d'entreprise", explique le Pr Faska Khrouz, directeur acadmique du programme.

  • www.solvay.edu

    Les dfis sont nombreux pour celles et ceux qui sont appels assurer la croissance et la prennit des cabi-nets d'avocats. Une telle entreprise associative impose, ds sa cration et tout au long de son dveloppement,

    des prises de dcision stratgiques en vue de garantir sa bonne gestion. L'avocat est donc constamment confront des choix et se doit de faire valoir ses talents de gestionnaire.

    la demande du BarreauLa formation "L'avocat dirigeant de son entre-prise", conue la demande du Barreau de Bruxelles, a t labore prcisment pour per-mettre l'avocat gestionnaire de mieux matri-ser l'ensemble des questions de stratgie et de gestion auxquelles son cabinet doit faire face. Pas tonnant ds lors que le succs soit au ren-dez-vous! Quelques semaines aprs l'annonce du lancement de ce programme, la formation tait dj complte. De nombreux avocats se sont retrouvs sur liste d'attente Fidle l'es-prit de Solvay Entrepreneurs, ce programme vise en effet proposer un maximum d'interactivit

    Les avocatsprennent la barre

    Une premire!

    Education 14Fvrier 2011: Solvay Entrepreneurs lance "L'avocat dirigeant de son entreprise", la toute premire formation

    ddie aux associs et

    futurs associs de cabinets

    d'avocats. Un an plus tard,

    quel bilan tirer?

    LES cabinEtS d'avocatS sont aussi des entreprises

    "Le Barreau de Bruxelles compte 7.000avocats

    et plusieurs centaines d'associations et de

    groupements. La professionnalisation de la

    gestion est l'ordre du jour. Au printemps

    2001, Solvay Entrepreneurs a organis une

    formation qui a rencontr un vif succs: mar-

    keting, client development, key performance

    indicator, business plan taient l'ordre du

    jour. Ce sminaire n'a malheureusement

    pas pu accueillir tous les avocats inscrits

    tant leur nombre tait grand. Signe des

    temps, les avocats bougent, vivent et

    se professionnalisent."

    Jean-Pierre Buyle, btonnier au Barreau de Bruxelles, Ordre Franais des Avocats

  • entre participants et formateurs, ce qui impose de limiter le nombre des inscriptions. Seule une vingtaine de personnes ont ainsi pu participer aux premires sessions.

    Le fond du dossier"L'avocat dirigeant de son entreprise" est destin aux associs de cabinets en croissance, aux avocats qui envisagent de crer leur asso-ciation ou encore aux avocats soucieux du dveloppement de leur cabinet. Le programme se compose de cinq modules indpendants dispenss en 5 journes intensives et haute valeur ajoute, rparties sur 3 mois.

    Les thmes dvelopps sont: 1. la gouvernance et la gestion de l'associa-

    tion (Quel est le modle associatif optimal? Comment le mettre en uvre?),

    2. la gestion des ressources humaines (Recru-tement, formation, gestion des conflits, du temps et du stress),

    3. la stratgie d'un cabinet d'avocats (Analyser l'environnement, dfinir un profil strat-gique et une stratgie de croissance),

    4. le marketing et le business development (Comment dfinir une stratgie et un plan d'action marketing?),

    5. la gestion financire, la rentabilit et la tari-fication (Comprendre la rentabilit, grer la tarification et les autres variables).

    Les experts la barreL'un des points forts de la formation est, sans aucun doute, la constitution d'une quipe pda-gogique bicphale. Chaque module de cours est en effet rehauss par l'intervention d'ex-perts du secteur juridique invits par le forma-teur de Solvay Entrepreneurs. En 2011, Christian Chruy, Olivier Clevenbergh, Franois De Bauw, Aimery de Schoutheete, Xavier Thalasso et Stanislas van Wassenhove ont ainsi partag bril-lamment leurs expriences et connaissances. La qualit des interventions de ces derniers a incontestablement permis aux participants de mieux comprendre les rpercussions de ces dfis spcifiques sur le dveloppement de leur association.

    Education15EnFin!

    "Enfin une formation au management pour

    des avocats par des avocats et de vrais

    professionnels du management. Si nos cabi-

    nets sont des entreprises, elles ne sont pas

    des entreprises comme les autres. Il tait

    donc essentiel que les formateurs nous

    connaissent et nous comprennent. C'est le

    cas. Pas de grandes thories donc, mais au

    dpart d'exemples parlants, des recom-

    mandations concrtes et pragmatiques,

    directement applicables."

    Benot de Montpellier, avocat, Lexabel

    Emmanuel Hupin, avocat, CAIRN Legal

    UnE ExpriEncE passionnante

    "Excellente initiative que de former les avocats

    et surtout les associs d'une petite structure,

    comme Lexabel, aux tches de dirigeant d'une

    entreprise. Co-fondateur en 2010 d'une petite

    association (6 associs), j'ai eu l'opportunit de

    repenser les paramtres utiles pour russir ce

    challenge, grce : "Profil rel de chaque avocat",

    "L'art de bien communiquer", "L'exercice toujours

    prilleux de l'auto-valuation", "L'importance

    du leadership" Une exprience aussi pas-

    sionnante que le Cepac en 1986-87."

    Le prochain rendez-vous "L'avocat dirigeant de son entreprise" se tiendra en fvrier 2012.

    www.avocats. solvayentrepreneurs.be

    Vronique BastienTl.: 02/[email protected]

    photos: GettyImages, D.R.

    PoUR amliorer le retour sur investissement, Un suivi individuel est PRoPos L'IssUe De LafoRmatIon

    Un investissement rentableEnfin, sachez que le prix de la formation est trs attractif grce aux subventions de la Rgion de Bruxelles-Capitale et de la Wallonie. Et pour amliorer le retour sur investissement, un suivi individuel est propos l'issue de la formation (8 heures de coaching individuel), dont l'objectif est d'aider mettre en uvre les acquis de la formation. Quoi de plus normal pour une formation qui se fait l'avocat de votre cause?

  • www.solvay.edu

    En quoi consistent vos recherches?Franois Rycx: Depuis plusieurs annes, je tra-vaille sur la constitution de bases de donnes apparies; elles croisent les donnes dispo-nibles sur des milliers de travailleurs et d'entre-prises pour de longues priodes. Ces donnes permettent d'tudier de manire extrmement prcise les dterminants des salaires et de la productivit des entreprises. Il s'agit d'un champ d'tude extrmement vaste et trs fertile, que nous commenons peine explorer.

    L'conomie du travail:un domaine en perptuelle (r)volution

    Recherche 16

    Franois Rycx, chercheur au DULBEA

    La sophistication croissante des bases de donnes disponibles permet des recherches de plus en plus pointues en conomie du

    travail et des ressources humaines. Franois

    Rycx y consacre son travail de chercheur.

    Question de confiance Comment construisez-vous ces bases de

    donnes?J'ai commenc partir de donnes trans-mises par le SPF conomie. Au fil du temps, la confiance s'est installe et j'ai pu enrichir ces donnes de dpart avec des informations finan-cires sur les entreprises et d'autres plus prcises sur les travailleurs (sexe, ge, qualifications, fonc-tions exerces, etc.). Aujourd'hui, je peux tudier sous tous leurs angles les liens qui existent entre salaire, niveau de qualification, productivit, politique de rmunration, exportations, impor-tations, chiffre d'affaires et bnfices des entre-prises. Ces tudes peuvent aussi bien concerner le niveau microconomique que le niveau macroconomique, avec galement des com-paraisons internationales. Ainsi, j'ai par exemple tudi l'influence des systmes de rmunra-tion lis la performance sur la productivit des travailleurs: les rsultats (notamment publis

    Texte: Frdric Wauters Photos: GettyImages, D.R.

  • dans le "British Journal of Industrial Relations") montrent, de manire trs intressante, que la rmunration la performance a ses limites; lorsque les disparits salariales deviennent trop importantes, elle peut mme avoir un effet contre-productif. Je me suis galement int-ress aux diffrences salariales entre hommes et femmes. Grce aux donnes plus prcises dont nous disposons, nous avons pu mettre en vidence que les femmes sont plus souvent pr-sentes, en Belgique comme l'tranger, dans les entreprises o les profits moyens sont plus bas. Alors que les carts salariaux entre hommes et femmes sont de 20 25% en tenant compte des primes et boni annuels, environ 15% peuvent tre expliqus par cette distribution ingale de la main-d'uvre entre entreprises, autrement dit par le phnomne de "partage de la rente".

    Force de travail et pyramide des ges

    Vous tudiez aussi un sujet trs actuel: le lien entre ge, productivit et salaires?L'Europe fait face un vieillissement important de sa population. Cette volution dmographique

    Recherche17

    L'conomie du TRavaiL en 4 questions

    Que savons-nous de plus aujourd'hui

    qu'il y a 5 ou 10 ans?

    Aujourd'hui, des statistiques plus exhaustives

    nous permettent de mener des recherches

    beaucoup plus pointues. Nos travaux sur les

    diffrences salariales hommes-femmes ou

    concernant la productivit des travailleurs

    par classe d'ge n'auraient par exemple pas

    t possibles il y a 10 ans.

    Pourquoi choisir ce domaine?

    L'conomie du travail est la croise de

    plusieurs disciplines: l'conomie, la gestion

    des ressources humaines, les relations col-

    lectives de travail, la sociologie du travail,

    l'conomtrie applique, etc. C'est un

    domaine extrmement vari et passionnant,

    dont l'volution rapide ouvre sans cesse de

    nouvelles perspectives. Mes publications

    et recherches en cours, notamment finan-

    ces par la Politique scientifique fdrale et

    l'European Trade Union Institute, refltent

    cette varit (cf. ma page personnelle:

    http://homepages.ulb.ac.be/~frycx/).

    Quel est l'impact rel ou potentiel de

    vos recherches sur la pratique?

    Mieux comprendre le fonctionnement du

    march du travail nous permet d'valuer

    les consquences des politiques menes

    par les entreprises et les tats, mais aussi

    d'envisager et de chiffrer les alternatives. En

    mettant par exemple en vidence la dispa-

    rit entre productivit marginale et salaire

    chez les plus gs, nos rsultats suggrent

    que la suppression des diffrents systmes

    de prretraite pourrait s'avrer nfaste pour

    la productivit des entreprises, sauf si on

    met paralllement en place un systme de

    formations cibles et d'amlioration des

    conditions de travail.

    Quel est l'apport de vos recherches sur

    l'enseignement la SBS-EM?

    Comme je dispense des cours d'cono-

    mie du travail, d'conomie politique et

    d'conomtrie la SBS-EM et la Facult

    des Sciences Sociales et Politiques, je

    peux y intgrer directement le rsultat

    de mes recherches.

    La recherche, un TRavaiL d'quiPe

    L'quipe dont fait partie Franois Rycx comprend plusieurs docteurs et

    futurs docteurs en conomie.

    Elle se concentre essentiellement sur des sujets relatifs l'conomie du

    travail et des ressources humaines.

    En font partie: Alessandra Cataldi, Andrea Garnero, Stephan

    Kampelmann, Bernhard Michel et Ilan Tojerow.

    a des consquences non ngligeables notam-ment sur la gestion des ressources humaines au sein des entreprises. Or, de nombreuses ques-tions restent en suspens. Quelle est l'influence de la pyramide des ges sur la productivit des entreprises? Les travailleurs gs sont-ils pays leur productivit marginale, c'est--dire en adquation avec ce qu'ils rapportent en valeur aux entreprises? Qu'en est-il des travailleurs plus jeunes? Nous venons de terminer une tude, "Does It Pay to Be Productive? The Case of Age Groups", paratre dans l'"International Journal of Manpower", o nous montrons que, en moyenne, les travailleurs jeunes sont pays en de de ce qu'ils rapportent en valeur aux entreprises alors que les travailleurs gs de plus de 49 ans sont "surpays". Ce mcanisme de paiement diffr peut tre bnfique tant pour l'employeur que pour les travailleurs sur des marchs "internes" du travail, c'est--dire au sein d'entreprises o les emplois vacants sont priori-tairement pourvus par des promotions internes. En revanche, l'optimalit de ce systme de paie-ment est moins vidente sur le march externe.

    un moment o les travailleurs gs sont encou-rags rester plus longtemps sur le march du travail, nos rsultats plaident pour davantage de formation professionnelle et soulignent l'impor-tance des conditions de travail afin d'viter que les comptences, la sant et la productivit des travailleurs ne se dtriorent prcocement.

    NouS commenons PEINE explorer ce champ d'tude ExtRMEMENt VaStE

  • www.solvay-alumni.net

    New

    s

    General Meeting 2012 Notice to attend

    The Annual General Meeting of SolvayAlumni asbl/vzw will take place on Monday 19 March 2012 at 6.30 pm in the Solvay Brussels School Building (Avenue Roosevelt 42, 1050 Brussels).

    Agenda: Welcome; Approval of the Minutes of the Ordinary

    General Meeting of 21 March 2011; Report on the Association's activities and

    financial situation; Vote on the annual accounts for the last

    financial year and on the budget for the current year;

    Discharge of Board members; Appointment of new members to the Board

    of Directors and to the Executive Committee; Drinks.

    All powers of attorney must be received by the Secretary ([email protected]) at the latest three days before the general meeting; no member may represent more than five other members.

    Only contributing members are allowed to vote.Everyone welcome!

    On behalf of the Board,

    Gilles SAMYN Sbastien ERKENSChairman Secretary-General

    J

    ean

    Jo

    ttar

    d

    J

    ean

    Jo

    ttar

    d

    Violaine Verstraete, Kirschen Prize

    Dear Alumni

    As we welcome in 2012, let this new year be our opportunity to reach out and connect!

    Your association has continued to grow and improve over the years. Indeed, today it represents a vast relational network which many of us already know and use. The association provides you with a host of services, activities and benefits, from the seriously professional to the seriously fun.

    As you know, the driving force behind your association is its Board of Directors, whose mission is to initiate the actions needed and to set priorities. Our Directors and Mandate Holders remain the key players in our voluntary system.

    To support the Directors and to help our members in the best way possible, the Office team - now managed by Aurlie Dusausoy (Alumni 2009) - is there to ensure homogeneity and to involve the Schools, students and Alumni in each of their reciprocal activities.

    The Office team will make sure that all activities fit perfectly into one of the five activity areas that have been identified during the strategic work carried out in the early part of 2011:

    Effective networking Career management Continuing education Schools support Impact on business and society

    Fostering our network cannot happen without YOU! We therefore welcome your feedback and are available to help you get connected. If you have any project ideas, stop by our offices or contact us and let's see them through together!

    We wish you a successful and happy 2012!

    Devotedly yours,

    H. Dethienne, A. Dusausoy, F. Becker, G. Samyn, M. van Zeebroeck

    Editorial

  • 19News

    SolvayAlumni Sponsors

    By knowing the costs of IT services, and making them transparent, IT

    organisation can change the way business units consume IT resources, drive down total enterprise IT costs, and focus on IT spending that delivers real business value.

    More than 30 people attended the event sponsored by "Tri ICT": Alain Delvaux and Marc Pelsser presented the company while Frdric Gigot and Jan Muchez told us how to control costs based on their experience in the IT sector.

    How do banks spend their IT budget?

    A Running the bank ~70%;

    B Supporting new strategies ~20%;

    C Adapting to regulations ~10%.

    Sixty-five (~65%) of IT costs are labour costs.

    What are the challenges?

    A IT systems are designed to manage peaks (but rarely reach them);

    B There are too many product managers who purchase redundant assets.

    What types of IT expenditure?

    A Fixed assets however the vast majority are underused;

    B Intellectual property & maintenance;

    C Labour.

    How to reduce your structural costs?

    A Optimize your processes;

    B Review your services (Does your SLA match your customers' needs? Is it too high?);

    C Review your product portfolio and

    D Negotiate support contracts as ~20 % of your costs are linked to tools you do not use.

    How to reduce your IT costs by 20% to 30% in three years?

    A Lock the IT budget of the entities that use your Information Systems;

    B Ask them to pay the same IT budget for 3 years based on an agreed key distribution and (c) Let your IT experts manage and optimize your IT costs.

    The event ended with a Q&A session followed by a walking dinner including great wines.

    Abdelkrim Boujraf

    SBS-EM Graduation Ceremony: de Barsy and Kirschen Prizes

    On 17 September 2011, as tradition has it, the SBS-EM Graduation Ceremony provided an opportunity for Solvay Alumni to present the celebrated de Barsy and Kirschen Prizes. These are awarded in recognition of outstanding dissertations in management science and economic science respectively.

    de Barsy PrizeSolvay Alumni President Gilles Samyn instrumental in the creation of this prize back in 1986! had the privilege of presenting the de Barsy Prize to Astrid Herinckx for her dissertation entitled: "The impact of short selling regulatory constraints on European Equities", written under the direction of Professor Ariane Szafarz.In the words of Gilles Samyn, this 25th de Barsy Prize is awarded in recognition of an excellent dissertation that combines a rigorous analytical approach with innovative structure and results and makes a genuine scientific contribution to an important social issue.

    Kirschen PrizeThe Kirschen Prize was then presented by Solvay Alumni Vice-President Marianne Fraeys, who took the opportunity to recall that this prize rewards a dissertation that, in addition to displaying excellence, must also address a specific subject area, ie applied economics and/or be a policy-oriented dissertation. Furthermore, the prize should be perceived as a sign, acting as a future springboard for the recipient, but also for all those nominated, in their possible research careers.The Kirschen Prize was awarded to Violaine Verstraete, working under the supervision of Professor Franois Rycx, for her dissertation on The effects of delocalisation on the employment market.The two prize winners were each presented with a cheque for 1250. Our congratulations to Violaine and Astrid!

    J

    ean

    Jo

    ttar

    d

    Astrid Herinckx, deBarsy Prize

    Tri ICT Unravelling the mystery of IT costs

  • www.solvay-alumni.net

    New

    sThe "Master Complmentaire Conjoint en Gestion" (previously known as the "Licence en gestion" and the "DES en gestion") run by the SBS-EM (ULB) has turned 30 this year. It has not only proven its dyna-mism through its continuing success in terms of stu-dent recruitment and the quality of its programme, but also - as clearly demonstrated at its 30th birthday party on 24 November 2011 - through the interesting and very diversified positions achieved by its alumni, their continued enthusiasm and - last but not least their active role within the SolvayAlumni association.

    Olivier Chapelle, CEO of Recticel and star guest at the November party, not only made us proud to see one of the MCC en Gestion alumni achieve such a prominent position, but also reminded us during his presenta-tion how useful the programme had been to him (and to many others) in terms of methodology, tools, views and skills. Taking adaptability to change and reacting to volatility as examples, he explained how a group like Recticel was able to cope, using the resources he had learned to use at the SBS-EM and developed during an already rich professional career.

    The MCC in Management turns 30!

    Faska Khrouz (current director of the programme), Andr Farber (professor and founder of the pro-gramme), Simon Golstein (one of its first professors) and Gilles Samyn (professor and also current president of SolvayAlumni) then highlighted (not without humour) some of the main features and achievements of the programme. This was followed by a well-attended and lively reception.

    There were, of course, photos (some of which are shown on this page), and a birthday cake (courtesy of alumni Jean-Marc Benker, CEO of Profiler Consulting) was sacrificed while cham-pagne (courtesy of Gilles Samyn, CEO of CNP) started to flow. Newly appointed "ambassadors" (by year of graduation) helped make the event a success and a few more decided to apply there and then (applications are not closed by the way)!

    Hugues Dethienne and Paul Hermant

    From left to right: Jean-Marc Benker (Profiler Consulting, who offered the cake), Olivier Chapelle (Recticel), Faska Khrouz and Andr Farber.

    O

    livie

    r M

    ele

    be

    ck

    O

    livie

    r M

    ele

    be

    ck

    O

    livie

    r M

    ele

    be

    ck

    O

    livie

    r M

    ele

    be

    ck

    O

    livie

    r M

    ele

    be

    ck

    O

    livie

    r M

    ele

    be

    ck

  • 21News

    SolvayAlumni Sponsors

    These days it's impossible not to have heard about the so-called "social media" and their influence on company life. Consultants from Kurt Salmon(1) brought Solvay Alumni up to speed on this new phenomenon with an unusual surprise at the end!

    Social media on Saint Nicolas' Day

    Well-being at work: a real management issue or just another HR disease?

    Nowadays, Human Resources play a crucial part in the development of any company. The HR function is not seen as a pure expense (people expense) anymore and is increasingly considered as a critical investment and legitimate expense to further a company's strategy and achieve its objectives. In highly performing companies, people issues are the responsibility of all managers, supported by HR staff. "Well-being at work" is a topical subject and a genuine risk management issue for all Managers.

    So what about well-being?

    Is it appropriate and reasonable to talk about "well-being" at work when the effects of the economic crisis are still all-pervading for your company? This event looks at "well-being at work" from a conceptual angle (definition, legal framework) combined with a practical approach (evaluation and control of the risks involved, HR tools available) and concrete examples.

    Creating HR Impact

    A new series of talks on HR solutions designed for all Managers, CEOs, Team Leaders, and Entrepreneurs with a view to achieving company objectives. This first event will take place on 2 February with the theme "Well-being at work: a real management issue or just another HR disease?"

    With this new cycle of talks sponsored by PWC, SolvayAlumni aims to fulfil the need of our Alumni for fresh perspectives and new approaches to human capital management, a key aspect of any manager's life.

    Aurlie DUSAUSOY (IGS 2009), Director [email protected]

    Fabienne BECKER [email protected]

    Michal vanZEEBROECK [email protected]

    Avenue F.D. Roosevelt 50 (CP 145/01), 1050 Bruxelles Tel. +32 2 650 35 51

    www.solvay-alumni.net

    Office Team SolvayAlumni

    ?

    Co

    ord

    inat

    ion

    So

    lvay

    Alu

    mn

    i: M

    ich

    al v

    an Z

    eeb

    roec

    k | E

    -mai

    l: m

    ich

    ael@

    solv

    ay-a

    lum

    ni.n

    et

    02/02

    New Cycle of Talks "Creating HR impact":"Well-being at work: a real

    management issue or just another

    HR disease?"

    SBS-EM

    17/03

    First EMP EventHaving run for 6 years, the European

    Microfinance Programme (EMP) is

    proud to present its first EMP Event.

    SBS-EM

    19/03

    SolvayAlumni General MeetingMentorship forum Walking Dinner.

    This evening event is open to all

    our members and all Solvay MA

    students it will offer an opportunity

    to meet and share experiences and

    information informally.

    21/03

    IT ClubCultural challenges when doing

    business with India, by Paul Verzele

    Our full calendar of events is

    available at www.solvay-alumni.net.

    Agenda

    The term social media describes the various activities involving web-based and mobile technologies, social interaction and the construction of words, images, videos and audio. Looking back over the succeeding generations since the 1960s, Lieven Van Tongerloo, partner at Kurt Salmon, demonstrated how, given the increasing number of websites and blogs and the rolling out of e-commerce, the environment had changed enormously in terms of finding information, choosing, purchasing and looking for support.

    A global field of action

    The field of commerce has become global: "Digital highways offer an unlimited number of possibilities. But we still need to know what direction to take. The reach and impact of social media is already vast and is growing

    day by day." As Tim Paridaens and Egon Steenput explained, activating social media via their various channels and involving the customer brings with it organisational opportunities. They also examined the added value this represents for business units (product development, marketing, sales, customer service, etc). However, there are still some serious challenges to meet. Saint Nicolas then came to explain the problems he encountered "on-line", accompanied by his inseparable companion Pre Fouettard (the Whipping Father). This unusual visit was, without a doubt, a first for the ULB campus!

    The Kurt Salmon consultants also regaled us with a number of reassuring success stories that gave us plenty to talk about during the reception that followed.

    Marc Chamut

    (1) With 1,600 professionals, Kurt Salmon is one of the world leaders in strategy, organisation and management full service consulting and forms part of the Management Consulting Group (listed on the London Stock Exchange).

  • www.solvay.edu

    Rendons-nous l'vidence: aujourd'hui, les instruments classiques du mana-gement ne suffisent plus pour prendre les bonnes dcisions. Alors que le monde de l'conomie et de la

    finance semble perdre ses repres, il convient de s'ouvrir de nouveaux horizons pour trouver des solutions aux dfis qui s'imposent.D'o l'intrt du programme en Management & Philosophies initi par la SBS-EM, en partenariat avec l'asbl Philosophie & Management, l'cole de Gestion de l'Universit de Lige et la Louvain School of Management.

    Pour un management des lumires

    PRogRamme management & PhilosoPhies

    Zoom 22

    Crise des subprimes, de l'euro, Indigns dans la rue l'heure o la finance perd

    la tte et o les peuples

    sont frapps par l'austrit,

    la sBsem vous propose de

    repenser le rle du manager

    ainsi que celui de l'entreprise

    au sein de la socit. l'aide

    d'un outil dont l'intrt ne

    s'est jamais dmenti: la

    philosophie.

    9 jours en pratique

    Module "Le monde"

    11/05/12 Axel Miller & Benot Frydman

    01/06/12 Marc Grynberg & Franois Jullien

    15/06/12 Luc de Brabandre & Lambros

    Couloubaritsis

    Module "L'entreprise"

    21/09/12 Christian Jourquin & Pierre de Maret

    05/10/12 en attente de confirmation

    19/10/12 en attente de confirmation

    Module "Le manager"

    09/11/12 Pierre Klees & Philippe de Woot

    30/11/12 Pierre Gurdjian & Alain Eraly

    14/12/12 en attente de confirmation

    Lieu: SBS-EM, 42 avenue F.D. Roosevelt,

    1050 Bruxelles.

    Cot: 5.950 (ce cot varie en fonction du

    mode de financement: personnel, par une

    entreprise, une ONG, etc.).

    Contacts: 02/650.65.20; [email protected].

    www.solvay.edu/executive-programme-

    management-philosophies

    il convient de s'ouvrir de nouveaux horizons PouR trouver des solutions aux dfis qui s'imPosent

  • Alain Eraly, professeur de sociologie et de management l'ULB, est l'un des intervenants du programme. Selon lui, "la crise conomique mondiale remet en question bon nombre de certitudes, et mme les managers les plus aguerris se trouvent aujourd'hui dboussols. C'est en de pareils moments que la philosophie peut apporter des cls nouvelles aux dirigeants en qute de sens."

    La philosophie mise en pratiqueNeuf jours pour (re)penser le rle du manager, les valeurs de l'entreprise et ses rapports avec la socit, l'volution de notre modle co-nomique, etc. Tel est le (vaste) programme propos. Pour ce faire, point de sminaires purement thoriques, mais des journes- ateliers o la philosophie est aborde partir de problmes concrets et familiers aux managers. Le programme est rparti en trois modules: "Le monde", "L'entreprise", "Le manager". chaque fois, deux intervenants partagent leur exprience et leurs connaissances sur un sujet dtermin avec la quarantaine de participants slectionns. L'un est un chef d'entreprise ou un top manager dont l'exprience et la sagesse ne sont plus dmontrer. L'autre, un philo-sophe choisi pour la pertinence de son travail par rapport au thme de la journe, et pour son intrt pour le monde de l'entreprise.

    Affronter la complexit du mondeC'est, par exemple, le cas de Lambros Couloubaritsis, professeur honoraire en phi-losophie qui a, entre autres, fond les ditions Ousia. Il intervient au cours du module "Le monde": "La socit occidentale a pu se dve-lopper en laborant des schmas simplifis de la ralit. Or, aujourd'hui, le monde devient de plus en plus complexe, et ces schmas ne sont plus d'actualit. C'est particulirement vrai dans le cas du secteur conomique. Le savoir que nous ont transmis les philosophes travers le temps peut nous aider mieux comprendre cette complexit, et y faire face de manire adquate". Les variables pour repenser la place de l'entreprise dans le monde sont nom-breuses, mais le Pr Couloubaritsis en privilgie

    une particulirement: "La souffrance humaine. Les managers doivent en tenir compte lors de leurs prises de dcision. C'est cette condition qu'ils pourront donner un sens au travail qu'ils accomplissent chaque jour".

    Plus qu'un enrichissement intellectuelBien sr, le programme en Management & Philosophies n'a pas pour but de changer le monde, mais d'enrichir ses participants d'un apport philosophique profitable tant sur le plan personnel que professionnel. Pourtant, ce pro-gramme semble porter ses fruits un niveau plus large. Jean-Jacques Jespers, professeur l'ULB et ancien journaliste la RTBF, anime les dbats lors des journes-ateliers. Il avance le constat suivant: "Aux dires des participants, les ques-tions abordes au cours des diffrents modules se retrouvent ensuite au cur des discussions qu'ils ont sur leur lieu de travail. Cela donne lieu de minidbats entre collgues sur les thmes du rle du manager, de l'thique, de l'environne-ment que les participants peuvent dsormais clairer de leur savoir philosophique nouvelle-ment acquis". D'ailleurs, le programme en phi-losophies managriales rencontre un succs jusqu'ici ingal, comme l'explique Philippe Biltiau, son directeur acadmique, en guise de conclusion: "C'est bien simple, de tous les exe-cutive programmes que nous avons lancs, Management & Philosophies rcolte le plus grand nombre d'avis pdagogiques positifs".

    Zoom23

    oLIvIer DeCaMps (directeur gnral adjoint Finance chez electrabel), participant

    "Ce programme en philosophies managriales s'est rvl passionnant

    plus d'un titre. D'abord parce qu'il nous permet de porter enfin un regard

    critique sur la fonction de manager et le monde de l'entreprise. Ensuite,

    parce que, grce aux apports de la philosophie, nous disposons dsor-

    mais de nouveaux outils pour dcoder les situations en entreprise, et

    renvisager ses liens avec la socit. Il faut dire que l'intrt de ces

    journes-ateliers tient beaucoup la diversit et la qualit des

    intervenants, qu'ils soient philosophes ou managers."

    Alain Eraly

    "La crise cono-mique mondiale remet en question bon nombre de certitudes et mme les managers les plus aguerris se trouvent aujourd'hui dboussols"

    Texte: candice vanheckephotos: getty/archives ulB/d.R.

  • www.solvay.edu

    La Commission europenne, nous savons tous qu'elle existe, mais pas toujours quoi elle sert! Or le rle de ses diffrentes Directions Gnrales (DG) ne se limite pas pondre des directives obscures. La

    mission de la DG Concurrence, en l'occurrence, est trs concrte: faire respecter les rgles de la libre concurrence! En effet, quel que soit leur secteur d'activits, les entreprises et les industries, surtout

    les multinationales, voluent dans un cadre commercial rglement par des accords et des traits, notamment au niveau europen. Encore faut-il les faire respecter.

    Lutter contre les monopolesPnlope Papandropoulos est, au sein de la DG Concurrence, spcialiste des fusions. "Quand deux entreprises multinationales veulent fusionner tout ou partie de leurs activits, elles doivent nous en informer. S'il y a un risque de monopole qui, par dfini-tion, fausserait le jeu de la concurrence, la Commission peut interdire la fusion ou en fixer les conditions. La DG examine donc le projet. Les conomistes analysent le march concern, les tarifs pratiqus et l'historique des prix et enqutent auprs des consommateurs. Objectif: dterminer si oui ou non la fusion est problmatique." En 2009, par exemple, Pnlope a tra-vaill sur le rachat de Brussels Airlines par

    la Lufthansa. Celui-ci posait problme au niveau de la liaison Bruxelles-Francfort, sur laquelle il n'y avait pas d'autre concurrent. "La Lufthansa a alors propos un remde: revendre une partie de ses cr-neaux horaires d'autres compagnies ariennes, afin d'ouvrir le march de la liaison Bruxelles-Francfort."

    Gardienne de la concurrence

    PnLoPe SyLvie PaPandroPouLoS

    Success Story 24

    Texte: Candice LeblancPhotos: Laetizia Bazzoni

    Pnlope Papandropoulos est conomiste la DG Concurrence de la Commission europenne. Ce domaine, elle l'a dcouvert sur les bancs de l'universit

    et ne s'en est plus loigne jusqu' aujourd'hui.

    rencontre avec une vraie citoyenne de l'europe!

    Sciences co 192

    Member of the Chief Economist Team, DGCompetition, Commission europenne

    Pnlope Papandropoulos a la double nationalit belge et grecque. "Je sup-pose que l'ide euro-penne ne pouvait que me plaire!"

    LeS miSSionS de la dG Concurrence

    Autoriser ou interdire les fusions

    entre entreprises.

    Surveiller le comportement des

    entreprises dominantes.

    Dtecter et interdire les cartels.

    Contrler les aides des tats

    membres aux entreprises.

    La Commission a finalement donn son feu vert. Mais ce n'est pas toujours le cas. L't dernier, Olympic Air n'a pu racheter Aegean Airlines: leur fusion aurait monopolis certaines liaisons ariennes domestiques grecques

  • 25Success Story

    De l'lve grecque l'tudiante belgeAvant d'en arriver l, Pnlope, fille unique d'un pre grec et d'une mre belge, a grandi entre deux cultures. "J'ai fait mes secondaires au Lyce franais Athnes, option conomie. J'aimais a et j'tais plutt doue. J'ai donc choisi assez naturellement des tudes en Sciences conomiques. Par ailleurs, je suis ne en Belgique, mais quand j'ai eu six ans, nous avons dm-nag en Grce. Aprs y avoir pass mon enfance et mon adolescence, j'ai sou-hait revenir en Belgique afin de mieux connatre cette partie-l de mon iden-tit (nous n'y revenions qu'une fois par an, dans la famille de ma mre, dans la rgion de Mons). J'ai opt pour l'ULB tout simplement parce que c'tait dans la capitale." La jeune Pnlope quitte donc Athnes et ses parents, s'installe Bruxelles et entame ses tudes. Tout de suite, elle accroche aux cours d'co-nomie europenne et de droit de la concurrence. "J'ai vcu dans deux pays, avec une double nationalit, je suppose que l'ide europenne ne pouvait que me plaire! L'ouverture des frontires, la monnaie commune, la libre circu-lation des biens, des services et des personnes C'est tellement concret! Quant au droit de la concurrence, je trouve normal et sain que le comporte-ment des entreprises soit rglement." Ses professeurs en prennent bonne note

    Un livre, une thseUn jour, Mathias Dewatripont l'informe que deux conomistes, dont Damien Neven, professeur d'conomie Genve, cherchent une assistante pour rdiger un livre sur la politique euro-penne de la concurrence. Pnlope entre en contact avec eux et, de fil en aiguille, commence une thse sur le sujet.

    Quand deux entreprises multinationales veulent fusionner tout ou Partie de LeurS aCtivitS, eLLeS doivent nous en informer

    1970Naissance Bruxelles

    1992Licence en Sciences conomiques l'ULB

    1993Master en conomtrie ULB

    1998Co-publie avec Damien Neven et Paul Seabright "Trawling for minnows. European competition policy and agreements between firms", CEPR.

    1999Thse en conomie, "Issues in European competition policy: lobbying, reputation and R&D cooperation"

    1999Consultante chez Lexecon Ltd

    2004Directrice consultante chez CRA International

    2007Rentre la DG Concurrence (Commission euro-penne) comme agent temporaire

    2009Naissance de son fils Oscar

    2011 (mai)Devient fonctionnaire europenne

    2011 Naissance de son

    deuxime fils, Edgar

    Dsirez-vous nous suggrer un Alumni ou prsenter votre projet dans cette rubrique? crivez-nous [email protected]

  • 26

    www.solvay.edu

    En 1999, aprs l'avoir soutenue, elle interrompt sa carrire universitaire. "J'avais dcouvert un secteur trs spcialis et peu connu qui rentrait dans mes cordes: la consultance conomique en matire de concur-rence. Ce sont des bureaux d'exper-

    tise qui conseillent les entreprises prises dans le collimateur de la Commission." Pendant huit ans, Londres puis Bruxelles, Pnlope mettra ses comp-tences et ses connaissances leur service.

    deS infraStruCtureS PortuaireS aux inSeCtiCideS: chaque dossier, je dCouvre un nouvel univers!

    Success Story

    De l'autre ctPendant ce temps, a bouge du ct de la Com-mission. Aprs quelques checs cuisants devant les tribunaux, les eurocrates de la DG Concurrence dcident de rformer leur section "Fusions" et de crer une quipe d'conomistes spcialiss, afin d'amliorer l'analyse des donnes et d'affiner les avis transmis au Commissaire de tutelle 1. "Le droit de la concurrence a longtemps t domin par les juristes. Et, certes, ils sont indispensables pour prparer documents, contrats et notifications. Mais pour peu que les questions se complexifient, notamment sur le plan de la concurrence, leur approche ne suffit plus: il faut qu'un conomiste se penche dessus." En 2006, Damien Neven, avec lequel elle a sign, quelques annes plus tt, son livre sur le droit europen de la concurrence, est nomm la tte de la nouvelle quipe d'conomistes. "Quand il m'a propos de les rejoindre l'anne suivante, je n'ai pas hsit: c'tait une occasion unique de passer de l'autre ct, de travailler l o les dcisions se prennent!" Pnlope intgre la DG et y trouve vite ses marques. "L'un des aspects les plus intressants de ce travail, c'est sa diversit. On emploie les mmes outils, mais dans des secteurs trs diffrents: du transport arien aux infrastructures portuaires, des disques durs la publi-cit sur internet, en passant par les insecticides et le jus d'orange chaque dossier, je repars de zro et je dcouvre un nouvel univers, avec ses produits, ses modes de fonctionnement et ses spcificits propres. C'est gnial, on apprend tout le temps!"

    Triste GrceSi Pnlope parle avec passion et conviction de son travail, quand on lui demande quel regard elle porte sur la crise que traverse le pays de son enfance, un voile de tristesse passe dans ses yeux. "Je vais souvent en Grce; l'atmosphre y est dprimante, comme un len-demain de fte. Le pays souffre depuis longtemps de problmes structurels trs profonds: vasion fiscale, services publics surdvelopps, politique clientliste, corruption Tout cela doit changer; il va falloir pri-vatiser, restructurer, et la gnration actuelle, surtout les jeunes, va en souffrir. Quel dommage d'en arriver l pour que les choses bougent! J'espre juste que, dans quelques annes, la Grce pourra repartir sur des bases saines." Et (re)devenir comptitive? Au moins une conomiste de la DG Concurrence s'en rjouira!

    HobbieS & loisirs

    Lectures: "Je lis surtout

    le soir et pendant les

    vacances, principalement

    des romans et des bio-

    graphies. Rcemment,

    j'ai beaucoup aim

    "Middlesex" de

    Jeffrey Eugenides. Et

    quand le magazine "The

    Economist" arrive, je ne lis

    que a pendant deux jours!"

    Cin & TV: "Depuis quelques

    annes, je prfre regarder des

    sries TV. Mes prfres? Lost,

    The Wire, Desperate Housewives,

    les Sopranos, Dr House, Ugly

    Betty, etc."

    Sport & dtente: "Je vais

    souvent nager et faire un

    hammam dans mon club de

    sport. J'adore ces moments,

    c'est comme tre dans une

    bulle, loin du monde

    Quand je sors de l, je

    suis revigore!"

    1 Actuellement, Joaquin Almunia est le Commissaire europen charg de la concurrence.

  • "Nous nous adressons en quelque sor te un nouveau publ ic", expl ique Michel Verstraeten, co-Directeur acadmique du pro-gramme. "L'AMP est un condens

    trs intensif, sur seulement trois mois, du savoir essentiel que doit matriser un manager. La cible n'est donc videmment pas les anciens diplms de notre Facult ou d'autres coles de gestion, mais plutt tous les autres diplms universitaires qui sont aujourd'hui un tournant de leur carrire."

    Des dcouvertes clairantesSanny Hanssens, Project Engineer chez Vigan Engineering, a particip la deuxime dition du programme: "Des cours tels que le leadership, la stratgie ou mme le marketing et la finance sont des choses compltement nouvelles pour moi. D'autres, comme celui de comptabilit, offrent un srieux dpoussirage. Ce programme m'aide mieux comprendre les motivations de mes clients et m'apporte aussi un clairage sur les dcisions et les motivations de mes managers. Je suis ingnieur de formation. J'ai un esprit technique. J'avais tendance voir uniquement ce ct technique."

    Accs privilgi au MBA Solvay"Le but du programme est de donner les cls pour une entre immdiate vers le haut management et de rendre les participants oprationnels ce niveau ds les premiers jours", confirme Philippe Biltiau. Co-Directeur acadmique, pour cette troisime dition, il a tenu accentuer cet aspect "first step" du programme. "L'AMP devient, ds cette dition, une porte d'accs privilgie vers le MBA Solvay. Pour ceux qui auront envie de pousser encore plus loin leur incursion dans le management, le MBA Solvay,

    qui normalement requiert de passer par un processus de slection svre et long, acceptera les diplms AMP sur base d'un simple entretien."Sanny Hanssens envisageait l'origine de faire un MBA "Finalement, il m'a sembl plus sens, dans la conjoncture actuelle, de suivre un programme plus court." Ce participant aura donc cinq ans pour rvaluer cette dcision et, s'il le juge ncessaire, enchaner avec le MBA Solvay.

    Bnfices court et long termesFranoise Beckers, Management Consultant chez Empact, elle aussi inscrite l'AMP, rsume bien le double apport, immdiat et futur, du pro-gramme: "Le but, long terme, c'est videmment de monter l'chelle au sein de mon organisation. Mais ce que je recherchais, avant tout, c'tait ce retour immdiat que l'AMP m'a dj apport. J'ai progress dans plusieurs domaines et cela me permet d'encore mieux rpondre aux besoins de mes clients".

    Zoom27Une voie alternativevers le haut management

    AccelerAted MANAgeMeNt ProgrAMMe

    Lanc il y a moins d'un an, l'Accelerated Management Programme (AMP) de la SBS-eM est un succs.

    la formule sduit: 16 jours d'immersion intensive

    dans l'univers du management, destins aux

    professionnels haut potentiel n'ayant jamais eu

    deformation managriale.

    en pratique

    16 jours rpartis sur

    3 mois.

    Prochaines ditions:

    avril et octobre 2012.

    Corps acad-

    mique: Jean-Pierre

    Aerts (Marketing),

    Manuel Hensmans

    (Strategy), Frdric

    Hoffmann (Project

    Management), Jean-

    Philippe Michaux

    (Accounting),

    Mathias Schmit

    (Finance), Susan

    West (Leadership).

    Philippe Biltiau et

    Michel Verstraeten,

    co-Directeurs

    acadmiques.

    Asja Kamenica

    Tl.: 02/650.38.94

    [email protected]

    www.solvay.edu/amp

    photo: Archives UlB/d.r.

  • www.solvay.edu

    28 Esprit d'Entreprise

    Lorsque Jean-Luc Govaerts a cr le premier magasin Sequoia, en 1988 Uccle, il ne s'imagi-nait pas que, prs d'un quart de sicle plus tard, son enseigne

    pourrait s'imposer comme leader de la "grande distribution bio et naturelle". Car, depuis le rachat de Sequoia par Corinne Dumont, Brigitte Bruyninckx et Vincent Muylle, ce gnraliste du mieux-tre s'envole vers de nouvelles cimes.

    Mise jour Votre page LinkedIn aligne les

    noms de Citibank, Citigroup et Harmont Invest. Ne manque-t-elle pas de "naturel"?

    Il serait temps que je la mette jour (rires). la sortie de mes tudes, aprs une parenthse dans une PME, je suis entre chez Citibank ds 1985 et y ai travaill 17 ans. Un pome! J'ai connu restructuration sur restructuration; il fallait dmontrer une souplesse norme d'adaptation. Ce contexte me donnait ga-lement la possibilit d'endosser beaucoup de res-ponsabilits. J'ai rapidement rejoint un dpartement pointu, spcialis dans les montages financiers caractre fiscal et comptable, o j'ai pass la plus grosse partie de ma carrire.

    Une carrire qui prend fin en 2003, lorsque vous quittez la banque.Oui, aprs la fusion de Citigroup avec Salomon Brothers, tant de choses ont chang, jusqu' l'tat d'esprit. Je ne trouvais plus ma place. Mais pendant ma carrire chez Citibank, j'ai suivi de chouettes formations, pas mal voyag, vu tant de choses. J'ai travaill en Hollande, puis sur la France; je voyageais souvent aux tats-Unis. J'ai ralis beaucoup d'op-rations trs intressantes. De retour en Belgique en 1995, certains dossiers me poussaient prendre de

    vitesse les changements en matire de fiscalit et de comptabilit (rires). Aujourd'hui, les banques ne font plus cela; on leur a tap sur les doigts. Je montais de gros financements: pour la SNCB, Electrabel, la Communaut fla-mande... ou Solvay SA. Attention: je ne dis pas que Solvay faisait des oprations fiscales (rires). Ils taient trs conserva-teurs de ce point de vue-l.

    De l'engrais biodans la distribution!

    CorINNe DUmoNt

    Aprs 17 ans de montages financiers aux contours multiples et internationaux, Corinne Dumont a tout plant. Avec deux associs, elle veille dsormais la

    croissance soutenue des magasins Sequoia. Chassez

    le naturel, il revient au bio

    Radiographie de Sequoia

    1988Ouverture par Jean-Luc Govaerts d'un magasin Sequoia Uccle (chausse de Saint-Job).

    1995Ouverture d'une deuxime enseigne Sequoia Stockel (Woluwe-Saint-Pierre).

    Fvrier 2007Rachat par Corinne Dumont, Brigitte Bruyninckx et Vincent Muylle des magasins Sequoia.

    Octobre 2010Ouverture d'un 3esupermarch bio Sequoia Waterloo sur 800 m2.

    1er semestre 2012Cration d'un rseau

    de franchiss.

    Corinne Dumont

    Ingest 1983

    Texte: Hugues HenryPhotos: Frdric raevens

  • 29Esprit d'Entreprise

    Bien dans son corps Bye bye Citigroup Que se passe-t-il?

    Je me suis positionne comme consultante et me suis plutt bien dbrouille, avec des clients comme Electrabel ou un promoteur immobilier o travail-lait ma future associe, Brigitte Bruyninckx. J'ai galement pris le temps de me recentrer sur mes enfants (une fille de 16 ans, un garon de 13 ans), de me poser. Assez sportive - j'ai fait de la comp-tition en tennis, golf et hockey sur gazon -, je tra-nais depuis longtemps divers bobos. Une personne m'a conseill de changer d'alimentation, ce qui m'a bien fait rire! Mais aprs avoir essay toutes sortes de "mdecines", je me suis rsigne: j'ai appel une nutritionniste. Je me suis dbarrasse de mes pro-blmes, petit petit. la suite de quoi, j'ai dcid de suivre des formations, notamment en aromathra-pie, sans ide prconue J'tais cliente de Sequoia que j'apprciais pour son grand choix; cela m'vitait de faire 25 boutiques naturelles.

    La prsence du "rseau" graine le parcours de Corinne Dumont. "Nous

    nous reconnaissons entre nous, c'est tonnant!"

    1985: Jacques Voisin (Ingest 1968) l'engage la Citibank, qui compte

    galement parmi ses dirigeants Jacques Levy (Ingest 1967).

    De 1985 2003: elle croise de trs nombreux Alumni dans ses missions

    pour Citibank/Citigroup.

    2008: pour affiner le concept Sequoia, un consultant est appel, Claude

    Boffa (Ingest 1977).

    2010: une spcialiste de la grande distribution est engage lors de l'im-

    plantation du magasin de Waterloo, Michle Franckx (Ingest 1983).

    2011: un Marketing Manager est devenu indispensable pour favori-

    ser l'expansion de Sequoia; il se nomme Laurent Verheylesonne

    (Ingest 2004).

    GrAinEs deSolvay

    AjouTEr voTrE brAnChE Sequoia?

    Pour assurer son dveloppement rapide, sequoia cherche toffer son rseau de franchiss. Le profil souhait par Corinne Dumont:

    entrepreneur et manager dans l'me,

    prt s'investir dans le secteur des produits

    bios et naturels, l'cologie, le bien-tre,

    possdant de l'exprience en management,

    initiateur du changement,

    dsireux de cultiver la qualit et atteindre

    l'excellence,

    soucieux de l'humain et de la communication

    positive,

    partageant des valeurs de respect,

    d'exemplarit et de transparence.

    UNe perSoNNe m'A conseill de changer d'alimentation, Ce QUI m'AVAIt bien fait rire L'poQUe!

  • www.solvay.edu

    30 Esprit d'Entreprise

    De l acheter les magasins Sequoia!J'avais entam une dmarche de dveloppe-ment personnel et a m'est arriv comme un flash. J'tais dans mon lit, l'vidence est apparue: je devais reprendre Sequoia. J'ai fini par contac-ter l'actionnaire j'avais peur (rires) mais Jean-Luc Govaerts n'tait pas vendeur. J'ai donc appel Brigitte Bruyninckx qui s'est associe moi et nous avons ngoci pendant un an! Entretemps, face l'importance du projet, nous avons intgr un troi-sime actionnaire, mon beau-frre Vincent Muylle, un entrepreneur issu du monde informatique (cra-teur de la socit Interweb, la base e.a. de Freebel, revendue en 2000, dans la foule de la vague Internet, Tiscali Group, NDLA).

    One-stop shopping Vous devenez donc propritaires de Sequoia

    en fvrier 2007. l'poque, l'image des enseignes tait trs baba cool. Nous voulions crer des "one-stop shop-pings", contemporains, o on peut tout trouver. Nous sommes donc passs par une phase de ror-ganisation des magasins existants: centralisation des achats, processus internes, comptabilit Sans exprience en matire de distribution, nous avons appris beaucoup cette occasion. Nous voulions lancer un nouveau concept, mais aussi dvelopper un rseau de magasins. Avec l'aide d'un consultant et du bureau Minale Design Strategy, et l'entre du Fonds EUREFI dans notre capital, nous l'avons ouvert en 2010 Waterloo! Nous proposons 8.000 rfrences d'articles bios, alors que Delhaize, par exemple, en avait environ 765 l'an pass. Malgr la crise, nos rsultats ont dmarr sur les chapeaux deroues!

    Vous envisagez l'ouverture de 30 magasins dans les 10 annes venir; est-ce bien raisonnable?(Rires.) En tout cas, 10 magasins dans les 5 ans. Il faut se fixer des objectifs ambitieux. Cela requiert un change-ment interne aussi, y compris dans notre fonctionnement entre associs. Pour passer au stade suprieur, nous avons opt pour le systme de la fran-chise avec pour objectif d'avoir un projet oprationnel ds le 1er trimestre 2012. Nous finalisons donc cette mise en place, c'est quand mme un gros boulot!

    Dsirez-vous nous suggrer un Alumni ou prsenter votre projet dans cette rubrique? crivez-nous [email protected].

    5 ConsEiLs aux entrepreneurs en herbe

    1 tre m par une motivation profonde"Entreprenez dans un domaine qui vous tient cur. Cela permet

    d'avoir les bonnes ides C'est une des cls de la russite."

    2 bien s'entourer"Trouver les bonnes personnes est trs difficile. En plus des comp-

    tences, il faut un "fit" sur le plan humain: partager des valeurs, une

    certaine culture"

    3 surmonter ses peurs"Nos peurs, parfois bien ancres, nous forcent nous limiter. Pour

    devenir entrepreneur, il faut pouvoir se remettre en question et

    prendre des risques."

    4 Choisir le timing adquat"Il faut saisir le moment o les choses se mettront en place pour

    vous. J'aurais quitt Citibank 10 ans plus tt avec le dsir de me

    lancer, cela n'aurait pas t le bon moment."

    5 Avoir des comptences tendues"Pour me sentir suffisamment sre de moi, j'ai toujours eu

    besoin d'acqurir des comptences relativement larges."

    J'tAIS DANS moN LIt, l'vidence est apparue: je devais reprendre sequoia

    www.sequoiashop.com

    corinne.dumont @sequoiashop.com

  • D'entre de jeu, il nous avertit: "Ma carrire diplomatique internationale ne se limite pas mon lieu actuel d'affectation". Le ton est donn et un rapide survol du par-cours de Philippe Vanhuynegem nous

    convainc que ce bon vivant, depuis ses tudes uni-versitaires, n'uvre pas dans la forfanterie

    Philippe la brocante"Je voulais faire des affaires", se rappelle ce Bruxellois de 43 ans. N d'un pre mdecin ostopathe et d'une mre travaillant, avec son oncle, dans une petite entreprise familiale, il avoue avoir t habit ds l'adolescence par une personnalit d'entrepreneur.

    " seize ans, j'achetais et vendais sur les brocantes d'Auderghem et de Woluwe des articles scolaires et de bureau neufs ou dclasss." Ce ngoce perdure jusqu'aux tudes universitaires, ponctu par des enqutes de march domicile et la vente de calendriers pour la protection des animaux Les deniers rcolts lui permettent de financer son premier grand dpaysement pour ses dix-huit ans: "Mme si je connaissais mal l'anglais l'poque, en 1986, je suis parti trois mois avec sac dos aux tats-Unis"

    31ExpatsMgaparcours pour microentreprises

    PhiliPPe Vanhuynegem au Prou

    Texte: hugues henryPhotos: D.r.

    Sciences co 1993

    Matrise en conomtrie 1995

    Expert principal du dveloppement des PME et coopratives dans la rgion andine pour le Bureau International du Travail (BIT)

    Depuis son tour des tats-Unis avec sac dos pour ses 18 ans, Philippe Vanhuynegem n'a pu renoncer l'appel du large.

    Derrire l'ado qui tentait de fourguer des articles dclasss sur une brocante se dissimulait un acharn du dracinement. Curieux de tout, port par la coopration au dveloppement,

    Philippe Vanhuynegem trouvait la Belgique trop petite...

  • www.solvay.edu

    Expats 32

    Adoub au DULBEACe passionn d'conomie et de commerce se rue "naturellement" sur l'enseignement Solvay, fin des annes 80, avec peut-tre un peu trop d'empresse-ment "J'ai rat. Je me suis rorient vers Sciences co en 1989 car il y avait beaucoup de cours en commun. Cela me permettait aussi d'largir mes horizons." Toujours ce besoin d'espace, d'va-sion, qu'il entretient sur le versant de la guindaille pendant ses tudes, mais sans dmriter face ses professeurs. Tant et si bien que la voie acad-mique l'emporte dans son sillage: "Robert Plasman qui chapeautait mon mmoire de fin d'tudes ("La problmatique du chmage de longue dure en Belgique") m'a propos de travailler quatre mois au Dpartement d'conomie applique de l'ULB (DULBEA). En 1993, c'tait la crise conomique et les opportunits ne se refusaient pas" Philippe Vanhuynegem s'y retrouve avec des amis, comme Michele Cincera ou Bruno van Pottelsberghe (dsormais Doyen de la SBS-EM), et y prend got au point d'y travailler quatre annes durant. "Je n'ai pas termin ma thse d'conomie; il me restait deux ans de recherche et la publication de trois articles Mais j'avais fait suffisamment d'universit (rires)".

    L'appel du largePlaons entre parenthses son passage par Aeris ("petite bote franaise dans le secteur bancaire et tlcommunications"), car ds 1997, Philippe Vanhuynegem s'apprte dcoller. "Je me suis senti limit en Belgique par la taille du pays. L'international

    m'appelait, mais pas dans une bote anglaise ou fran-aise, car ce serait rest dans un monde assez confin", explique-t-il. Car l'international, pour lui, c'est "se plonger dans une culture qui nous est inconnue, prendre un risque, vivre un dracinement". Ses antcdents acadmiques convainquent! 28 ans, il est retenu pour le Young Professionals Pro-gramme des Nations Unies (http://careers.un.org/YPP) et rejoint le Bureau International du Travail (BIT), pour deux annes Abidjan, sur des projets de lutte contre la pauvret, et deux autres ensuite au Prou, Lima, dj, sur la protection sociale en sant des populations pauvres

    5 consEils pour une expatriation russie

    1 Accepter un certain dracinement"Vivre l'tranger n'quivaut pas un voyage touristique. Il faut

    accepter la distance avec les amis et la famille en Belgique."

    2 tre curieux"Chaque jour est une opportunit d'apprendre et de regarder la vie

    comme une aventure."

    3 Respecter les autres cultures"Tenez l'cart toute attitude "euro-centrique" et ce, pour mieux

    comprendre les autres."

    4 Garder son calme"Mieux vaut s'adapter son


Recommended