+ All Categories
Home > Documents > STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

Date post: 05-Jan-2017
Category:
Upload: nguyenhanh
View: 245 times
Download: 0 times
Share this document with a friend
73
REPUBLIQUE DU CONGO ----------------- MINISTERE DE LA SANTE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FAMILLE ------------------ DIRECTION GENERALE DE LA SANTE STRATEGIES PLAINTES -TRAITEMENTS ENFANTS A l’usage du personnel du centre de santé intégré 5 ème Edition, juillet 2006
Transcript
Page 1: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

REPUBLIQUE DU CONGO

-----------------

MINISTERE DE LA SANTE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FAMILLE ------------------

DIRECTION GENERALE DE LA SANTE

STRATEGIES PLAINTES -TRAITEMENTS ENFANTS

A l’usage du personnel du centre de santé intégré

5ème Edition, juillet 2006

Page 2: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

TABLE DES MATIERES

N° Titres Pages

Sigles

Equipe de révision

Introduction

Utilisation des stratégies plaintes traitements enfants

Symptômes dominants et motifs de consultation

1 tem : Température, fièvre

2 drh : Diarrhée

3 san : Sang par l’anus

4 vom : Vomissements

5 abd : Douleurs abdominales

6 cst : Constipation

7 tux : Toux

8 trs : Troubles respiratoires supérieures

9 sto : stomatite, plaies aux lèvres et ou dans la bouche, si autres plaintes telle que tem, voir le N.B dans tem

10 ore : douleurs ou lésions dans l’oreille

11 tho : douleurs thoraciques, exclure tem et tux

12 let : léthargie (fatigue, somnolence, inappétence)

13 adi : autres douleurs isolées ; il s’agit de douleurs sans plaies ni tuméfaction localisée. Exclure autre plainte spontanée

14 ict : ictère

15 tin : tumeur inflammatoire (tuméfaction avec douleur et chaleur)

16 uri : troubles urinaires (polyurie, mictalgies, hématurie, anurie)

17 epx : épistaxis, saignement du nez

18 asc : expulsion spontanée d’ascaris ou de ténia (proglottis) par la bouche ou l’anus

19 oed : oedèmes, gonflement des extrémités des membres) et ascite. Exclure tin et traiter les autres symptômes dominants simultanément

20 com : convulsion, coma, inconscience

21 tox : intoxication comme plainte spontanée

22 dpn : dyspnée, tirage sous ou intercostal, battement des ailes du nez

23 cgt : anomalie congénitale et prématurité

24 tni : tumeur non inflammatoire localisée. Exclure oed

25 neu : troubles neurologiques (moteurs ou sensoriels)

26 psy : troubles psychiatriques

27 hrn : hernie inguinale ou inguino- scrotale

28 oph : troubles ophtalmologiques

29 tro : traumatisme ouvert

30 trf : traumatisme fermé

31 ulc : ulcère

32 fis : fistule

33 der : troubles dermatologiques

34 cef : céphalées

35 mor : morsures

36 dpt : dépistage équipe mobile

37 ctl : contrôle

38 prl : plaintes diverses de la région anale

Page 3: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

Sigles utilisés

ASU: Artésunate

AQU:Amodiaquine

REF:Référence

PDI:Salle d’hospitalisation des enfants

CPN:Consultation prénatale

BM:Bleu de méthylène

VG:Violet de gentiane

RSS:Régime sans sel

HB SS:Hémoglobinose SS, Sicklanémie ou drépanocytose

GE (T): Goutte épaisse pour recherche de la trypanosomiase

Urines (A+C): Examen d’urines: recherche Albumine et examen Culot

FHVE: Fièvre Hémorragique a Virus Ebola

FOT:Fiche opérationnelle tuberculose

FOS:Fiche opérationnelle maladie du sommeil

FOL:Fiche opérationnelle lèpre

FCN:Fiche consultation des nourrissons

FS:Fiche de synthèse.

SMIR : Surveillance Intégrée de la maladie et Riposte

Page 4: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

4

EQUIPE DE REVISION

Coordination

Dr Damase BONDZONGO, Directeur général de la santé

Dr Dieudonné BAKALA, Directeur des services sanitaires, chargé de la décentralisation

Dr Jean Claude EMEKA, Chef du service de la coordination de l’action sanitaire, secrétaire

du Comité technique de suivi du PNDS ;

Dr Alfred IBOUANGA, assistant technique PASCOB

Dr Paul HUBERT, assistant technique PASCOB

Participants

Professeur Samuel NZINGOULA, pédiatre point focal PCIME, UNICEF Congo

Dr Ray MANKELE, pharmacien, conseiller Bureau OMS Congo ;

Dr Claver NGOMA BOUNZANGA, SCAS/DGS

Dr Lambert CHAKIROU, directeur départemental de la santé, Brazzaville ;

Dr Rigobert MBOUKA, directeur départemental de la santé, Cuvette ;

Dr Constant Norbert ZABA, directeur départemental de la santé, Pointe-Noire ;

Dr René MALHELA, directeur départemental de la santé, Pool ;

Dr Albert MAHOUNGA, médecin chef CSS Tié-Tié ;

Dr Virginie Claire NZEMBA, médecin superviseur CSI, CSS Tié-Tié

Dr Dieudonné LOUMOUAMOU, médecin chef CSS Makélékélé

Dr Samuel EKOUYA, médecin chef par intérim CSS Talangaï ;

Dr Simplice OKANA, médecin superviseur CSS Talangaï ;

Dr Patrick BASSOUMBA, médecin chef, CSS Kinkala-Boko ;

Dr Naphtal SOKI PINDOU, médecin superviseur CSS Makélékélé

Dr Jean César MOKOKO, Gynécologue CHU Brazzaville ;

Dr Patrick NZOUNZA, médecin coordonnateur CTA ;

Dr Gaston SAMBA, programme national de lutte contre le paludisme ;

Mme Charlotte MOEBO, SCAS/DGS ;

Mr Faustin EKOURA, SCAS/DGS ;

Mr Félix ZAOU, SCAS/DGS ;

Mme Victorine NKALA, responsable Santé de la reproduction/DSF

Mme Pauline KANI, sage femme, chef CSI, CSS Owando

Mme Françoise BOUDZOUMOU, chef CSI Madibou, CSS Makélékélé ;

Mr Escoth GANTSIBI, Chef CSI Mpila-Yoro, CSS Talangaï ;

Mme Véronique MATSIMOUNA, Chef CSI Louingui, CSS Kinkala-Boko ;

Secrétariat

Dr Jean Louis LENGOUANGO, assistant technique PASCOB ;

Dr Lambert KITEMBO, assistant technique PASCOB ;

Dr Antoine LOUSSAMBOU, assistant technique PASCOB ;

Dr Jean Mathieu ONDZE NGONDZI assistant technique PASCOB

Page 5: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

5

Introduction

L’amélioration de la qualité des soins passe par la rationalisation et une standardisation des

attitudes préventives, diagnostiques et thérapeutiques du personnel de santé. Dans le cadre du

développement du système de santé intégré du district, la rationalisation et la standardisation des soins

acquièrent un intérêt supplémentaire. Le besoin a été perçu et inscrit en priorité dans le plan national de

développement sanitaire (PNDS).

Ce manuel, guide de la consultation curative au centre de santé intégré répond à une attente des

agents de santé en matière de choix de symptômes dominants et de traitements des affections

courantes. Il vise trois objectifs :

- diminuer les incertitudes dans la démarche diagnostique et de traitement, par des décisions

appropriées lors de la consultation curative grâce à une rationalisation et standardisation dans ce

domaine ;

- rationaliser l’utilisation des médicaments ;

- constituer un instrument de formation continue par la supervision du personnel et une base

d’évaluation des prestations.

Les principes de la standardisation reposent sur une schématisation logique du processus diagnostique et

thérapeutique. La base de la standardisation est séméiologique et non pas étiologique. Les symptômes

présentés par les malades constituent le point de départ pour aboutir à un traitement adéquat ou à une

référence du malade dans une formation sanitaire équipée d’un plateau technique plus élevé.

Cet outil ne prétend pas supprimer toutes les difficultés de diagnostic et de traitement, mais il

constitue une approche méthodologique de référence en matière de gestion rationnelle des

consultations curatives

Cette 5ème édition des schémas plantes traitements des centres de santé intégrés a été produit par le

service de la coordination de l’action sanitaire, Direction Générale de la Santé avec le soutien du projet

d’appui au système de santé du Congo Brazzaville (PASCOB), dans la cadre du IXème Fond Européen de

Développement (FED)

Bien que ce guide soit prioritairement destiné aux personnels de santé oeuvrant dans les centres de

santé intégrés, il peut aider tout prestataire travaillant dans une formation sanitaire de premier

recours.

Page 6: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

6

UTILISATION DES STRATEGIES

1.1. Classification des symptômes dominants chez les enfants de 0 à 15 ans inclus.

- Les plaintes spontanées les plus fréquemment rencontrées aux consultations sont regroupées en 38

symptômes dominants représentés par des sigles en lettres minuscules.

(cf. liste des symptômes dominants. Ex. diarrhée = drh ; constipation = cst ; toux= tux……)

- Pour un même système, les symptômes dominants sont classés par ordre d’importance.

- Pour des raisons techniques ou de compétence, certains symptômes dominants des stratégies

urbaines imposent la référence expectative au médecin (classés de 21 à 27) ; d’autres renvoient aux

stratégies « (adultes » (classés de 28 à 37).

1.2. Choix du symptôme dominant chez les enfants de 0 à 15 ans inclus.

Quand le malade se présente, écouter sa (ses) plaintes (s) demander s’il n’y a pas d’autres plaintes,choisir le (s)

symptômes(s), suivre la (les) stratégie (s) correspondante(s).

Ex.1. Une plainte : exclure les autres plaintes, choisir le symptôme dominant correspondant à la

plainte, suivre la stratégie.

- Mon enfant a la diarrhée depuis deux jours.

Fait-il de la fièvre ? Non.

Y a-t-il du sang dans les selles ? Non.

Symptôme dominant diarrhée = drh. Suivre la stratégie « drh ».

Ex.2. Deux ou plusieurs plaintes se rapportent au même système :

Exclure les autres plaintes, choisir le symptôme dominant classé en premier lieu sur

la liste, suivre la stratégie correspondante.

-Mon enfant tousse depuis trois jours et il pleure dès que l’on touche sa poitrine.

Est-il tombe ? Non. A-t-il reçu un coup ? Non.

Vomit-il ? Non

Symptômes dominants : toux= tux et douleur thoracique= tho. Suivre la stratégie :

Toux classée 7, tandis que la stratégie douleur thoracique est classée 11.

Ex.3. Deux ou plusieurs plaintes ne se rapportent pas au même système :

Exclure les autres plaintes, à partir du symptômes dominant classé en premier lieu sur la liste, les

divers regroupements entre différents symptômes dominants sont prévus dans les stratégies

s’il s’agit d’une affection ou d’un syndrome caractérisé, suivre le traitement normalisé.

Ex. : Coqueluche, Sicklanémie (drépanocytose).

- Mon enfant a de la fièvre, il a mal au ventre, il est fatigué et les yeux sont devenus jaunes

depuis hier.

Symptôme dominant : fièvre = tem

Ictère = ict.

Traiter symptomatiquement la fièvre non isolée, suivre la stratégie abdominale. Noter ses plaintes et le

symptômes dominants choisi sur la fiche personnelle du malade.

Page 7: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

7

Symptômes dominants et motifs de consultation chez les enfants

Demander toutes les plaintes ; choisir les symptômes dominants.

1. tem : Fièvre

Choisir Température comme symptôme dominant s’il n’y a pas d’autres plaintes ou si la plainte est douleur abdominale,

Constipation, douleur thoracique, Autres douleurs isolées, Léthargie (fatigue, somnolence, inappétence).

S’il y a une autre plainte spontanée, entrer dans le symptôme dominant correspondant à ces plaintes.

2. drh. Diarrhée, selles molles ou liquides, abondantes, fréquentes.

3. san : Sang par l’anus.

4. vom : Vomissement y compris hématémèse. Exclure dans l’ordre : Diarrhée, Sang, Léthargie

5. abd : Douleurs abdominales. Exclure dans l’ordre Diarrhée, Sang, Vomissement, Température, Léthargie, Toux.

6. cst. Pas de selles depuis plus de 24 h. exclure dans l’ordre Vom, Tem, ou autres plaintes spontanées.

7. tux : Toux. Exclure Drh.

8. trs : Troubles respiratoires supérieurs. Exclure Tux.

9.sto : Stomatite, plaie aux lèvres, et dans la bouche.

Si autre plainte telle que Température, voir aussi le N.B. dans la stratégie Température.

10. ore : Douleur ou lésion dans l’oreille.

11.tho : Douleur thoracique. Exclure Tem et Tux.

12. let : Léthargie (fatigue, somnolence, inappétence).

Choisir Deb. Comme symptôme dominant s’il n’y a pas d’autres plaintes ou si la plainte est

abd, Cst, Adi, Vom.

S’il y a une autre plainte spontanée, entrer dans le symptôme dominant correspondant à ces plaintes.

13. adl : Autres douleurs isolées. Il s’agit de douleurs sans plaie ni tuméfaction localisée.

Exclure autre plainte spontanée

14. ict : Ictère.

15. tin : Tumeur inflammatoire (tuméfaction, douleur, chaleur).

16. uri : Troubles urinaires (polyurie, mictalgie, hématurie, anurie..)

17. epx : Epistaxis. Saignement du nez

18. asc : Expulsion spontanée d’ascaris ou de tænia (proglottis) par la bouche ou l’anus

19. oed : Oedèmes (gonflement des extrémités des membres) et ascite. Exclure tin et traiter les

autres SD simultanément.

20. com : Convulsion, coma, inconscience. :

21. tox : Intoxication comme plainte spontanée

22. dpn : Dyspnée. Tirage sous ou intercostal, battement des ailes du nez.

23. cgt : Anomalie congénitale et Prématurité.

24. tni : Tumeur non inflammatoire localisée (exclure Oed).

25. neu : Troubles neurologiques (moteurs ou sensoriels).

26. psy : Troubles psychologiques.

27. hrn : Hernie inguinale ou inguino – scrotale :

28. oph : Troubles ophtalmologiques

29. tro : Traumatisme ouvert

30. trf : Traumatisme fermé

31. ulc : Ulcère

32 .fis : Fistule

33 . der : Troubles dermatologiques

34. cef : Céphalées

35. mor : Morsures

36. dpt : Dépistage

37. ctl : Contrôle

38. prl : Plaintes diverses de la région ano-rectale

Page 8: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

8

1.

Définition : Elévation de la température du corps mesurée par voie rectale supérieure à 37°, 5C

Affections à ne pas rater : Méningite, Paludisme, Pneumonie et autres maladies des voies respiratoires,

VIH/SIDA

1. Pour tous les cas de fièvre comme plainte spontanée : mesurer la température

37,5°C : AAS 50 MG/KG en 2 ou 4 prises - Artésunate 4mg/kg + Amodiaquine 10 mg/Kgp en 1

prise/J pendant 3 jours, même si la fièvre n’est pas le Symptôme Dominant (S.D.).

S’il y a d’autres plaintes (spontanées), choisir ces plaintes comme S.D.

EXCEPTION :

Chez le grand enfant (de 5 – 11 ans)

Si la plainte est douleur abdominale, constipation, douleur thoracique, douleur membres,

asthénie, mal de tête choisir fièvre comme S.D.

Chez le jeune enfant : (de 0 – 5 ans)

Si la plainte est embarras gastrique (douleur abdominale, diarrhée, vomissement, mal de tête)

Suivre fièvre comme S.D.

2. Signes de méningite : fontanelle bombée, raideur de nuque, nuque molle, convulsion, regard fixe ou

plafonnant ou 2 ou 3 de ses signes associés

Examiner les muqueuses buccales, pharyngés et nasales.

3. Si inflammation, voir les stratégies correspondantes (stomatite et trouble respiratoires supérieurs).

4. Rougeole : Traitement des plaintes (surtout diarrhée) et des signes observés (surtout stomatite,

toux et dyspnée) et conseils spécifiques pour la rougeole

5. Contracture : ventre dur (en dehors des cris de l’enfant).

Défense : la palpation provoque une vive douleur et un durcissement du ventre

(= risque d’appendicite ou péritonite).

6. Rechercher par la palpation sur tout le corps un abcès ou un gonflement chaud et douloureux.

7. Si tous les autres problèmes ont été exclus, il s’agit probablement d’un paludisme ou d’une maladie

virale : faire un traitement pour le paludisme :

- ARTESUNATE 4 mg/kg + AMODIAQUINE 10mg/ kg en 1 prise/j x 3 jours (ASU+AQU).

- Paracétamol ou AAS tant que la t° est de 37,5° ou plus.

7.1. Si la température est de 39° ou plus :

-si l’enfant a moins de 6 mois (signes spécifiques difficiles à trouver) donner le traitement

+ Paracétamol 60mg/kgp/j répartis en 4 prises soit une prise toutes les 6 heures et surveiller l’enfant .

s’il ne va pas mieux après une heure, l’envoyer à la consultation de référence

. S’il va mieux (température 39°C) voir l’enfant le 2e et 3e jour,

si la fièvre 39°C référer.

Si la fièvre est modérée : rechercher à nouveau des signes spécifiques et traiter ;

S’il n’y a pas : référer.

__________________________________________________________________________________

Conseils aux parents :

Pour la fièvre :

- donner les médicaments prévus pour le soir.

- si malgré cela, la fièvre est très élevée c à d > à 39°C : placer des linges mouillés à l’eau froide sur le front et

le ventre pour éviter les convulsions.

- si l’enfant convulse, ramener au CSI, même la nuit.

- Conseiller l’utilisation de la Moustiquaire Imprégnée d’Insecticide

Pour la rougeole :

- voir tous les conseils symptomatiques (fièvre, diarrhée, toux, plaie dans la bouche).

- Donner beaucoup à boire, du jus de fruits et des légumes ; poursuivre l’allaitement maternel.

- montrer l’enfant s’il fait encore de la fièvre 2 jours après l’éruption.

- ouvrir les paupières et nettoyer les yeux à l’eau très propre.

- Ne pas faire de lavement, car :

tem : fièvre

Page 9: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

9

il fatigue l’enfant ils augmente les plaies de intestins. La rougeole doit « sortir » toute seule : si elle sort

seulement un peu c’est un bon signe (rougeole légère)

1. tem : fièvre Conduite à tenir dans tous les cas de fièvre chez l’enfant :

Faire baisser la température : Déshabiller l’enfant, lui appliquer des tissus mouillés d’eau fraîche sur la tête, l’abdomen et les

membres, lui donner un antipyrétique AAS 50mg/kg/j en quatre prises ou PARACETAMOL 60mg/kg/j répartis en quatre prises

PREVENIR LA DESHYDRATATION en lui donnant le lait maternel, l’eau salée sucrée ou du sro à volonté

TRAITER SYSTEMATIQUEMENT LE PALUDISME avec l’ARTESUNATE 4 mg/kg + AMODIAQUINE 10mg/kg en 1 prise/j x 3 j

par voie orale

1. température 37,5°C (antécédents ou chaleur au toucher) Enfant 5 ans Voir Stratégie PCIME

Interroger, examiner et :

1.1 : classer la fièvre 1.1.1 : * tout signe général de

danger (incapacité de boire ou

de téter, vomissement de

toute boisson ou aliment,

convulsions passées ou en

cours, léthargie ou

inconscience), ou

* raideur de la nuque

Maladie fébrile très

grave ou paludisme

grave

* Administrer l’arthémether 3,2 mg/ kg le 1 er jour; puis 1,6 mg/kg du 2è au 5è jour

en IM ; ou quinine en perfusion : 20 mg/ kg dans 5-10 ml/Kg de SGI pendant 4 h.

*Administrer 1 ère dose d’ampicilline injectable (200 Mg / kg en 3 prises/j)

* traiter l’enfant pour éviter l’hypoglycémie (30-50 ml de lait exprimé, ou un substitut

de lait maternel, ou de l’eau sucrée avant le départ per os ou par sonde nasogastrique.

* En cas de convulsion, arrêter avec du diazépam : ne pas dépasser 0,25 mg/kg /J en

IR, soit 0,5 à 1,5 ml dilué dans 1 –2 ml d’eau en IR.

* Paracétamol : 60 ml/kg répartis en 4 prises orales

*REF U

1.1.2: * hyperthermie isolée Paludisme simple

probable * donner Arthémether 4mg/kg + Amodiaquine 10 mg/Kg de poids en

une prise/j pendant 3jours

* et le paracétamol 60 mg/Kg de poids par jour en 4 prises ou faire

un enveloppement humide. * conseiller l’utilisation de la moustiquaire imprégnée,

* expliquer à la mère quand revenir immédiatement ;

* revoir l’enfant dans deux jours s la fièvre persiste.

*si la fièvre a été présente tous les jours depuis plus de 7 jours, REF I

1.2 : Si rougeole actuelle ou au cours des 3 derniers mois, classer : 1.2.1 : * tout signe général de

danger (incapacité de boire ou

de téter, vomissement de

toute boisson ou aliment,

convulsions passées ou en

cours, léthargie ou

inconscience), ou

* opacité de la cornée ou

* ulcérations profondes ou

étendues dans la bouche

Rougeole grave et

compliquée

* Donner vitamine A (100 000 UI chez l’enfant de 0- 12 mois ; 200 000 UI chez

l’enfant de plus de 12 mois):

*Administrer 1 ère dose d’ampicilline injectable (200 Mg / kg en 3 prises/j)

*. Si opacité de la cornée ou écoulement oculaire de pus, appliquer pommade

ophtalmique à la tétracycline

*REF U

1.2.2 : * écoulement oculaire de

pus ou

2.3 : * ulcérations dans la

bouche

Rougeole avec

complications aux yeux

ou à la bouche

* donner la vitamine A (100 000 UI chez l’enfant de 0- 12 mois ; 200 000 UI chez

l’enfant de plus de 12 mois):

* si écoulement oculaire de pus, appliquer pommade ophtalmique à la tétracycline.

* donner du cotrimoxazole pendant 5 jours,

* en cas d’ulcération de la bouche, traiter au violet de gentiane.

* REF U

1.2.3 : * Rougeole actuelle ou

au cours des 3 derniers mois

Rougeole non

compliquée

* donner vitamine A (100 000 UI chez l’enfant de 0- 12 mois ; 200 000 UI chez

l’enfant de plus de 12 mois):

* expliquer à la mère quand revenir immédiatement

* conseiller la mère sur l’alimentation et l’hygiène

N.B : Pour tout cas de rougeole : déclaration obligatoire, enquête autour du cas et prélèvement

sanguin, conformément aux instructions de la surveillance intégrée de la maladie et la riposte (SIMR)

Page 10: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

10

2. temp. 37,5°C Enfant de plus de 5 ans

2.1 Inconscience et/ou raideur de la nuque (signes méningites)

Milieu urbain REF U

Oui

Milieu rural au cas où la référence est difficile :

Quinine en perfusion 8 mg/Kg de poids toutes les 8 heures

Dans 5-10 ml SGI/kg pendant 24 heures ou

Arthémether injectable 3,2 mg/kg en IM de J1, puis 1,6

mg/ kg pendant 4jours

Si référence toujours difficile faire antibiothérapie

: Amoxycilline 200mg/Kg de poids/J en IVD

toutes les 6 à 8 heures

N.B. : Chercher toujours à référer le malade

Enfant 2 mois Gentamicine 3 mg/ Kg de poids IM 3 fois/j

+Amoxycilline ou Ampicilline 200mg/Kg de poids IVD toutes 6H

N.B. : Pas de Quinine IM chez les enfants Non

2.2 - Examiner l’enfant (bouche, pharynx, oreille, peau, abdomen), et suivre sd correspondant

2.2.1. Inflammation de la bouche ou du pharynx oui voir Troubles resp. sup. ou stomatite

Non

2.2.2 .Douleur à la pression du tragus :

0ui stratégie oreille

Non

2.3. Köplik (ou éruption) oui Voir PCIME, faire enquête et prélèvement et suivre autres SD

Non

6. Contracture ou défense abdominale :

Oui REF U

Non

7. Abcès ou tuméfaction : oui Voir tin (tumeur inflammatoire

Non

8. Donner :

- ASU 4mg/kg + AQU 10 mg/Kg de poids en une prise/j pendant 3jours + le paracétamol 60 mg/Kg de poids par

jour en 4 prises et contrôler la température.

Mieux : stop

Pas mieux : REF I

Page 11: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

11

2-

Définition : Rejet par les voies aérodigestives de tout ou d’une partie du continu de l’estomac de façon spontanée ou

provoquée.

Affections ou Syndromes à ne pas rater : Paludisme, Otite, Méningite, Parasitose intestinale, Choléra, Occlusion

intestinale, Intoxication alimentaire. Amibiase, SIDA, déshydratation.

- Rechercher une déshydratation importante (Tableau C) : perte de 10 – 15% du poids corporel

précédemment et/ou pli cutané abdominal s’effaçant lentement, hypotension artérielle

et /ou deux des trois signes suivants : langue sèche, yeux enfoncés, fontanelle affaissée ou déprimée

.- Apathie importante : enfant ne réagit pas lorsqu’on le déshabille ou on l’examine ou est trop

faible pour boire.

- Déshydratation légère (Tableau B) : perte de poids 5 – 1O%, pli cutané s’effaçant lentement ou

1 des 3 signes mineurs : langue sèche, yeux enfoncés, fontanelle affaissée ou déprimée.

- Tableau A : 1 des 3 signes mineurs : langue sèche, yeux enfoncés, fontanelle affaissée ou déprimée.

- Apathie frustre : eutonie.

– Examen de selles : sur place, en urgence

- S’il n’ y a que des globules blancs (GB) donner cotrimoxasole et suivre les instructions

générales pendant 5 jours. Si le 6e jour la diarrhée continue, référer.

3.2 - S’il y a surtout des globules rouges (GR) et pas ou très peu de GB, référer immédiatement

(S’il n’ y a pas de diarrhée il faut suivre la stratégie no.3, « sang dans les selles »).

3.3 - Si diarrhée rhiziforme, ne pas référer et surtout réhydrater + + +

3.4 – S’il y a des amibes, traiter pendant 1 jour, le lendemain la diarrhée doit avoir diminué.

Un critère est que le poids n’a pas diminué. Sinon, il faut référer. 3.5 - Une verminose ne provoque pas toujours une diarrhée, suivre alors n° 4 pour ne pas rater une infection

4 –Signes d’infection :

-demander si l’enfant tousse : stratégie n°7 (toux) et

-rechercher et traiter les signes (3) à (7) de la stratégie n°1 (fièvre)

NB : Réévaluer la diarrhée régulièrement

*Si elle continue mais que le poids ne diminue pas, continuer le traitement pendant 3 jours.

Si le 6e jour, la diarrhée continue, référer.

*Si elle continue et que l’enfant maigrit, Référer

TECHNIQUES

-Réhydratant au CS : Préparer le liquide réhydratant. Montrer à la mère comment faire boire l’enfant à la cuillère.

Garder la mère et l’enfant dans la salle de traitement (de consultation) et encourager la mère à faire boire régulièrement (+ou -–

40 cc/kg/h).

INSTRUCTIONS GENERALES

-conseiller un régime/ eau de riz + sel et thé + sucre

-si plus de 6 selles par jour ou si perte de poids : réhydratant

-peser et voir chaque jour : si drh 1 à 4 : suivre la stratégie drh 1 à4

-si la mère a spontanément mentionné de la fièvre : suivre la stratégie tem en plus

-donner les conseils aux parents

CONSEILS AUX PARENTS

- Donner à boire –eau de riz (faire cuire la valeur d’une grande cuillère de riz dans la valeur d’une

bouteille d’eau – compléter avec de l’eau propre pour remplir une bouteille). Ajouter le « réhydratant »

Reçu ; cela réveillera l’enfant. Après thé léger + sucre. L’eau qui sort avec la diarrhée n’est pas la

même que celle qui est bue par l’enfant. Le danger c’est que l’enfant perde toute l’eau de son corps.

SSS= 1l d’eau potable + 10 morceaux de sucre + 2 pincées de sel de table

-Mesures d’hygiène générales rigoureuses

- Montrer en urgence si l’enfant est fatigué ou s’il y a du sang dans les selles.

N.B. : En cas de choléra : Ne pas référer (quarantaine), Mesures d’hygiène générales rigoureuses,

Réhydratation -Déclaration obligatoire locale conformément aux instructions de la SIMR

Conseils vomissements :Rassurer la mère, tenir l’enfant en position verticale, ne pas faire boire, nettoyer la bouche de l’enfant

avec eau salée, faire boire l’eau salée, sucrée en petites gorgées après 30 minutes d’observation

Drh : diarrhée

Page 12: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

12

2.

Diarrhée :

- 1 : Enfant de moins de 5ans : Suivre stratégie PCIME

Après observation clinique, classer la diarrhée : 1.1: pour la déshydratation 1.1.1 : Deux signes suivants :

*léthargique ou inconscience

* yeux enfoncés

* incapable de boire ou boit

difficilement

* pli cutané s’efface lentement

Déshydratation

sévère

* si l’enfant n’a pas d’autre classification : donner des liquides pour déshydratation

sévère (plan C) ou

*si l’enfant a une autre classification grave : REF U et la mère donnant fréquemment

des gorgées de SRO en cours de route.

Conseiller à la mère de continuer l’allaitement au sein.

*si l’enfant a deux ans ou plus et si une épidémie de choléra sévit dans la région,

donner du tétracycline par voie orale.

1.1.2 : deux des signes

suivants :

* agité, irritable

* yeux enfoncés

* boit avidement, assoiffé

*pli cutané s’efface lentement

Signes évidents de

déshydratation

*donner liquide et aliments pour signes évidents de déshydratation ( plan B)

*si l’enfant a une autre classification grave : REF U, et la mère donnant fréquemment

des gorgées de SRO en cours de route. Conseiller à la mère de continuer l’allaitement

au sein.

*expliquer à la mère quand revenir immédiatement.

* Revoir le lendemain

1.1.3 : Pas assez de signes pour

classer comme signes évidents

de déshydratation ou

déshydratation sévère

Pas de déshydratation * donner liquide et aliments pour traiter la diarrhée à domicile ( plan A)

* expliquer à la mère quand revenir immédiatement

* revoir dans 2 jours. Mieux, poursuivre x 2 j et stop. Pas mieux REF I

N.B. : En cas de choléra : Ne pas référer (quarantaine), Mesures d’hygiène générales rigoureuses, Réhydratation,

Déclaration obligatoire ( locale) conformément aux instructions de la SIMR.

1.2: Si la diarrhée persiste depuis 14 jours ou plus, ou au cous des 3 derniers mois 1.2.1 : déshydratation présente Diarrhée persistante

sévère

* Traiter la déshydratation avant de référer (REF I), à moins que l’enfant n’ait une

autre classification grave (REF U).

1.2.2 : Pas de déshydratation diarrhée persistante *rechercher une infection symptomatique à VIH

*expliquer à la mère comment nourrir un enfant qui a une diarrhée persistante.

* donner des multivitamines et des sels minéraux.

* Revoir dans cinq jours. Mieux : continuer ttt x3j et Stop

Pas mieux : REF I

1.3: et S’il y a du sang dans les selles 1.3 : Sang dans les selles Dysenterie * Traiter pendant 5 jours avec du cotrimoxazole

* donner des multivitamines ;

* revoir dans deux jours. Mieux : continuer ttt x 3j et stop.

pas mieux : métronidazole + remplacer cotrimoxazole par l’acide nalidixique et REF I

- 2 : Enfant de plus de 5ans :

2.1 Déshydratation importante (tableau c) : oui voir diarrhée 1

Non

2.2 Déshydratation légère oui réhydrater pdt 2h pas mieux REF U

non (tableau B)

Métopromazine 1 amp/10kg IM

mieux suivre 3

2.3 Déshydratation légère et/ou Apathie légère (Tableau B) :

oui réhydrater Pdt. 2 h

Si déshydratation et / ou apathie continue REF U

drh diarrhée

Page 13: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

13

Si amélioration voir 3 et poursuivre réhydratation selon Tableau A

Non

2.4 . Demander s’il y a du sang ou du pus dans les selles

Oui faire un examen des selles

2.4.1 Globules blancs + + + OUI

–Sulfaméthoxazole- triméthoprime 1 comp/10kg/p si drh continue REF I

de poids ou ¼ comp. Adulte/5 kg de poids /j pdt 5 - 7j.

-instructions générales.

mieux : Continuer pdt 2j

pas mieux :Amoxycilline STOP

50 mg/kg de poids x 5j

2.4.2 Glob. Blancs + et Cotri 1cm 5/kg de poids pendant 5 - 7j si échec voir 3.3

Glob. Rouges + + +

2.4.3 Selles aqueuses et riziformes Ne pas référer (voir SIMR) Selles aqueuses et riziformes /

Observation en isolement + Déclaration urgente obligatoire et alerte immédiate, hydratation -Érythromycine 50 mg/kg de poids pdt 5 - 7j, ou Tétracycline 50 mg/kg/j x 3j

-SRO + perfusion

2.4.4 Trophosoïtes oui métronidazole drh continue REF I

d’amibes 30mg/kg/j en 3 prises orales pdt 2j

et lambliase Instructions générales

Diarrhée arrêtée instruction générales

+ Métronidazole pdt 5j. STOP

2.4.5 Verminose oui Mébendazole 1 cm x 2/jx3j et suivre.

Si œufs schisto : praziquantel 40mg/kg dose unique suivre 4

2.4.6 RAS suivre 4

Non

2.5 : Chercher des Signes d’infection :

Oui appliquer les instructions générales Suivre SD p.e. tem/tux/trs

.

Pas d’amélioration poids diminue Oui REF I

Après 3j

Poids ne diminue pas instruct. Gén. Pdt 3j

Diarrhée continue REF I

Diarrhée arrêtée STOP

non instruct. gén. après 3j diarrhée continue REF I Diarrhée arrêtée STOP

Page 14: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

14

3.

Définition : écoulement par l’anus du sang rouge, mélangé ou non avec les selles

Affections à ne pas rater : occlusion intestinale, FH, fissure anale, parasitoses intestinales.

1. Sang pur (rectorragie) REF U

2. En zone de forêt : isolement local pour enquête autour du CAS REF U au DDS et SO (voir SIMR)

3. Examen de l’anus et des selles:

3.1 Fissure ou érosion anale :

Oui bain de siège (matin, soir) continue sang REF I

au permanganate de K ou

Chlorexidine

et/ ou pommade hémostatique (HEC) pdt. 7j

- conseils aux parents

Sang arrêté STOP

Non

2 .2 Examen des selles glairo-sanguinolentes à frais

2.2 .1 :Trophozoïtes d’amibes de lambliase oui

Non

Métronidazole 30 mg/kg/p/j x 7 à 10j sang continue REF I Sang arrêté STOP

2.2.2 : Salmonelloses voir drh et PCIME Shigellose

4. Autres REF I

San : sang par l’anus

Page 15: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

15

4.

Définition : Rejet par les voies aérodisgestives de tout ou d’une partie du continu de l’estomac de façon spontanée

ou provoquée.

Affections à ne pas rater : Paludisme, Otite, Méningite, Parasitose intestinale, Choléra, Occlusion intestinale,

Intoxication alimentaire.

1. Déshydratation importante (tableau c) : oui voir diarrhée drh .

Non

2. Déshydratation légère oui réhydrater pdt 2h pas mieux REF U

(tableau B)

Métopromazine 1 amp/10kg IM

Mieux suivre 3

non

3. Température ( 37,5°C) oui donner des conseils e t voir Fièvre

Non

4. Regarder les conjonctives

Ictère oui voir ictère

Pâleur oui voir Léthargie

Non

5. Rien à signaler oui Métoprimazine (v. note) * pas mieux REF I

5 à 10 gttes/kg de poids/j ou 1 amp

pour 10 kg de poids IM ou IV

Conseils vomissement mieux STOP

NOTE* : La Métoprimazine se donne à la dose de 5 - 10 gttes/kg de poids/j ou 1 amp IM ou IV/10Kg

Conseils vomissements :

Rassurer la mère, tenir l’enfant en position verticale, ne pas faire boire, nettoyer la bouche de l’enfant avec eau

salée, faire boire l’eau salée, sucrée en petites gorgées après 30 minutes d’observation

vom vomissements

Page 16: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

16

5 –

Définition : C’est une sensation plus ou moins pénible au niveau de l’abdomen qui peut être spontanée ou provoquée

Affections à ne pas rater :

Pathologies abdominales :

-Abdomen aigu chirurgical : occlusion intestinale, appendicite, péritonite, invagination intestinale, rupture

et torsion de kyste, Hémorragie interne, traumatisme abdominal

- Maladie néphro-urinaires : infection urinaire, uretero-lithiase, Cystite.

- Maladie du foie et de la rate : abcès, hépatite, splénomégalie, cholécystite, Intoxication, diarrhée, fièvre

typhoïde

Pathologies extra - abdominales- :

- insuffisance cardiaque, pleurésie, Crise sicklanémique (drépanocytaire), Urétrites, traumatisme.

Demander (dans l’ordre) si l’enfant présente de la diarrhée, du sang dans les selles, des vomissements,

de la fièvre, de la fatigue ou de la toux

si oui : choisir ces plaintes comme S.D

si non : S.D = douleurs abdominales

Si l’enfant est assez âgé pour localiser la douleur, voir stratégie correspondante abd

Sinon, mais il y a une autre plainte spontanée, voir seulement la stratégie correspondante.

Expliquer que les douleurs abdominales peuvent provenir de la même maladie et guériront en même

temps.

Palper l’abdomen

Contracture : ventre dur

Défense : la palpation provoque une vive douleur et un durcissement du ventre.

Tumeur (y compris une splénomégalie)

Dans ce cas référer (en urgence pour contracture et défense. Sinon voir (4).

Conseiller un régime d’aliments bien frais, faire un examen de selles : Donner Mebendazole 1Cp de 100mg x 2/j pdt

3 Jours + Butylscopolamine

Revoir le lendemain et reprendre la stratégie depuis le début. S’il n’ y a toujours rien de spécifique,

référer.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

5 - douleurs abdominales (abd) 1. traumatisme :

oui/1.1 : ouvert oui : rechercher signes de choc

pansement, abord veineux avec SSI, Dexamethasone 0,25mg/kg IVD REF U

1.2 : Fermé oui Rechercher signes de choc * oui :

CSI urbains : abord veineux avec du SSI

Dexamethasone 0,25mg/kg IVD

REF U

CSI ruraux : abord veineux /haemacel ou plasmagel

Dexamethasone 0, 25mg/kg IVD

Avec 2 donneurs REF U

** Non pas de signes de choc :

Observation 24 h aggravation oui REF U Paracétamol. 60 mg/kg/j

en 2 ou 4 prises

Mieux Continuer trt pdt 4 jours STOP

abd douleurs abdominales

Page 17: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

17

2. Douleurs non traumatiques

Non

Vous faites coucher le malade sur le dos et vous lui demander l’endroit qui est le plus douloureux :

-localisation impossible ou peri-ombilicale voir abd 2.2

-localisation épigastrique voir abd 2.3

-localisation hypochondriaque voir abd 2.4

-localisation fosse iliaque droite voir abd 2. 5

-localisation fosse iliaque gauche voir abd 2.6

-localisation hypogastrique voir abd 2.6

2.2. Douleurs péri - ombilicales

Oui

Faites une palpation superficielle et profonde à la recherche de :

2.1 Une masse oui REF I

2.2 Une défense ou une rigidité musculaire oui REF U

2.3 Une hernie douloureuse oui REF I

2.4. Il n’y a rien à signaler oui vermifuge mieux STOP

Pas mieux REF I

___________________________________________________________________________________

NOTES : Signe de choc : pâleur conjonctivale importante, asthénie extrême, pouls filant, TA. effondrée

Occlusions intestinale : vomissements, arrêt des matières fécales et des gaz, le ventre est souvent ballonné ; on

entend à l’auscultation un bruit violent ou pas du tout de bruit (péristaltisme exagéré ou pas de péristaltisme)

2.3. Douleurs épigastriques : Faire une palpation superficielle et profonde à la recherche de :

1 - Une défense ou une rigidité musculaire oui REF U

2 - Une hernie épigastrique douloureuse oui REF I

3 - Une hépatomégalie oui REF I

4 - Une splénomégalie oui abd 4

5 - il n’y a rien à signaler : Mébendazole 1cp de 100mg x 2/j pdt 3j mieux STOP

ou 1 cp 200 mg x 2/j pdt 3j

+ Régime gastrique + Hydroxyde d’aluminium 2 comp x 3/j

mieux STOP

Pas mieux REF I

Page 18: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

18

2.4. Douleurs dans les hypochondres :

Faire une palpation systématique superficielle et profonde à la recherche de :

:

4.1. - Une masse oui REF I

4.2. - Une défense ou une rigidité musculaire oui hyoscine ou papavérine REF U

4.3. - Une hépatomégalie oui REF I

4.4. – Une splénomégalie isolée T° 37, 5° suivre Température

. T° 37,5° : ASU + AQ pdt 3 j mieux STOP

+ MII

Pas mieux REF I

4.5. La douleur augmente avec l’inspiration oui suivre tho

4.6 Il n’ y a rien à signaler régime hépatique et polyvitamine 7 j mieux STOP

Pas mieux REF C

__________________________________________________________________________________

NOTES : régime gastrique : manger peu à la fois mais souvent. Pas de pili-pili, pas d’alcool, pas de

tabac, pas de citron, pas de noix de cola, pas de repas très chauds, pas de café, traitement

antiacide : voir comprimés mis à la disposition du centre de santé.

Régime hépatique : surtout pas d’alcool, conseiller des aliments protéiniques et contenant

beaucoup de vitamines (légumes, fruits).

2.5. Douleurs dans la fosse iliaque droite :

Faire une palpation superficielle et profonde à la recherche de :

5.1 .-Une masse oui REF I

5.2. - Une défense ou une rigidité musculaire oui REF U

5.3. - Une T° 37 ?5° et /ou des vomissements oui REF U

5.4. - rien à signaler : chercher le signe de rebond positif REF U

Négatif. il s’agit d’une fillette voir abd 2.6

Non Mébendazole mieux STOP

1comp de 100mg x 2/j pdt 3j Pas mieux abd 2.6

2.6. DOULEURS HYPOGASTRIQUES A L’EXCLUSION DE gyn. et uri OU DOULEURS FOSSE ILLIAQUE

GAUCHE

Rechercher hernie : si oui, REF I

Si non :

- Il s’agit d’un garçon : Voir uri

- Il s’agit d’une fille pubère:

Demander la date des dernières règles voir stratégie adulte ( gyn. )

_____________________________________________________________________________________

NOTE : Signe de rebond : avec le bout des quatre doigts on pousse doucement mais profondément

dans la fosse iliaque : puis on relâche brusquement. Le signe de rebond est la douleur provoquée par

le relâchement.

Page 19: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

19

6.

Définition : Pas d’émission de selles depuis plus de 72 heures.

Maladies à ne pas rater : Verminose, causes alimentaires, fissure anale, anite,

maladie de Hirshsprung (mégacôlon congénital).

Demander si l’enfant présente vomissement ou fièvre.

Si oui : choisir ces plaintes comme S.D.

Si non : choisir les autres plaintes spontanées comme S.D.

S’il n’ y en a pas : S.D.= Constipation.

* Si ballonnement ou arrêt des gaz. REF U

* Si le poids de l’enfant correspond à moins de 70% pour l’âge, référer.

* Si non, donner des conseils de régime (fruits, légumes) et d’hygiène (éviter les lavements)

Si après 1 jour, il est encore constipé sans qu’il y ait eu de lavement Référer.

----------------------------------------------------------------------------

6. constipation (cst)

1. ballonnement abdominal et/ou arrêt de gaz Oui REF U

Non

2. Examiner l’anus :

Inspection

2.1 :Si inflammation anus

Oui Mébendazole 1cp ou 1cp x 2/j pdt 3j mieux STOP

Ibuprofène

Pas mieux REF I

Non

2.2 :Si fissure anale oui voir san 1

Non

Toucher rectal

3.1 : Si fécalome oui : Stimulation anale avec le bout de thermomètre savonné

et/ ou glycérine 1 suppositoire pendant 1 Mieux STOP

Pas mieux : Retirer avec le doigt + conseils

3.2 : Autres REF I

3.3 Rien à signaler oui conseils mieux STOP

Pas mieux REF I

CONSEILS AUX PARENTS -Eviter les lavements

-Un enfant qui ne va pas à selles même pendant plusieurs jours mais qui ne vomit pas, n’a pas de fièvre, sourit et

joue, n’est pas malade.

- Régime de légumes et fruits chez l’enfant et chez la mère

cst constipation

Page 20: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

20

7.

Définition : Expiration brusque et bruyante due à une irritation des voies respiratoires

Si une autre plainte (spontanée) est dyspnée, diarrhée, suivre le S.D correspondant :

- dyspnée voir dpn n° 22

- diarrhée voir drh (N°2)

Si non suivre S.D. = toux

Affections à ne pas rater : broncho-pneumonie, pneumonie, pleurésie, tuberculose, allergie,

asthme, verminose (syndrome de Loeffler), corps étranger, sida, Pneumothorax, décompensation cardiaque.

Enfants âgés de 0 à 5 ans voir stratégie PCIME

Enfant de plus de 5 ans, déshabiller l’enfant :

Rechercher la dyspnée :

- Tirage sous, intercostal ou battement des ailes du nez,.

- Dyspnée forte c-à-d bien visible : rechercher laryngite et traiter selon milieu rural ou urbain.

La dyspnée peut être recherchée après avoir aspiré les mucosités et calmé l’enfant.

Examiner l’enfant à la lumière et nu.

2 Prendre la température Si la T° est de 37,5° ou plus et l’enfant fait la coqueluche ou a une voix rauque donner :

- Erythromycine 50mg/kgp pendant 7 jours

- ASU

- Antipyrétique ( Paracétamol ou AAS 60mg/Kgp pendant 7 jours

- Donner conseils sur la coqueluche.

Si la T° est de 37,5° ou plus, il n’ y a pas de signes de coqueluche, mais il y a au moins une des situations suivantes :

- Donner ASU pendant 3 jours, Amoxycilline ou Ampicilline 250mg pendant 5 - 7 jours, et mébendazole.

- Revoir l’enfant le 4e jour : si la T° est de 37,5° ou plus, référer.

Si la T° est de 37,5°, continuer Amoxycilline (pénicilline A) pendant 2 jours.

Si la température est de moins 37,5° et qu’aucune des 2 situations prévues en 2.1.1. ne se retrouvent :

Donner Aspirine, ASU; revoir l’enfant le lendemain et remesurer la T° :

Si T° 37,5° : donner Pénicilline

Si T° 37,5° : voir l’enfant après 3 jours

Si la toux 15 jours : il faut faire un examen de crachat à la recherche de BAAR.

IL y a la présence ou absence des BAAR dans les crachats, il faut ouvrir une fiche opérationnelle (FO)

selon les instructions.

En cas d’œdèmes des membres inférieurs, des râles crépitants aux deux bases pulmonaires, absence de murmures

vésiculaires, matité ou hyper tympanisme : Réf U

_____________________________________________________________________________________

NOTE : L e clerc et l’aide médico-sociale doivent présenter immédiatement à l’infirmier tout enfant

en dyspnée, il faut alors reprendre la stratégie à 1

Le chef de centre doit présenter au superviseur ou REF I tout malade BAAR- (TPM-).

Le chef de centre doit présenter toute lame BAAR + et BAAR- pour fiabilité.

CONSEILS COQUELUCHE :

Une toux rebelle n’indique pas que l’affection persiste, inutile de gaspiller de l’argent en achetant des antibiotiques.

Ce qu’il faut dire c’est réalimenter l’enfant s’il vomit et faire un effort pour continuer à l’alimenter

tux toux

Page 21: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

21

7.

1. Enfants de 0 à 5 ans : oui

Après l’observation clinique, classer la toux et les troubles respiratoires :

1.1* tout signe général de danger (incapacité de boire ou de téter,

vomissement de toute boisson ou tout

aliment, convulsions passées ou en cours,

léthargie ou inconscience), ou

* tirage sous costal ou

* stridor chez un enfant calme

Pneumonie grave ou

maladie très grave

*Administrer 1 ère dose d’ampicilline injectable (200 Mg / kg

en 3 prises/j)

* traiter l’enfant pour prévenir l’hypoglycémie.

* REF U

1.2* respiration rapide ( 50 rep/mn ou

plus chez l’ enfant de 2 à 12 mois ; 40

rep/mn chez l’Enfant de 12 à 5 ans

pneumonie *Donner du cotrimoxazole pendant 5 jours.

* rechercher une infection symptomatique de VIH

* calmer le mal de gorge et la toux avec un remède

inoffensif (tisane de miel de citron, infusion de lemba-

lemba, d’eucalyptus ou de corossolier),

* expliquer à la mère quand revenir immédiatement.

Mieux : stop. Pas mieux, REF I

1.3* Pas de signe de pneumonie ou de

maladie grave

Pas de pneumonie :

toux ou rhume

* si la toux dure depuis plus de 15 jours, référer le

malade pour bilan REF I

* calmer le mal de gorge et la toux avec un remède

inoffensif (tisane de miel de citron, infusion de lemba-

lemba, d’eucalyptus ou de corossolier),

* expliquer à la mère quand revenir immédiatement

* revoir dans 5 jours s’il n’y a pas amélioration.

2. Enfants de plus de 5 ans

2.1 Dyspnée forte :

Oui (polypnée ou tachypnée, tirage, battements des ailes du nez, cyanose)

Si laryngites, angines, épiglottite : Bradypnée inspiratoire, tirage et cornage, voix éteinte,

dysphagie ou refus de téter

Non

Position latérale de sécurité

Céléstène 16 à 20 gttes/kg de poids/jour par voie orale

Milieu rural ou Dexamethazone 0,25mg/kg de poids/j en IM ou IV

Pénicilline 50.000 à 100.000 UI/KG de poids

en 3 injections IV ou IM

Compléter ce traitement avec :

Si râles bronchiques Enfant : Sulbutamol 0,30 m/kg/j en 3-4 fois soit 1 à 4 c à c/j

Milieu urbain REF U

2. Prendre la température :

2.1. temp. 37,5°C : coqueluche/ oui –ASU+AQU, AAS pdt 3j mieux STOP

toux quinteuse - Erythromycine50 mg /kg/j pdt 7 jours

Pas mieux et

poids diminue REF I

tux toux

Page 22: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

22

2.2 Tem < 37,5°c toux 15 j ou p/A ou P/T 70% ; ou âge 1 an ou angine

2.2.1 Oui – ASU+AQU/ AAS temp. après 3j 37,5°C continuer STOP

- Pénicilline pdt 3j Pénicilline pdt 7j

-V.G./serum physiol

- Mébendazole 1cm (ou 1 cp) x 2/j pdt 3j

37, 5°C REF I

2.2.2 Non –ASU+AQU/AAS ; temp après 1 j 37,5°C continuer ttt pdt 3j –V.G./serum physiol.

37,5°C Pénicilline pdt 5 j

Mieux STOP

Pas mieux REF I

3 .Toux 15 jours : Sans hémoptysie et sans AEG

Examen de crachats 3 fois :

3.1 : BAAR+ = TPM+ FOT

Pendant les 2 premiers mois : INH (Isoniazide) : 5mg/kg/j

Rifampicine : 10 mg/kg/j en 2 prises ttt supervisé

Pyrazinamide : 25 mg/kg/j en 2 prises

Puis pendant 4 mois : Rifampicine : 10 mg/kg/j en 2 prises traitement

Pyrazinamide : 25 mg/kg/j en 2 prises ambulatoire

3.2 : BAAR- = TPM- présenter chez superviseur ou REF I

3. Autres REF U

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

8.

Définition : Ecoulement nasal, dysphagie, atteintes de la gorge.

Si une autre plainte est toux : S.D. = toux

Affections à ne pas rater : amygdalite ou angine, otite, muguet candidosique.

Prendre la température :

Si T° est plus élevée que 37,5°, prescrire AAS, ASU+AQU, sérum physiologique dans le nez et examiner le pharynx.

Amygdalite = amygdales très rouges et fortement augmentées de volume

ou

Angine = amygdales très à points blancs.

Donner pénicilline pendant 3 jours. Revoir l’enfant le 4è jour et prendre la T° :

a) si T° est supérieure à 37,5° Réf I

b) si T° égale ou inférieure à 37,5°, continuer pénicilline pendant 5 jours.

Appliquer alternativement une pression sur les tragus de l’oreille de chaque côté. Si elle réveille une douleur : Voir

la stratégie douleur dans l’oreille.

S’il n’ y a pas de douleur aux oreilles, et qu’il y a présence de muguet, donner Fugizone ou Nystatine.

Revoir le 5e jour : s’il y a toujours de la fièvre, donner Pénicilline comme pour l’angine.

S’il n’ y a pas de fièvre donner l’antimycosique pendant 16 jours.

Si la T° 37,5°C ou il n’ y a pas de plainte « fièvre », instiller du sérum physiologique dans le nez.

Revoir l’enfant le 4ème jour. S’il y a toujours écoulement nasal, reprendre la stratégie pour dépister un nouveau signe

spécifique éventuel.

trs troubles respiratoires supérieurs

Page 23: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

23

8.

Prendre la température 1 : temp. 37,5°C – ASU+AQU+AAS et examiner le pharynx et l’oreille

– Sérum physio.

1.1 Angine –pénicilline V pdt 3j. le 4ème j temp. 37,5°C REF I

-V.G.

Temp 37,5° C continuer pénicilline 5 j STOP

1.2 Pression sur tragus douloureuse oui, suivre Oreille ore

1.3 Autres : muguet : -Amphotéricine B le 5ème j temp 37,5° C STOP

1cm/10 kg de poids/j x 10 j

temp. 37,5°C suivre tem1.1.1.

2 .temp. 37,5° C – sérum physio. Pdt 3 j mieux STOP

Pas mieux (temp. 37,5C /trs continue) suivre 1.1 à 1.3.

trs troubles des voies respiratoires supérieurs

Page 24: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

24

9.

Définition : lésion inflammatoire ou tumorale de la bouche

Affections à ne pas rater : muguet, gingivite, stomatite, tumeur des parties molles à l’exclusion des maladies de

la gorge.

N.B. : Si autre plainte = fièvre, voir aussi le N.B. dans la stratégie N°1 (fièvre).

Examiner la bouche S’il s’agit de plaie ou de rougeur non uniforme aux lèvres, à la langue ou, aux muqueuses buccales,

Appliquer du violet de gentiane pendant 5 jours, revoir. Si les plaies ne sont pas guéries

ou fortement diminuées, référer.

Il s’agit d’un enduit blanchâtre de la langue ou de la muqueuse bucco gingivale traiter

comme prescrit.

Il s’agit d’autre chose Réf C

Conseils aux parents :

- laver la bouche avec de l’eau après chaque repas.

- Appliquer le médicament chaque jour

- donner à l’enfant une alimentation molle (avec des aliments de construction).

-

9.

1. Examiner la bouche :

1.1. Plaie oui –V.G. pdt 5j mieux STOP

-conseils

pas mieux REF I

1.2. Muguet : oui Nystatine 100.000U (5-8 dragées)

ou Amphotericine B (1cm/5kg de poids /j pdt 21 j)

Non

1.3. Autres REF I

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

10.

Définition : Douleur ou écoulement à l’intérieur de l’oreille (voir aussi troubles cutanés et tumeur inflammatoire).

Examiner l’oreille (éventuellement après un nettoyage prudent).

Affections à ne pas rater : Otite, Mastoïdite, Corps étranger dans l’oreille.

- S’il y a suppuration sans fièvre : Faire le méchage 3fois/j pdt 5 jours, revoir l’enfant si pas séché, refaire le

méchage 3fois/j pendant 5 jours.

Si échec, référer. (Possibilité d’une infection à VIH)

- Si la température mesurée est supérieure ou égale à 37,5° et il y a une suppuration donner Sulfaméthoxazole –

triméthoprime (ST) ou amoxicilline 3 j. Revoir le 4e jour.

Fièvre diminuée, douleur diminuée pas de suppuration : continuer Sulfaméthoxazole–

Triméthoprime (ST) ou amoxicilline pendant 3 j.

Si la douleur persiste : référer.

sto maladies de la bouche

sto maladies de la bouche

ore maladies de l’oreille

Page 25: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

25

10.

1. Voir stratégie PCIME pour les enfants de 0 à 5 ans Après l’observation clinique, classer le problème de l’oreille : 1.1 : GONFLEMENT DOULOUREUX

DERRIERE L’OREILLE

mastoïdite donner la première dose d’ampicilline ou d ‘amoxicilline (100 mg

/kg en IM ou IVD répartis en 3 prises)

donner la 1 ère dose de paracétamol pour calmer la douleur (60

mg/kg répartis en 3 prises)

REF U

1.2 : Ecoulement de pus depuis moins de 14

jours ou

douleur à l’oreille

Infection aiguë de

l’oreille

- Donner de l’ampicilline ou de l’amoxicilline (100 mg/kg/j en 3 prises

orales, pendant 5 jours ;

- donner du paracétamol pour calmer la douleur (60 mg/kg répartis en

3 prises).

- Assécher l’oreille à l’aide d’une mèche.

- Revoir l’enfant dans cinq jours.

- Si pas d’amélioration, REF I

- Si amélioration, poursuivre ttt pdt 5 jours et stop

1.3 : Ecoulement de pus depuis 14 jours ou

plus

Infection chronique

de l’oreille

- Assécher l’oreille à l’aide d’une mèche.

- Rechercher une infection symptomatique VIH

- Revoir l’enfant dans cinq jours.

- Si pas d’amélioration, REF I

1.4 : pas de douleur à l’oreille et pas

d’écoulement de pus visible

Pas d’infection

d’oreille

Pas de traitement supplémentaire

2. enfants de plus de 5 ans Examiner l’oreille et prendre la température - temp. 37°C, pas de suppuration, mais la pression sur le tragus est douloureuse, suivre le traitement et la

stratégie 2.3

2.1 : temp. 37,5°C suppuration oui

–Sulfaméthoxazole -triméthoprime douleur et supp. continue Oui REF I

1cm ou ¼ comp/5 kg de poids/j pdt 3j

ou Amoxycilline 50 mg/kg/j pdt 3j

-nettoyage avec Dakin 2x/j x6j

nette amélioration Oui -continuer pendant 3j STOP

2.2 : temp. 37,5°C +suppuration oui – Méchage suppuration continue après 10 jours REF I

enfant guéri oui STOP

2.3 : la pression sur le tragus douloureuse oui -Sulfaméthoxazole - Triméthoprime ou amoxicilline pdt 3 j

3.3.1 temp. 37,5°C ou REF I

douleur continue

3.3.2 temp. 37,5°C continuer avec ST

ou amoxicilline 3j

Plus de douleur STOP

ore maladie de l’oreille

(ore)

Page 26: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

26

11.

Définition : Sensations plus ou moins pénibles au niveau de l’organe ou membres concernées qui peut être

spontanée ou provoquée

Douleur thoracique : Douleur au niveau du thorax

Affections à ne pas rater : Tuberculose, pneumopathie banale, syndrome thoracique aigu,

Traumatisme, crise vaso - occlusive drépanocytaire.

Demander si l’enfant présente toux ou fièvre.

Si oui : Choisir ses plaintes comme Symptôme .Dominant.

Si non : S.D. = douleur thoracique.

S’il s’agit d’une douleur thoracique isolée

- Donner Paracétamol.

11. autres douleurs (adl) Demander autres symptômes

oui suivre strat. Corr. P.exemple: tem, abd, tux

1. Douleur isolée oui Paracétamol 60 mg/kg/j pdt. 7j guéri STOP

Pas guéri REF I

2- Douleurs des membres: Maladies à ne pas rater : Rhumatisme articulaire aigu – Sicklanémie

(Drépanocytose), Paludisme, Traumatisme fermé

Prendre la température 2.1. temp. 37,5°C -ASU et AAS douleurs continues après 5 jours REF I

-repos au lit

plus de douleurs STOP

2. temp. 37,5°C douleurs persistent Paracétamol AAS pdt 5j pas d’amélioration faire test d’ Emmel positif

taux d’HB

Tx d’HB 50% REF U

Tx d’HB. 50% : repos + boisson abondante 150 ml /kg /j

Paracétamol 60 mg/kg/j en 2 ou 3 prises + ASU

Péni.V 50.000 UI /KG/J en 2 ou 3 prises pdt 1 semaine

+ Acide folique de 5 mg x 2/j pdt 10 j (+ vaccin PEV

(+ vaccins nécessaires = anti hépatique B, anti typhique,

anti pneumococcique ) + alimentation variée et équilibrée

(+ bonne hygiène corporelle

Mieux après une semaine STOP

Ne pas arrêter traitements préventif et promotionnel (ASU, vaccin et règles hygiéno-diététiques)

Pas mieux REF I

T.E. négatif. Tx d’HB 50% et 70% : Acide folique ½ à 2 cp/j pdt 5j

+ Paracétamol 60 mg/kg/j pdt 5j

plus de douleurs STOP

T.E. négatif. Tx d’HB 50% REF U

3. Autres + signes associés oui suivre stratégie correspondante

Non REF I

adl autres douleurs

Page 27: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

27

12.

Définition : Fatigue, somnolence, inappétence, l’enfant ne va pas bien, mais il n ‘y a pas de plainte spéciale.

S’il y a d’autres plaintes (spontanées), choisir ces plaintes comme S.D.

EXEMPLE : douleurs abdominales, constipation, douleurs aux membres, Vomissements : suivre S.D. correspondant

S’il n’y a pas d’autres plaintes suivre le S.D. léthargie

Affections à ne pas rater : syndrome néphrotique, tuberculose, trypanosomiase, sida, paludisme, Diarrhée avec

déshydratation, parasitoses intestinales, malnutrition, anémie grave, Apathie même faible : voir définition et

stratégie « diarrhée » n°2.

Dyspnée : voir définition et stratégie « toux » n°7

Si la léthargie date de 2 jours au moins : référer.

Si non, faire les examens Hb Talquist et GE, pour rechercher Trypanosomes, micro filaires ou plasmodium

3.1. Si l’Hg Talquist est égale à 50% ou plus, donner vermifuge 3j°, revoir l’enfant le 6e jour.

Si ça ne va pas mieux : rechercher l’albumine dans les urines, référer si elle est présente ; si l’albumine est nég.

continuer le régime15 j. s’il y a une autre plainte, la traiter selon les stratégies. Après cela, si pas mieux,

référer.

Si Hb est plus que 50 % mais moins que 60% donner un vermifuge, un régime enrichi, du fer et de l’acide folique

pdt. 2 semaines, s’ il n’y pas d’amélioration suivre

3.1.1. Pour la recherche d’albumine. Si l’albumine est pos. Référer, si l’albumine est négative. continuer le fer et

l ‘acide folique 2 semaines, s’il n’ y a pas d’amélioration, référer.

Si l’Hb Talquist est moins de 50 % , référer. 4. Calculer le rapport poids/ âge et poids /taille. Si P/T 80% inscrire au Programme de malnutris

note :rappel de la classification des stades cliniques de l’infection à VIH/SIDA selon l’OMS en sévérité

croissante :

Stade clinique 1 Stade clinique 2 Stade clinique 3 Stade clinique 4 (essentiel) 1 . Infection

2. Lymphoadénopathie

persistante généralisée

3. infection rétro virale

aigu (séroconversion)

*patient

asymptomatique et

activité normale

4. perte de poids < 10%.

5. manifestations

cutanéomuqueuses mineures

p.e : dermatite séborrhéique,

prurigo, atteinte fongique des

ongles, ulcérations buccales, 6. Zona, au cours des 5

dernières années

7 . infections récidivante des

voies aériennes supérieures

(p.e : sinusite bactérienne)

* patient symptomatique

et activité pratiquement

normale

8. PP > 10%.

9. diarrhée chronique depuis plus

d’1 mois

10. fièvre prolongée

(intermittente ou constante)

depuis plus d’un mois

11. candidose buccale

12. leucoplasie chevelue buccale

13. tuberculose pulmonaire

(typique ou atypique) dans l’année

précédente

14. infection bactériennes sévère

(p.e : pneumopathie, pyomyosite)

15. candidose vulvo vaginale

chronique (supérieure à 1 mois) ou

répondant mal au traitement

* patient alité moins de la moitié

de la journée pendant le dernier

mois

16. syndrome cachectisant

23. herpes cutanéomuqueux,

pendant plus d’1 mois …

26. candidose de l’œsophage, de

la trachée, des bronches ou des

poumons

27. mycobactériose atypique

généralisée

28. septicémie à salmonella non

typhi

29. tuberculose extra

pulmonaire

30. lymphome

** patient alité plus de la

moitié de la journée pendant le

dernier mois

let lethargies

Page 28: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

28

12. let léthargie

1 : Enfant de 0 à 5 ans

Après observation clinique, classer :

1.1 : Anémie

1.1.1 : pâleur

palmaire sévère

anémie sévère Donner de la vitamine A (100 000 UI chez l’enfant de 0- 12 mois ; 200 000 UI chez l’enfant de

plus de 12 mois):

Traiter l’enfant pour prévenir l’hypoglycémie (30-50 ml de lait exprimé, ou un substitut de lait

maternel, ou de l’eau sucrée avant le départ per os ou par sonde nasogastrique)

Donner une dose de sulfadoxine pyriméthamine. * REF U

1.1.2 : pâleur

palmaire légère

Anémie modérée Donner du fer si l’enfant n’est pas drépanocytaire.

Si enfant drépanocytaire, donner uniquement de l’acide folique ;

Donner une dose de sulfadoxine pyriméthamine

Donner du mébendazole si l’enfant a 9 mois ou plus et s’il n’en pas reçu pendant les 6 mois

précédents.

Donner de la vitamine A si l’enfant n’en a pas reçu depuis 6 mois. Expliquer à la mère quand

revenir immédiatement. Revoir l’enfant dans 14 jours

1.1.3 : pas de pâleur

palmaire

Pas d’anémie Expliquer à la mère quand revenir immédiatement

1.2 : Classer l’état nutritionnel

1.2.1 : Amaigrissement visible

et sévère ou

œdème des deux pieds

Malnutrition sévère Donner de la vitamine A (100 000 UI chez l’enfant de 0- 12 mois ; 200 000

UI chez l’enfant de plus de 12 mois):

Traiter l’enfant pour prévenir l’hypoglycémie

REF U

1.2.2 : poids très faible pour

l’âge (au dessous de la courbe)

malnutrition Evaluer l’alimentation de l’enfant et conseiller la mère de nourrir l’enfant

comme décrit dans le cadre ALIMENTS du tableau « conseiller le mère »

- si problème d’alimentation, revoir l’enfant dans 5 jours.

Rechercher une infection symptomatique VIH

Si le poids est très faible pour l’âge : conseiller la mère de nourrir l’enfant

comme décrit dans le cadre ALIMENTS du tableau « conseiller le mère »

Donner de la vitamine A si l’enfant n’en a pas reçu depuis 6 mois

Revoir l’enfant dans 14 jours ou selon le PSM

1.2.3 : pas de poids faible pour

l’âge et pas de signe de

malnutrition,

antécédents de perte de poids

cassure de la courbe de poids

Pas de malnutrition Si cassure de la courbe de poids ou antécédents de perte de poids,

rechercher une autre infection dont le VIH

Si l’enfant a moins de 2 ans, évaluer l’alimentation de l’enfant et conseiller la

mère de nourrir l’enfant « comme décrit dans le cadre ALIMENTS du

tableau « conseiller le mère «

Si problème d’alimentation, revoir l’enfant dans cinq jours.

Expliquer à la mère quand revenir immédiatement

1.3 rechercher une infection symptomatique probable VIH ou une exposition au VIH si l’enfant a une

ou plusieurs des classifications suivantes ou si la mère est VIH positive connue :

(1) pneumopathie,(2) diarrhée persistante,(3) infection aiguë de l’oreille avec écoulement ou

infection chronique de l’oreille,(4) poids très faible

Après observation clinique (recherchant en supplément une poly adénopathie, un muguet, un

gonflement de la parotide, une dermatose généralisée) et Si Test VIH disponible, classer.

A/ Si Test VIH disponible :

1.3.1 : trois

signes quelconques

Infection

symptomatique

probable VIH

*débuter le trt pour les autres classifications

* si l ‘enfant a moins d’un an, débuter la prophylaxie au cotrimoxazole

et faire un test à l’âge de 18 mois pour déterminer si l’enfant est

infecté. * si l’enfant a plus d’un an, prendre des dispositions pour

référer l’enfant pour le conseil et le test afin de déterminer s’il est

infecté. * donner les conseils appropriés pour l’alimentation

* revoir l’enfant dans 14 jours

1.3.2 : deux

signes ou fièvre

Infection

symptomatique VIH

peu probable

Pas d’actions spécifiques concernant le VIH

Page 29: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

29

B/ Si Test VIH non disponible :

1.3.3 : quatre

signes quelconques

Infection

symptomatique

probable VIH

* débuter le traitement pour les autres classifications

* si l ‘enfant a moins d’un an, débuter la prophylaxie au cotrimoxazole

et faire un test à l’âge de 18 mois pour déterminer si l’enfant est

infecté

* si l’enfant a plus d’un an, prendre des dispositions pour référer

l’enfant pour le conseil et le test afin de déterminer s’il est infecté

* donner les conseils appropriés pour l’alimentation

* revoir l’enfant dans 14 jours

1.3.4 : trois signes

ou fièvre

Infection

symptomatique VIH

peu probable

Pas d’actions spécifiques concernant le VIH

C/ Si mère séropositive connue : Mère VIH positive

connue

Infection VIH

possible

Débuter le traitement pour les autres classifications

si l ‘enfant a moins d’un an, débuter la prophylaxie au

cotrimoxazole et faire un test à l’âge de 18 mois pour

déterminer si l’enfant est infecté

si l’enfant a plus d’un an, prendre des dispositions pour

référer l’enfant pour le conseil et le test afin de déterminer

s’il est infecté

donner les conseils appropriés pour l’alimentation

revoir l’enfant dans 14 jours

2. enfant de plus de 5 ans :

2.1 : Apathie et/ou dyspnée :

Oui voir diarrhée (N° 2) ou toux (N°7)

Non

2.2 : Demander la durée de la léthargie :

< 2j faire GE pour recherche + plasmodium + trypanosome oui suivre stratégie relative

> 2 j oui REF I

Non faire Hb (Talquist) :

2.3 : Hb 60% -Mebendazole 1cm ou 1 cpx2/j x3j après 6 j. Pas d’amélioration suivre 2.3.1

-rég. enrichi

2.3.1. rechercher l’albumine dans les urines : albumine positif. REF I

Albumine négatif continuer régime pdt 15 j

Amélioration STOP

Pas amélioration REF I

2.3.2. 50% Hb 60 % -Mébendazole pas d’amélioration suivre 2.3.1

-reg. Enrichi pdt 2 sem.

-fer et acide fol. Pdt 2 sem.

2.4. Hb 50% REF U

avec donneur

2.5. Calculer poids /âge (P/A) et poids /taille (P/T)

P/A 80% et P/T 80% Voir programme spécial de malnutris et CPS.

P/A 80% et P/T 80% CPS seulement ou REF I

Page 30: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

30

14.

Définition : Coloration jaune de la peau et des muqueuses visible surtout au niveau des yeux Affectons à ne pas rater : Septicémie, immunisation fœto-maternelle, anémie hémolytique, malaria, hépatite,

fièvre jaune, drépanocytose,

1. si nouveau-né, prendre la température :

1.1 Si tem 37,5°,:

à quel âge est apparu l’ictère Si c’est avant 48 heures de vie, Référer.

Si c’est après 48 heures, rassurer les parents. Revoir le 3e jour pour contrôler

Si l’apparition la

température ou d’une autre plainte. Ensuite, revoir 7 jours après. L’ictère persiste Référer.

1.2 : Si 37,5° référer après avoir donné ASU + AQU

AAS ou paracétamol.

1. Si nourrisson ou enfant, prendre la température

2.1 : Si 37,5°, référer après avoir donné ASU + AQ U

Mébendazole 1 cuillerée mesure ou 1 comp x2/j pdt 3j (nourrisson de plus de six mois) et AAS ou

paracétamol

2.2 : Si 37,5° faire goutte épaisse, test d’Emmel et ECBU

2.2.1 : Si GE RH + voir fièvre

2.2.2 : Si test d’ Emmel + REF U

2.2.3 : Si ECBU + voir uri

2.2.4 : Examens négatifs : Rechercher hépathosplénomégalie si oui

–repos au lit+ régime riche en protéines (sans graisse ni alcool)

Revoir après 15 jours. Si cela va mieux prolonger le repos au lit jusqu’à récupération complète.

S’il y a toux voir tux

Si autres plaintes, REF I

2.2.5 :

- à quelle date.

Si l’ictère apparaît dans les 14 jours après la fièvre faire l’enquête et le prélèvement sanguin fièvre jaune

2.2.6 : Pour les autres,

Si l’enfant maigrit ( P/T et/ou P/A < à 80% ) REF

ict ictère

Page 31: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

31

14. ictère 1. Nouveau-né

1.1 T 37,5° avant 48 h REF U

Après 48 h rassurer les parents

Contrôler après 3j

Apparition de la température ou d’une autre plainte, voir tem

et autre sd

Ensuite, revoir 7 jours après. L’ictère persiste REF C

1.2 Si 37,5° référer après avoir donné ASU + AQ + AAS ou paracétamol. 2. nourrisson ou enfant,

2.1 : T° 37,5° ASU + AQ

Mébendazole 1 cuillerée mesure ou 1 comp x2/j pdt 3j (NSS 6mois) REF I

et AAS ou paracétamol

2.2 : T° 37,5° goutte épaisse, test d’Emmel et ECBU

2.2.1 GE RH + voir fièvre (tem)

2.2.2 test d’ Emmel + REF U

2.2.3 ECBU + voir uri

2.2.4 : Examens négatifs : Rechercher hépatho-splénomégalie si oui

–repos au lit

-régime riche en protéines (sans graisse ni alcool)

Revoir après 15 jours. Si cela va mieux prolonger le repos au lit jusqu’à récupération complète.

Toux + voir tux

Autres plaintes + REF I

2.2.5 : ictère apparaît dans les 14 jours après la fièvre faire l’enquête et le prélèvement sanguin fièvre

jaune

2.2.6 : autres + P/T et/ou P/A < à 80% ) REF I

Page 32: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

32

15.

Définition : triade : gonflement, chaleur, douleur (+rougeur)

Affections à ne pas manquer : hernie étranglée, abcès de la face, furonculose, lymphome de Burkitt 1. si la tin. est localisée à l’aine et irréductible. Traiter : Paracétamol ou AAS, et REF U

2. Abcès de la face Tumeur localisée près du visage : Traiter : Cloxacillne, Paracétamol et revoir le malade

après 4j si pas mieux référer

3 .Si ce sont les oreillons (tuméfaction diffuse des parotides devant l’oreille), donner de l’AAS ou paracétamol

pendant 5j. Revoir le 6e jour. Si pas d’amélioration, Référer.

4. S’il y a un syndrome pied main chez un enfant qui n’est pas connu comme sicklanémique (drépanocytaire), pas

d’abcès bien déterminé), donner paracétamol et faire test d’Emmel et GE REF I .

5. S’il s’agit d’autres chose (probablement un abcès) , donner Cloxacillne + Paracétamol

Si l’abcès est mûr, inciser et continuer traitement : ATB, AINS, Pst au dakin

Si après les 7 premiers jours, l’abcès n’est pas mûr, REFI.

15. tin tumeur inflammatoire

1. tin. localisée à l’aine et irréductible. oui REF U

Non

2. Abcès de la face oui : Cloxacillie 50 mg/kg /j x 3j+ Paracétamol

2.1 Mieux Continuer cloxacilline x 4 j et stop

2.2 Pas mieux REF I

3. oreillons (tuméfaction diffuse des parotides devant l’oreille), donner de l’AAS ou paracétamol

pendant 5j. Revoir le 6e jour.

3.1mieux stop

3.2 Si pas d’amélioration REF I

4. syndrome pied main chez un enfant non connu comme sicklanémique (drépanocytaire), pas

d’abcès bien déterminé)+ paracétamol + cloxacilline s fièvre et faire test d’Emmel

4.1 TE + REF I

4.2. TE – REF C

5 . Autres choses (probablement un abcès) +

5.2.1 Abcès mûr+ inciser + pansement

Cloxacilline 50 mg/kg/j X 0 4 jours + paracétamol

60mg/kg/j. revoir l’enfant chaque jour.

Mieux cloxacilline x 3 jours et stop

5.2.2 Pas mieux REF I

5.2.3 Abcès pas mûr+ cloxacilline x 7 jours + paara

Abcès mûr Incision + Cloxacilline +pst+ para et stop

5.2 .4 Abcès non mûr après 7j REF I

tin tumeur inflammatoire

Page 33: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

33

16.

Définition : Anurie, miction douloureuse (mictalgie) et/ou fréquente (pollakiurie), dysurie, polyurie, rétention

d’urines hématurie, ou autres.

1 : Anurie : Absence ou diminution d’urines

Affections à ne pas rater : affections rénales ( syndrome néphrotique, glomérulonéphrite aigue ,malformations

aiguë de l’arbre urinaire ) , troubles hydro électrolytiques avec déshydratation

CAT : Réf U

Si déshydratation Voir PCIME (enfant o-5 ANS) ; Diarrhée (plus de 5ans voir SD drh )

2 : Miction douloureuse (mictalgie) /: Douleur ou gène au moment de la miction

Et / ou Pollakiurie : l’enfant urine souvent en petites quantités

Affections à ne pas rater : Infection urinaire, lithiase, bilharziose, lésion du méat urinaire

CAT :

Faire un ECBU.

- Si Infection urinaire (urines troubles, culot important, nombreux globules blancs, absence ou présence

de bactéries gram+ ou gram-), traiter : Cotri 480 ¼ cp ou 1cm/ 5kg / Jx 10J

Si mieux dans 5J continuer jusqu’au 10e jour Stop

Si pas mieux au bout de 5jours :

Milieu urbain REFI

Milieu rural : Amoxycilline 100mg /kg/J pendant 10 J

si pas mieux REFI

- Si Bilharzie : Présence de schistosomiase dans les urines ou hématurie contexte géographique :

Donner Praziquantel 4Omg/kg en une prise

Revoir après 30jours, si œufs parasite persistent après ECBU

Donner Praziquantel 7Omg/kg/ J en prise unique pendant trois jours

Si mieux Stop

Si pas mieux REF C

- Si Présence de levures, de filaments mycéliens traiter avec un anti-mycosique

Amphotéricine B 1cm (250mg)/10/kg de poids/j pdt 10 jours si mieux stop

Pas mieux REF I

3 Polyurie : Mictions abondantes et fréquentes

Affections à ne pas rater : diabète,

CAT :

- Rechercher polyurie, polyphagie, amaigrissement

- Faire examen

Glycosurie + : REF I

Glycosurie - : Hématurie

4 Hématurie : Présence du sang dans les urines

Affections à ne pas rater : Bilharziose, lithiase, tumeur rénale , glomérulonéphrite aigue

CAT :

Si la plainte est hématurie, rechercher Oedeme de la face et des MI, fièvre, fatigue et albuminurie

si oui Référence U

si non regarder les urines.

- Si elles sont normales, rassurer et faire ECBU .

Si Infection urinaire (urines troubles, culot important, nombreux globules blancs, absence ou présence

de bactéries gram+ ou gram-), traiter : Cotri 480 ¼ cp ou 1cm/ 5kg / Jx 10J

Si mieux dans 5J continuer jusqu’au 10e jour Stop

Si pas mieux au bout de 5jours :

Milieu urbain REFI

uri troubles urinaires

Page 34: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

34

Milieu rural : Amoxycilline 100mg /kg/J pendant 10 J

si pas mieux REFI

- Si Bilharzie : Présence de schistosomiase dans les urines ou hématurie contexte géographique :

Donner Praziquantel 4Omg/kg en une prise

Revoir après 30jours, si œufs parasites persistent après ECBU

Donner Praziquantel 7Omg/kg/ J en prise unique pendant trois jours

Si mieux Stop

Si pas mieux REF C

- S i elles sont rouges, faire ROB

- Si Bilharzie : Présence de schistosomiase dans les urines ou hématurie contexte géographique :

Donner Praziquantel 4Omg/kg en une prise

Revoir après 30jours, si œufs parasites persistent après ECBU

Donner Praziquantel 7Omg/kg/ J en prise unique pendant trois jours

Si mieux Stop

Si pas mieux REF C

5 Rétention d’urines et autres : REF C

16. troubles urinaires (uri)

1 Anurie : Examiner et rechercher : œdème de la face et des MI, oui ;

1.1 Œdème de la face et MI oui Réf U

Non

Non

1.2 : déshydratation oui enfant o-5 ANS Voir PCIME

enfant de plus de 5 ans, voir SD drh

1.3 : Autres REF U

2 : Hématurie : Présence du sang dans les urines oui :

Rechercher Notion de traumatisme, Oedème de la face et des MI, fièvre, fatigue, albuminurie

Non

2.1 Hématurie d’origine traumatique oui Référence U

2.2 : Oedeme de la face et des MI, fièvre, fatigue, albuminurie oui REF U

Non rassurer et faire ECBU et ROB

2.3 : Infection urinaire oui . Cotri 480 ¼ cp ou 1cm/ 5kg / Jx 10J

Si mieux dans 5J continuer jusqu’au 10e jour Stop

Si pas mieux au bout de 5jours :

Milieu urbain REF I

Milieu rural : Amoxycilline 100mg /kg/J pendant 10 J

Si mieux Stop

Page 35: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

35

si pas mieux REF I

2.4 Présence de schistosomes dans les urines ou hématurie contexte géographique :

Praziquantel 4Omg/kg en une prise

Revoir après 30jours, si œufs parasites persistent

Donner Praziquantel 7Omg/kg/ J en prise unique pendant trois jours

Si mieux Stop

Si pas mieux REF C

3 Polyurie : Mictions abondantes et fréquentes : oui : Rechercher polyphagie, polydipsie, amaigrissement

- Faire examen

Glycosurie oui : REF I

non voir Hématurie 2.2.3 et 2.2.4

Non

4 : Miction douloureuse (mictalgie)= Douleur ou gène au moment de la miction

non Et / ou Pollakiurie : l’enfant urine souvent en petites quantités

Oui Faire un ECBU.

4.1 Si Infection urinaire oui Cotri 480 ¼ cp ou 1cm/ 5kg / J x 10J

non Si mieux dans 5J continuer jusqu’au 10e jour Stop

Si pas mieux au bout de 5jours :

Milieu urbain REF I

Milieu rural : Amoxycilline 100mg /kg/J pendant 10 J

si pas mieux REF I

4.2 Bilharzie : oui : Présence de schistosomiase dans les urines ou hématurie contexte

géographique : Donner Praziquantel 4Omg/kg en une prise

Revoir après 30jours, si œufs parasites persistent après ECBU

Donner Praziquantel 7Omg/kg/ J en prise unique pendant trois jours

Si mieux Stop

Si pas mieux REF C

Non

4.3 Présence de levures, de filaments mycéliens

Amphotéricine B 1 cm(250mg)/10/kg de poids/j pdt 10 jours

si mieux stop

Pas mieux REF I

Non

5 Rétention d’urines et autres : REF U

___________________________________________________________________________________

Page 36: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

36

17.

Définition : Saignement de nez

Affections à ne pas rater : Traumatisme, rhinopharyngite, corps étranger, maladies

infectieuses systémiques, exposition prolongée au soleil, effets secondaires des médicaments

17. 1 : Si l’enfant a un traitement en cours à base d’AAS, noramidopyrine, l’arrêter.

17.2 : introduire dans les narines qui saignent une compresse roulée imbibée de sérum physiologique.

L’hémorragie est d’origine traumatique après 1 h.

Si après 2 heures elle est encore sèche, examiner le pharynx ; s’il n’y a pas de sang, mettre au lit 1 jour.

Si le saignement antérieur ou postérieur continue, réf U.

17.3 : Corps étranger Réf U

17.4 : Infections : faire D R P, donner amoxycilline 50mg/Kp/j pdt 7 jours

Si mieux après 48 h terminer le trt

Si pas mieux référer

17.5 : Autres référer

17. epistaxis (épx)

1 : Traitement en cours à base d’AAS, noramidopyrine oui : arrêter le ttt

Mieux stop

Pas mieux REF U

2 : traumatisme oui : compresse roulée, imbibée d’ Etamsylate

Sérum physiologique et pression nasale REF U

3. Epistaxis spontané oui : compresse roulée imbibée d’ Etamsylate +Sérum physiologique

+ pression nasale

Si mieux conseils stop

Si pas mieux REF U

4. Epistaxis avec infections oui

DRP (Désinfection Rhino Pharyngée) + Amoxycilline 50mg/Kgp/j

pdt 7 j + compresse imbibée d’ Etamsylate

Si mieux : terminer le trt STOP

Si pas mieux REF I

(En zone forestière, voir instructions SIMR)

Autres REF I Conseils :

Faire une pression nasale, Eviter d’exposer les enfants au soleil, Placer le malade en position penchée en avant.

Introduire dans les narines qui saignent une compresse roulée imbibée de S. Physiologique ou Hémostatique.

épx épistaxis

Page 37: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

37

18.

Définition : Expulsion spontanée d’un parasite (asc),d’ascaris ou tænia par la bouche, l’anus ou le nez

S’il s’agit d’ascaris sans constipation ni vomissements, donner mébendazole.

Dans les autres cas donner Mebendazole, si pas d’amélioration. Référer

18. ascaris verminose (asc) 1 : Tænia oui Mébendazole pdt 7 j mieux STOP

Non

2 : Ascaris oui vomissements ou oui REF U

constipation

(Attention :

syndr. Occlusif ! !)

non Mebendazole pdt. 3 j STOP

non

3 :Autres oui Mébendazole pdt. 3 j mieux STOP

Pas mieux REF I

-----------------------------------------------------------------------------

19.

Définition : Tuméfaction douloureuse ou non de la face et des membres et /ou ascite.

Affections à ne pas rater : Kwashiorkor, sicklanémie (drépanocytose),

Syndrome néphrotique, glomérulonéphrite, anémie, insuffisance cardiaque, insuffisance hépatique.

S’assurer par l’examen qu’il ne s’agit pas d’une tumeur inflammatoire (tin).

C A T :

Examiner l’enfant :

1. Si : Oèdemes avec godet, albuminurie, oligurie : Syndrome néphrotique Référer

2. Si : Oèdemes des MI avec godet, dyspnée, tachycardie, hépatomégalie : Insuffisance cardiaque

Donner Furosémide 1mg/Kp/j référer

3. Si : Oèdemes, pâleur palmaire, polypnée, tachycardie, asthénie physique : Anémie

Donner acide folique 1 – 3 comp/j pour les enfants de plus de 5 ans et pour les moins de 5 ans voir PCIME

4. Si : 0èdèmes, cheveux cassants, apathie, lésions cutanées : Kwashiorkor

Les enfants moins de 5 ans voir PCIME

Les enfants de plus de 5 ans référer

5. Autres référer

asc ascaris verminose

oed oedèmes

Page 38: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

38

19. oed oedèmes

Examiner l’enfant :

1. Oedèmes des MI avec godet, albuminurie, oligurie : oui Réf U

non

2. Oedèmes des MI avec godet, dyspnée, tachycardie, hépatomégalie : oui

Donner Furosémide 1mg/Kg/j réf U

non

3. Oedèmes, pâleur palmaire, polypnée, tachycardie, asthénie physique : oui

3.1 pour les moins de 5 ans voir PCIME

3.2 Faire Tx Hb

Tx Hb inf à 50 % :oui réf U

Donner acide folique 1 – 3 comp/j pour les enfants de plus de 5 ans

Tx HB > 50 % et TE + : oui

Donner acide folique 1 – 3 comp/j pour les enfants de plus de 5 ans REF I

Tx HB > 50 % et TE - : oui

Tx HB > 50 % et TE + : oui

FER+ acide folique : 1 mg /kg /j x 15J

Si meux continuer le ttt x 15J Stop

Si pas mieux à J 15 REF I

non

4. 0edèmes, cheveux cassants, apathie, lésions cutanées : oui

oui 4.1 les enfants moins de 5 ans voir PCIME

4.2 les enfants de plus de 5 ans REF U

Non

5. Autres réf C

---------------------------------------------------------------

Page 39: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

39

20.

Définition : Mouvements involontaires d’origine cérébrale caractérisés par des contractions musculaires survenant

par crises avec ou sans perte de connaissance

Affections à ne pas rater : Neuropaludisme, méningites, intoxication, épilepsie, déshydratation, traumatisme

crânien, hématome sous dural, Hypoglycémie, hypocalcémie, convulsion fébrile, hémorragie cérébro-méningée,

tétanos néonatal.

CAT :

Si enfant de 0 à 5 ans convulse, voir PCIME.

Si enfant de plus de 5 ans avec une t° > à 37,5 ° C, en milieu rural ou urbain :

Donner diazépam 0,5 mg/kg en IR, PLS, Artemether 3,2 mg/kgp/j le 1er jour en IM, Amoxycilline 100 mg/kgp/j en

IVD répartis en trois prises, Enveloppement frais,

Si l’enfant peut boire, donner l’eau sucrée en cours de route, en petites gorgées et référer en urgence

Si l’Enfant convulse encore avec raideur de la nuque, en Milieu urbain et rural, Donner diazépam 0,5 mg/kg en IR,

mettre en Position latérale de sécurité, donner l’ Artemether 3,2 mg/kgp/j le 1er jour en IM, l’Amoxycilline 200

mg/kgp/j en IVD répartis en trois prises, faire l’Enveloppement frais. Si l’enfant peut boire, donner l’eau

sucrée en cours de route et référer.

En Milieu rural, Evaluer l’état de l’enfant au 2ème jour. Si mieux continuer le traitement : Artemether 1,6mg/kgp/j

du 2ème au 5ème jour et l’Amoxycilline 200 mg/kgp/j pendant 9 j et stop.

Si pas mieux, référer.

L’Enfant convulse encore sans fièvre et sans raideur de la nuque. En Milieu urbain : Donner diazépam 0,5 mg/kg en

IR et référer.

En Milieu rural : Donner diazépam 0,5 mg/kg en IR et phénobarbital 1mg/kg IM, l’Artemether 3,2 mg/kgp/j le 1er

jour, en IM. Evaluer l’état de l’enfant au 2ème jour:

Si mieux continuer le trt : arthémether 1,6mg/kgp/j du 2ème au 5ème jour et STOP. Si pas mieux, référer.

Si l’enfant ne convulse plus : apprécier l’état de conscience, Prendre la température. Examiner

l’enfant et faire la GE RH.

Si Coma : Voir stratégie correspondante.

Si enfant conscient, température > 37,5 °, traiter avec QUININE 8 mg/kg toutes les 8 H/J pendant 5 à 7 jours en per os +

Paracétamol 60 mg /kg/ répartis en 3 prises /J.

SI température <37,5 °, donner eau sucrée, exclure la notion de traumatisme crânien, autres affections référer.

20. convulsions (con) 1 Enfant 0 à 5 ans : oui PCIME

non arrêter les convulsions avec le diazépam : 0,5ml à 1,5 ml en IR

+ dégagement des voies respiratoires + enveloppement humide + lait maternel ou eau sucrée

30 à 50 ml avant le départ per os ou par sonde nasogastrique voir SIMR et REF U

2. Enfant de plus de 5 ans :

2.1 : Enfant convulse encore avec température > 37,5 ° C , oui

Milieu urbain et rural:

Donner diazépam 0,5 mg/kg en IR

Position latérale de sécurité + Artémether 3,2 mg/kgp/j le 1er jour en IM

+ Amoxycilline 100 mg/kgp/j en IVD répartis en deux ou trois prises

Enveloppement frais

Si l’enfant peut boire, donner l’eau sucrée REF U

Non

2.2 : Enfant convulse encore avec raideur de la nuque, oui :

Milieu urbain et rural

Donner diazépam 0,5 mg/kg en IR

Position latérale de sécurité + Artémether 3,2 mg/kgp/j le 1er jour en IM

+Amoxycilline 200 mg/kgp/j en IVD répartis en deux ou trois prises

con : Convulsions

Page 40: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

40

Enveloppement frais

Si l’enfant peut boire, donner l’eau sucrée REF U

Milieu rural : Evaluer l’état de l’enfant au 2ème jour:

Si mieux continuer le trt

Artemether 1,6mg/kp/j du 2ème au 5ème jour

Amoxycilline 200 mg/kgp/j pdt 9 j STOP

Si pas mieux REF U

non

2.3 : Enfant convulse encore sans fièvre et sans raideur de la nuque, oui :

Milieu urbain : Donner diazépam 0,5 mg/kg en IR REF U

Milieu rural : Donner diazépam 0,5 mg/kg en IR et phénobarbital 1mg/kg IM

Artemether 3,2 mg/kgp/j le 1er jour, en IM

Evaluer l’état de l’enfant au 2ème jour:

Si mieux continuer le trt : Artemether 1,6mg/kgp/j du 2ème au 5ème jour STOP

Si pas mieux REF U non

2.4 : Si l’enfant ne convulse plus : apprécier l’état de conscience, Prendre la température. Examiner

l’ enfant et faire GE RH, oui : .

2.4.1 : Si Coma : Voir stratégie correspondante (tem, let, tox,trf)

2.4.2 : Si enfant conscient : oui :

- Si température > 37,5 °, traiter avec QUIININE 8 mg/kg toutes les 8 H/J pdt 5 à 7 jours

en Per os + Paracétamol 60 mg /kg/ répartis en 3 prises /J

-Si température <37,5 °, donner eau sucrée, exclure la notion de traumatisme crânien, autres

affections REF I

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

21.

Définition : Ingestion volontaire ou accidentelle dans l’organisme des substances pouvant lui être nocives soit par

leur présence, soit par leur quantité, à l’exception des réactions allergiques.

Complications à ne pas rater : Coma, convulsions, Pneumopathie, Lésions des muqueuses, Oedèmes allergiques,

Troubles de rythme cardiaque, hémorragies digestives, troubles neurologiques, syndrome extrapyramidal

(dyskinésie)

1 .Pétrole : CAT : Quand un enfant a avalé du pétrole il faut : - ne pas faire vomir

- ne pas donner du lait, - prescrire Pénicilline 50.000 à 100.000 UI/kg/j IM ou IV pdt x 7j

ou Ampicilline 50 mg/kg/j. en milieu rural revoir l’enfant après 24h.

Si mieux continuer le ttt jusqu’au 7 ème Jour.

Si pas mieux, référer

Si après 24 heures surviennent des signes fonctionnels respiratoires + fièvre

- ASU + AQ per os repartis en 3 prises pdt 3 à 5 jours

- Paracétamol 60 mg/kg/j per os

- poursuivre avec Peni G ou Amoxycilline, ampicilline 50 mg/kg/j.

- surveillance : Toux quinteuse, dyspnée, tirage, cyanose, râles crépitants aux

bases pulmonaires, référer en urgence.

2. Produits caustiques (contenu des piles sèches, eau de javel, acide, » zazou ») :

CAT : Si coma, abord veineux référer en urgence.

Si conscient

Quand un enfant l’a avalé il faut : - ne pas faire vomir, + pas de lait, + Alumine 1 sachet x 2 ou 3/jpdt 5 jours + faire

boire l’eau + Surveillance : dysphagie, épigastralgie, hématémèse

Si mieux, STOP

Si Pas mieux, Référer

intoxication (tox)

Page 41: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

41

Si dysphagie ou douleur épigastrique, référer

Si projection dans l’œil et autres surfaces, Laver à grande eau

3. MEDICAMENTS :

CAT : Si coma, Référer en urgence.

Si conscient : Interroger la maman et faire :

- Lavage gastrique si consommation de moins de 2 heures

- Diurèse forcée : SGH 10% ou Mannitol

Si mieux après 24 H, stop.

Si pas mieux, référer en urgence.

Si troubles de rythme cardiaque, référer en urgence.

4. PLANTES ET CHAMPIGNONS :

CAT : Si coma, abord veineux, position latérale de sécurité et référer en urgence

Si conscient : faire boire et Référer

Si signes d’allergie : DEXAMBUTHASONE ou BETAMETHAZONE 0,25 mg/kg/j IVD ou IM

ou PROMETHAZINE 3 à 10 c .à c ./j, selon l’âge.

SI mieux après 24 à 48 heures, STOP

Si Pas mieux, référer en urgence

5. AUTRES (PRODUITS AGRO-INDUSTRIELS) CAT :

Si coma, abord veineux, position latérale de sécurité et référer en urgence

Si conscient, REF I

Si plaintes particulières : Suivre stratégies correspondantes, voir drh, vom

_____________________________________________________________________________________

21. intoxication (tox)

1 .Pétrole :

1.1 Coma oui :

Non Milieu rural ou urbain

Abord veineux REF U

Position Latérale Sécurité

1.2 Conscient avec toux, dyspnée et fièvre :

- ne pas faire vomir

- ne pas donner du lait

- ASU 4 mg/ kg + AQ 10 mg/kg/ en prise unique/ Jour X 03 jours

- Paracétamol 60 mg/kg/j per os

- prescrire Pénicilline 50.000 à 100.000 UI/kg/j IM ou IV pdt x 7j

ou Ampicilline 50 mg/kg/j. en milieu rural revoir l’enfant après 24h.

Si mieux continuer le ttt jusqu’au 7 ème Jour Stop.

Si pas mieux, REF I

1.3 Diarrhée -réhydrater selon tableaux A ou B

- Alumine 1 sachet x 2/j pdt 5 jours

-Sulfaméthoxazole- Triméthoprime 1cm ou ¼ cp (Cp 480 mg) / 5 KG/j x 5 jours

Si mieux, continuer antibiotique pdt 6 j per os STOP

Si pas mieux REF C

Page 42: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

42

2. PRODUITS CAUSTIQUES (CONTENU DES PILES SECHES, EAU DE JAVEL, ACIDE) :

2.1 Coma : oui Abord veineux REF U

non

2.2 Conscient oui : - faire boire

- Alumine 1 sachet x 2 ou 3/j pdt 5 jours

- Surveillance : dysphagie, épigastralgie, hématémèse

Si mieux après 24 H, terminer le ttt STOP

Si Pas mieux et dysphagie ou douleur épigastrique ou hématémèse REF U

2.3 Projection dans l’œil et autres surfaces

Laver à grande eau

Si mieux Stop

Si pas mieux REF I

3. MEDICAMENTS :

3.1 Coma oui A bord veineux avec SGH à 10 %+ Positon Latérale REF U

de Sécurité

3.2 Conscient : oui : Interroger la maman et faire :

- Lavage gastrique si consommation de moins de 2 heures : faire boire

abondamment de l’eau et faire vomir

- Diurèse forcée : SGH 10% ou Mannitol (500 à 1000 ml)

Si mieux après 24 H stop.

Si pas mieux REF U

3.3 troubles de rythme cardiaque REF U

4. PLANTES ET CHAMPIGNONS :

4.1 Coma oui :

Abord veineux+ Position Latérale de Sécurité REF U

4.2 Conscient oui :

Faire boire eau ou SRO REF I

4.3 signes d’allergie : Dexambuthasone ou betamethazone 0,25 mg/kg/j IVD ou IM

ou Prométhazine 3 à10 c.àc ./j.

Mieux après 24 à 48 heures STOP

Pas mieux REF U

Page 43: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

43

5. Autres (produits agro-industriels) Coma oui REF U

Non

Conscient oui REF I

Plaintes particulières : Suivre stratégies correspondantes oui drh, vom

22.

Définition : difficulté de respirer marquée par un tirage et /ou battements des ailes du nez ≥ 40 mouvements

respiratoires/mn.

Affections à ne pas rater : pneumopathies, pneumothorax, pleurésie, crise d’asthme, insuffisance cardiaque,

rhino- pharyngite, laryngites, corps étranger des voies aériennes., anémies aiguës, OAP, acidocétose

diabétique, œdème de Quincke,

CAT :

1 : Enfant de 0 à 5 ans, voir PCIME

2 : Enfant de plus de 5 ans

Procéder à l’nterrogatoire et faire l’examen physique :

2.1 : Si fièvre, tirage s/s costal, stridor, battement des ailes du nez, cyanose ; râles crépitants, toux :

pneumopathie ou Pneumothorax ou pleurésie.

Si CSI urbain, référer en urgence.

Si CSI rural, Amoxycilline 200 mg/kg en IVD répartis en 3 ou 4 prises + ASU-AQU- Paracétamol + Dexamethazone

0,25 mg/kg en IVD en 2 ou 3 prises, eau sucrée 50 ml/kg/j et référer en urgence.

2.2 : Si bradypnée inspiratoire, toux, fièvre, obstruction et écoulement nasal : laryngites ou rhinopharyngite.

Si CSI urbain et rural, Amoxycilline 200 mg/kg en IVD répartis en 3 ou 4 prises + ASU-AQU- Paracétamol +

Dexamethazone 0,25 mg/kg en IVD en 2 ou 3 prises, eau sucrée 50 ml/kg/j.

Si mieux au 5 ème jour, poursuivre le ttt jusqu’au 7 ème jour et stop.

Si pas mieux, référer en urgence.

2.2.3 : Si toux, bradypnée expiratoire et sifflement : asthme

Donner salbutamol 0,30 mg/kg/j pdt 5 jours.

Si mieux stop.

Si pas mieux, référer.

2.2.4 : Si œdème de la face et du cou, tachycardie, voir Oedème N° 19.

2.2.5 : autres : référer

dyspnée dpn

Page 44: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

44

22. dyspnée dpn

1 : Enfant de 0 à 5 ans oui voir PCIME (tem,let, tux)

non

2 : Enfant de plus de 5 ans : oui

Procéder à l’interrogatoire et faire l’examen physique :

2.1: fièvre, tirage s/s costal, toux: oui :

Si CSI urbain, oui REF U.

Si CSI rural, Amoxycilline 200 mg/kg en IVD répartis en 3 prises + ASU-AQU- Paracétamol + eau

sucrée 50 ml/kg/j REF U

non

2.2 : Si Dyspnée inspiratoire, obstruction naso - pharyngée : oui :

Désinfection Rhinopharyngée avec du SS et désobstruer avec une poire ou canule , Amoxycilline 200

mg/kg en IVD répartis en 3 prises + ASU-AQU- Paracétamol + Dexamethazone 0,25 mg/kg en

IVD en 2 ou 3 prises, eau sucrée 50 ml/kg/j.

Si mieux au 5 ème jour, poursuivre le ttt jusqu’au 7 ème jour et stop.

Si pas mieux, REF I

Non

2.2.3 : Si Dyspnée expiratoire et sifflement : OUI

Donner salbutamol 0,30 mg/kg/j pdt 3 jours. + Dexamethazone 0,25 mg/kg en IM en 2 prises,.

Si mieux Stop.

Si pas mieux, REF I

non

2.2.4 : Si Gros foie douloureux, tachycardie (fréquence cardiaque > à 120/mn oui

Donner Furosémide 1mg/Kgp en IM ou IV REF U

Non

2.2.5 : Œdème de la face et du cou d’installation rapide Quincke

Dexamethazone 0,25 mg/kg en IM en 2 prises pdt 2 j

Mieux STOP

Pas mieux REF I

non

2.2.6 : autres : REF I

------------------------------------------------------------------------------------------------------

23.

1. Anomalie congénitale REF I

___________________________________________________________________________________

anomalie congénitale. Prématurité (ctg)

Page 45: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

45

24.

Définition : Tumeur non inflammatoire à l’exclusion de hernie et hydrocèle.

1 .Ganglions cervicaux : oui REF I

(Voir stratégie trypanosomiase)

non (autres localisations)

Enfant 5 ans oui retard staturo pondéral REF I

et contact BK+

Enfant 5 ans oui ponction du ganglion à l’aiguille BK+ FOT

Pendant les 2 premiers mois : INH (Isoniazide) : 5 mg/kg/j

Rifampicine : 10 mg/kg/j en 2 prises ttt supervisé

Pyrazinamide : 25 mg/kg/j en 2 prises

Puis pendant 4 mois : Rifampicine : 10 mg/kg/j en 2 prises traitement

Pyrazinamide : 25 mg/kg/j en 2 prises ambulatoire

BAAR- = TPM présenter chez superviseur ou REF I

Chez l’enfant : fièvre rebelle sous traitement anti bacillaire REF I

2. Tumeur bénigne (lipome, kyste) evtl. Excision ou opération REF C

3. Autres REF I

Notes : TPM = Tuberculose Pulmonaire Multibacillaire

____________________________________________________________________________

25.

Définition : perte totale, partielle de la sensibilité ou de la motricité d’une partie du corps Affectons à ne pas rater : lèpre, méningites, encéphalites, poliomyélite, Traumatisme colonne vertébrale, PFA

1. Enfant de 0à 5 ans, oui : voir SIMR et PCIME (tem, con)

2: Enfant de plus de 5 ans, oui

2.1 : Traumatisme oui REF U

De la colonne vertébrale

2.2 pendant ou après la fièvre oui

Après injection de Quinine IM :SIMR= enquête autour du cas, prélèvement des selles REF U

3.Douleurs au niveau des nerfs FOL ou REF I

4. Autres REF I

----------------------------------------------------------------------

26.

1. Le malade est très agité : Oui Diazépam 0,5 à 1 mg/kg

+ Prométhazine 6 à 12 mg IM REF U

Non REF I

_________________________________________________________________________________

tumeur non inflammatoire ( tni )

troubles neurologiques (neu)

troubles mentaux (psy)

Page 46: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

46

27. –

Définition : Hernie à l’examen (épigastrique, ombilicale, inguinale, lombaire, crurale)

Eliminer la possibilité de : hydrocèle, éléphantiasis scrotale, tumeur du testicule,

orchiépidydimite, varicocèle.

1.Hernie étranglée : oui :

- Vérifier qu’il s’agit d’une hernie étranglée : tuméfaction spontanée et/ou brutale,

douloureuse à l’endroit d’un orifice herniaire accompagnée de coliques, vomissements

et arrêt des gaz.

Oui - - donner ¼ à ½ Amp Metamizol ou Butylhyocine et 0,5 à 1 mg/kg de Valium IM ou IV

- repos en position de Trendelenburg

demander depuis quand la hernie s’est étranglée

1.1 24 h oui tenter de réduire 20 min réussite REF I ou REF C

après l’antidouleur et le tranquillisant

Insuccès REF U

1.2 24 h oui REF U

Remarque : Envoyer tous les cas d’urgence à l’hôpital en

notant sur la F.P :

Le jour et l’heure de l’étranglement

Les médicaments administrés au C.S.

L’heure de l’injection de l’antalgique

L’essai de réduction

Non

2 : Hernie non étranglée, oui chez un jeune conseiller l’opération REF C

3. Hydrocèle (peau scrotale luisante + consistance liquidienne + transillumination) :

Ponction(s) à l’aiguille montée

4 : Autres REF I

hernie (hrn)

Page 47: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

47

REFERENCE PARTAGEE A LA STRATEGIE ADULTE

28. – lésions au niveau de l’œil (oph) y compris traumatisme ouvert (tro) et traumatisme

fermé (trf)

Affections à ne pas rater : Corps étrangers, traumatisme ouvert et fermé, tumeurs, glaucome, iridocyclite,

Ophtalmie purulente du nouveau-né, conjonctivite purulente, kératite, cataracte.

Eliminer la possibilité de : céphalée

1. Corps étranger oui rincer avec beaucoup de liquide physiologique

Corps étr. Sorti collyre antiseptique pdt 7j mieux STOP

Couvrir l’œil pdt 48 h

Pas mieux REF I

Echec oui essayer d’enlever à l’aide d’un tampon mieux STOP

de coton propre couvrir l’œil pdt 48h réussi

Collyre pdt 7j

Pas mieux REF I

Échec collyre pour la route REF U

Couvrir l’œil

Non

2.1. Traumatisme oui couvrir l’œil REF U

oculaire

2.2. Traumatisme fermé oui Paracétamol 30 mg/kg pdt 2j amélioration continuer ttt

collyre, compresses, bandage

observez 48 heures pas amélioration REF I

Non

3. tni ou exophtalmie oui REF I

Non

4. Œil rouge pus dans l’œil oui

Nouveau-né : tétracycline pommade 1% 1app. toutes les heures pdt 24 heures

puis 1 application. toutes les 6 heures par jour pdt 10 jours

+ Érythromycine 50 mg/kg/j pdt 15 jours.

Nourrisson :

Gentamycine collyre : 1 appl. X 3/j pdt 5j mieux STOP

Pas mieux REF I

Non

5. ULC cornée, oui : collyre antibiotique. REF U

couvrir l’œil

non

6. Rougeur maximale autour de l’iris, oui : collyre antibiotique REF U

couvrir l’œil

Page 48: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

48

Non

7. Rougeur maximale en périphérie

et sacs conjonctivaux collyre Gentamicine mieux STOP

3x /j pdt 7j

Pas mieux REF C

non

8. Baisse de l’acuité visuelle oui maux de tête oui (ATTENTION : GLAUCOME) REF U

Non (voir note) REF I

NOTE : En cas de xérophtalmie, rougeole + MPC, prescrire vitamine A 200.000 UI per os en dose unique ou

multi vitamines 1 à 2 comp/jour pendant 10 jours et présenter l’enfant au superviseur.

29. – traumatisme ouvert (tro) Définition : Toutes les ruptures de la peau éventuellement des organes sous – jacents causées par une force

extérieure.

Exclure : ulcère

1 Plaie superficielle (ne s’étendant pas au delà de graisse sous-cutanée) : oui

- laver abondamment à l’eau et au savon

(SAT 1500UI Sc/méthode Bedreska + VAT si enfant non vacciné. Voir remarque)

- désinfecter la plaie au Dakin

- suture si l’accident remonte à moins de 12 h

- pansement chaque jour + désinfection quotidienne

- enlever les fils après 7j mieux STOP

La plaie s’infecte : Phenoxymethylpeni.50.000 UI/kg/j pdt 6j mieux STOP

pansement au Dakin

Pas mieux REF I

Non

2. Plaie souillée par la terre - nettoyage (si possible)

par la rouille (impossible à nettoyer) – pansement de protection ou

ou plaie profonde pansement compressif (plaie saignante) REF U

-Acide aminocaproïque ¼ à ½ A sur la plaie

Remarque :

1. Sujet pas vacciné ou pas complètement vacciné : -0,5cc VAT le 1J + SAT 1500 UI Sc/Bedreska

-0,5cc VAT le 30 j

-0,5cc VAT après un an

Sujet complètement vacciné :

Vaccination remonte 5 ans : ne rien faire

Vaccination remonte 5 ans : Rappel avec 0,5 CC de VAT

+ SAT 1500 UI Sc/méthode de Bedreska

___________________________________________________________________________

Page 49: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

49

30. – traumatisme fermé (trf) Exclure : Traumatisme fermé de l’abdomen et du thorax (cbd, tho)

1. traumatisme fermé de la tête oui perte de connaissance oui REF U

ou signe de choc

Non

2. céphalée ou gonflements des tissus oui –observation 5 à 7 jours

–repos complet perte de REF U

-AAS 50 mg/kg/j connaissance

Non

3. céphalée continue après 1 semaine REF I

Mieux STOP

Pas mieux :observation1 j perte de connaissance REF U

malade supporte bien STOP

4 .Autres parties du corps (sauf thorax et l’abdomen) oui

4.1 : contusion –compresses froides mieux STOP

-repos

-AAS 50mg/jg/j pdt 5j

pas mieux REF C

4.2 Suspicion de fracture ou luxation oui après immobilisation REF U

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

31. –

Définition : Plaie superficielle depuis plus de 3 semaines et n’ayant pas tendance à guérir

Affections à ne pas rater : diabète, lèpre, cancer, ulcère à mycobactéries, parasitaires, obésité

Exclure : fistule et dermatose

1. Ulcère à la plante du pied ou doigt, oui rechercher tâches + (hypo pigmentation,

Insensibilité, nerfs douloureux, paresthésie, des

extrémités et nodules)

BH dans les lésions et lobules de l’oreille.

1.1 : Si BH + : Traitement de l’ulcère + ttt multibacillaire FOL

Enfants au dessus de 10 ans :

MB : RMP (Rifampicine) 300 mg 1 fois /mois (1/28) traitement

CLO (Clofazimine) 150 mg 1 fois /mois (1/28) supervisé CLO (Clofazimine) 50 mg/ tous les 2 jours (14/28)

DDS (Dapsone) 50 mg en prise journalière

Durée du traitement : 24 mois

1. Blister Combi MB représente 2 mois de traitement

RMP = 12 à 15 mg/kg/mois

DDS = 1à 2 mg /kg/j

ulcère (ulc)

Page 50: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

50

1.2 : Si B.H- : traitement de l’ulcère + Traitement pauci bacillaire FOL

PB : RMP 300 mg 1 fois par mois (1/28) traitement supervisé

DDS 50 mg en prise journalière (comprimés sécables)

Durée de traitement : 6 mois

1 blister combi PB représente 2 mois de traitement

Non

2. Autre endroit du corps oui

2.1. Secondaire à trauma ou à la brûlure : - laver à l’eau matin et soir pdt 3 j

- compresse dakin

2.1.1 tendance à la guérison continuer jusqu’ à la guérison STOP

2.1.2 : pas de changement - sulfaméthoxazole-trimethoprime

1cm /5kg/j pdt 5j

- lavage chaque jour mieux STOP

- pansement dakin

Continuer jusqu’à la guérison STOP

Pas mieux REF

Non

3:Spontané :

3.1 : Faire : Test d’EMMEL (TE)

TE positif Traitement de l’ulcère + repos + Paracétamol 30 mg/kg

+ Pénicilline V : 50.000 UI/ kg/ j pdt 7 jours + vaccins

+Quinine 10 mg/kg/semaine + ac. Folique 2 à 4 cp/j

+ alimentation variée et équilibrée + bonne hygiène corporelle.

TE négatif REF I

3.2- Faire glycosurie si positive REF U

Négative REF I

4- Obésité REF I

5- Plaie bourgeonnante, saignante à rebords indurés –ou aspect peau d’orange REF I

___________________________________

Remarque : Traitement standard de l’ulcère plantaire

1. Vérifier si l’os est atteint. Si oui, cure de sulfaméthoxazole-triméthoprime 1cm/5kj/j pdt 5j en plus

2. Plonger la partie atteinte dans un bain de dakin ou de permanganate pendant 30 mn

Enlever les saletés avec un tampon d’ouate monté

Découper les bords de l’ulcère s’ils sont indurés (peau mortes), sans faire saigner en aplanissant les bords de façon à

ce qu’ils ne compressent plus les tissus sous-jacents lorsque le malade marche

Le fond est purulent : mettre mèche dakin et bander

Le fond est propre : tamponner au mercurochrome et bander

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Page 51: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

51

32. – fistule (fis)

1. Petit orifice sur cicatrice opératoire : chercher et enlever le fil :

Réussi Mercurochrome pdt 5j STOP

Echec REF I

2. Autres (fistule anale, ostéite fistulisée ; abcès froid REF I

fistulisé, ganglion fistulisé)

33. :

Définition : modification de la texture de la peau (couleur, épaisseur)

Prurit accompagné ou non de modification de la peau.

Exclure : ulcère, tox, tin, tni

Affections à ne pas rater : Erythème fessier, eczéma, brûlures, lèpre, cancer, teignes, Zona, mycose, gale, herpes,

varicelle, filaires, urticaire

1. Brûlure oui

1.1 Brûlure étendue ou profonde oui : En milieu urbain

Nettoyer rapidement avec SSI, abord veineux

Pansement protecteur + paracétamol

faire boire beaucoup SRO durant le transport REF U

En milieu rural

Nettoyer rapidement avec SSI, abord veineux

Pansement protecteur + paracétamol,

faire boire beaucoup SRO durant le transport

VAT (PEV) + SAT 1500 UI S/c méthode Bedreska

+ pommade anti brûlures REF U

1.2 Brûlure localisée sur une surface qui correspond au maximum à toute la poitrine ou toute

la peau de l’abdomen oui : 1. Nettoyer au savon tous jours jusqu’à la guérison les

2. badigeonner au Violet de G

3. ne pas crever les phlyctènes

4.VAT (PEV) + SAT 1500 UI S/c méthode Bedreska

réhydr. Orale pdt. 3j +Paracétamol 60 mg/ kg/J en 3 prises

+ Cloxacicline100 mg/kg de poids/j x 7j

+ pommade anti brûlures REF U

13 Brûlure localisée sur une petite surface et peu profonde

1. Nettoyer au savon tous jours jusqu’à la guérison les

2. badigeonner au Violet de G

3. ne pas crever les phlyctènes

4.VAT (PEV) + SAT 1500 UI S/c méthode Bedreska

+ paracétamol ++ Cloxacicline100 mg/kg de poids /j x 7j

Mieux stop

Pas mieux REF I

Non

lésions au niveau de la peau (der)

Page 52: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

52

2. Tâches oui 21 :- rechercher nerfs douloureux (cubital ou S.P.E.), oui rechercher BH dans

anesthésie des taches, hypopigmentation, les lésions, lobule de

paresthésie des extrémités nodules l’oreille

Mutilation des mains ou des pieds

BH+ suivre protocole dans ulc 1 MB FOL

(Garder lame positive pour contrôle de qualité).

BH- suivre protocole ulc 1PB FOL

Non 2.2 :

les taches sont tout à fait blanches éviter le soleil malade STOP

(Vitiligo) et n’évoluent pas pas de médicaments convaincu

Malade pas REF C

convaincu

non

3. Teignes et mycoses cutanéo-muqueuse :

-badigeonner avec

Alcool iodé 10%

ou griséfilvne

ou acide benzoïque local pdt 21 j mieux après 1 mois STOP

+ Griséofulvine ½ -1cm/10kg/j x 21 j

ou nystatin 1cm/kg/j

Rechute REF I

Non

4. Nodules :

4.1 : Nodules oui 4.1 : plus de 5 rechercher BH dans les lésions BH pos FOL

et le lobule de l’oreille BH neg présenter le malade

au superviseur ou REF I

4.2 : moins de 5 présenter le malade

au superviseur ou REF I

Non

5. Gale oui -Benzyl benzoate 1x/j pdt. 2j

après avoir lavé la peau, appliquer sur tout le corps

sauf le visage et organes génitaux ; laisser agir

toute la journée, ne laver que le soir

-laver si possible faire bouillir literie et linge

-porter vêtements repassés

-conseiller de soigner les autres membres

de la famille qui logent dans la même case.

Amélioré continuer 5 j mieux STOP

Pas mieux REF I

Pas mieux cloxacilline 50 mg/kg/j pdt 7j

N.B. Si gale infectée faire d’abord une antibiothérapie (pénicilline M : Cloxacilline 100 mg/kg/j)

Pas guéri REF I

Pas amélioré REF I

6. Varicelle (vésicules, pustules, croûtes), érythème fessier , oui ;

6.1. Localisées sur une - bien laver tous les jours pdt 7 j

partie du corps - violet de Gent.

Page 53: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

53

Dexchlorphéniramine E 5 ans : 1- 6 c.à c./j

- ou Prométhazine E 5 ans : 5 –10c.à c./j

- Paracétamol si douleurs

- compresse pour éviter frottement ou surinfection

Betaméthazole (si eczéma) 2 à 3 applications

Mieux, STOP

Pas mieux : Erythromycine 50 mg Kg/j x7j

Mieux STOP

Pas mieux REF I

6.2. Généralisées oui symptômes généraux importants (fièvre, apathie) REF U

6.3. Symptômes généraux négligeables voir 5.1.

Non

7. Prurit oui

7.1. sur la tête chercher poux oui pdt. 2 j poudre ou lotion

anti poux à appliquer 15 mn STOP

puis rincer à l’eau

Nettoyer la literie

Non perte des cheveux oui REF C

Non voir 6 .3 – 6.9

7.2 Avec excoriation chercher gale oui voir 4.

non chercher filaires dans la peau et le sang

7.3 Filaires positifs :

7.3.1 : loa – loa :

Mieux STOP

Diéthylcarbamazine (voir note)

Prométhazine

- Enfant 2 ans :1/2 à 3 c à c/j pdt 10j

- Enfant de 2 à 5 ans : 3 à 5 c à c/j pdt 10 j

- Enfant de 5 à 10 ans : 5 à 10 c à c/j pdt 10 j

Pas mieux REF C

7.3.2 : onchocercose. :

(BCE au niveau des plans osseux) invermectine 1 dose per os enft 5 ans.

7.4 . filaires négatifs Prométhazine 1/j pdt 5 j mieux STOP

Pas mieux REF I

7. 5 . Avec vésicules voir 5

avec placards

7.6 Prurigineux (urticaire) Prométhazine 1 comp/j pdt. 5j mieux STOP

Compresses d’eau froide pdt 2 j

Pas mieux REF I

__________________________________________

NOTE : La Diéthylcarbamazine doit être donnée à doses progressives : on commence par ¼ comp à 50 mg à 50 mg le

premier jour, puis on double la dose chaque jour jusqu’à un maximum de 6 mg/kg/j.

On continue jusqu’à la fin des 21 jours.

Page 54: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

54

7.7. Dans lésions cutanées :

Rechercher filaires :

Filaires positifs. Voir 6.4

Filaires négatifs rechercher trypanosomes.

Trypanosomes. positifs. FOT ou REF I

Trypanosomes. négatifs. demander s’il prend des médicaments

oui REF I

Non Prométhazine 2 x 1pdt. 7 j mieux STOP

pas mieux REF I

8 autres REF I

_______________________________________________________________________________________________

(*)NOTES : La gale est une maladie parasitaire qui se manifeste sous forme de petits boutons qui dérangent

surtout la nuit. Leur localisation est habituelle entre les doigts, sur le poignet, autour de la

taille, sur les organes génitaux.

La diéthylcarbamazine doit être donnée à doses progressives. On commence par ¼ c à 50 mg

le premier jour, puis on double la dose chaque jour jusqu’à c/j

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

34. - céphalées isolées cef

Définition : Céphalées sans autres symptômes dominants.

Affections à ne pas rater : Méningites, sinusite, Otite, Carie, Trypanosomiase, Glaucome, HTA, Paludisme

I- AVANT TOUT VERIFIER S’IL Y A D’AUTRES SYMPTOMES DOMINANTS

1. Raideur de nuque oui suivre tem 1

Non

2. Ganglions cervicaux oui rechercher si sinus sensible oui voir 3

non

3. Sinus sensibles à la oui -Tétracycline 3x 2c/j pdt 5 j, enfant 8 ans mieux STOP

Compression successive ou Ampicilline 100 mg/kg/j

des os situés au dessus - AAS 50 mg/kg/j x 5j ou paracétamol 60 mg/kg/j

et en dessous des yeux - Argyrol nasal 2 gttes/j x 5j

- Inhalation de vapeur d’eau

Améliorer continuer Tétracycline mieux STOP

et AAS pdt 4 j

pas mieux REF I

Pas amélioré REF I

Non

4. Oreille sensible à la pression du tragus oui suivre Oreille

Non

Page 55: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

55

5. Examiner la bouche : abcès dentaire : oui suivre Sto

Non

6. Carie dentaire simple : oui suivre Sto

Non

7. prise excessive d’alcool ou oui -arrêt alcool ou médicaments mieux STOP

Réaction à un médicament -repos pdt 2 j

-boire beaucoup d’eau sucrée

non céphalées continues voir 3

8. demander si constipation depuis 2j : oui voir Cst

Non

34.9. Demander si vision trouble de près ou de loin : oui REF U

Non

10 .Prendre la T.A . tension normale : ( 14/9) voir deb

tension anormale (14/9) Repos mieux STOP

Diazépam 0,5 mg/kg/j

per os pdt 3j

régime hyposodé Pas mieux REF I

11. Faire GE. Négative REF I

Positive. Cure de quinine pdt 3j per os+ attendre 3j

Céphalées disparues STOP

Céphalées continuent REF I

_________________________________________________________________________________________________

35. – morsures (mor) 1. Serpent ou Scorpion oui

1.1. Signes de choc : Hypotension, pouls filant et imprenable, œdème de Quincke

Obnubilation, extrémités froides, dyspnée, sueur

-Dexaméthazone 4 mg/kg IVD (si tachycardie)

Oui -Atropine 0,125 à 0,25 g IVD (si bradycardie)

-Réchauffement REF U

-pose de la pierre noire

Non

1.2. -Pâleur conjonctivale et saignement incontrôlé oui REF U

Page 56: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

56

Non

1.3. petite plaie et saignement contrôlable oui

-laver à l’eau tiède mieux après 3j STOP

-désinfecter

pierre noire

Enlever le garrot posé pas mieux

avec signes locaux inflammatoire

-sulfaméthoxazole-triméthoprime 1cm/5kg/j pdt 7 j

-AAS ou Acide. Niflumique 1 à 2 suppo/j/x3

pas mieux REF I

2. Chien : oui -Chien vacciné oui

Oui -désinfecter

-badigeonner avec le mercurochrome

Plaie saignante -Antibiothérapie per os + SAT 1500 UI (+VAT)

Non désinfecter et rassurer

Chien non vacciné premiers soins locaux + REF U

3. Homme oui suivre Protocole ttt dans trs 1 ou trs 2-1

Non

4. Rongeurs et primates oui désinfecter à l’alcool ou au dakin

Tétracycline 250 mg : 2 comp x 2/j x 7j (enfant 8 ans) ou ST

SAT 1500 UI Sc + VAT - PEV

_________________________________________________________________________________________________

36. –

Définition : Malades qui consultent après avoir été dépistés positifs

Pour tous les malades : installer le traitement selon les instructions et établir la FO

37. – contrôle (ctl)

Définition : Malades qui consultent pour contrôle après traitement correct

1. Pour tous les malades : traiter selon les instructions et suivre la FO

dépistage (dpt)

Page 57: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

57

38. - plaintes diverses de la région ano- rectale (prl)

Définition : Tout signe fonctionnel en dehors de la rectorragie, de la constipation ou tuméfaction .

Exclure : Emission de sang rouge (rectorragie) ou de sang noir (melæna) par l’anus,

avec ou en dehors des selles, constipation.

Affections à ne pas rater: Fistule anale, prolapsus rectal.

Eliminer la possibilité de : tox, ict, drh, san, abd, cst, vom, tin, der

38. - plaintes diverses de la région ano-rectale ( prl )

1. prolapsus rectal irréductible

Tentative de réduction après diazépam 0,25 à 0,5 mg IM

REF I

2. Prolapsus récent ou apparaissant -rassurer, conseils généraux

au moment de la défécation réduire avec un tampon imbibé d’huile mieux STOP

D’arachide ou de palme et apprendre

à la famille à faire la réduction à récidive,

Revoir après 10 jours

Mébendazole 1 cm ou 1cp x 2/j pdt 3 jours

Pas mieux REF I

3. prurit anal oui mébendazole 1cm ou 1cp x 2/j x 3j

4. autres suivre drh, cst, der.

____________________________________________________

CONSEILS GENERAUX EN CAS DE PLAINTES DIVERSES DE LA REGION ANO-RECTALE

-Conseils diététiques : supprimer vin et alcool, café, thé, épices

-Hygiène pelvienne

Page 58: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

58

MEDICAMENTS INTERDITS CHEZ L’ENFANT AVANT 01 MOIS

Chloramphénicol Nitrofurantoïne

Novobiocine

Camphre Hydrate de chloral

Sulfamides

Edécrine Morphine

Tétracyclines

MEDICAMENTS INTERDITS CHEZ L’ENFANT AVANT 30 MOIS

Ac. Nalixique Menthol

Phénylbutazone

Cambre Micorène

Noramidopyrine

Coramine Pénicilline retard

Tétracyclines

Indométacine Phénacétine

MEDICAMENTS INTERDITS CHEZ LA FEMME ALLAITANTE

Caféine Paracétamol

Tétracyclines

Dérivés iodés Phénylbutazone

MEDICAMENTS INTERDITS PENDANT LA GROSSESSE

Tricycliques Diazépam

Thalidomide

Barbituriques Méprobamate

Tétracycline

Chloramphénicol Sulfamides

Page 59: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

59

INDEX THERAPEUTIQUE

ANTIPALUDEENS

ARTESUNATE (ASU)

Présentation : cp à 50 mg

Indications : traitement du paludisme en première intention

Et certains groupes d’enfants à risque

Posologie : -curatif :

4mg/kg/j en 1 prise pendant 3 jours

soit enfant de 0 à 1 an ½ cp

1 à 7 ans 1 cp

7 à 13 ans 2 cp

Contre-indication : aucune

Effets secondaires : aucune

AMODIAQUINE

Présentation : cp à 100 mg + sirop 25 mg

Indications : traitement du paludisme en première intention

Et certains groupes d’enfants à risque

Posologie : -curatif :

10mg/kg/j en 1 prise pendant 3 jours

soit enfant de 0 à 1 an ½ cp

1 à 3 ans 1 cp

3 à 5 ans 1 cp et ½

-prophylaxie :

0 à 11 mois 50 mg/ semaine

1 à 5 ans 100 mg/ semaine

Contre-indication : aucune

Effets secondaires : possibilité d’intoxication à partir de 25 mg /kg en 1 prise

SULFADOXINE -PYRIMETHAMINE

Présentation : cp à 500 mg de sulfadoxine et 25 mg de pyriméthamine

Indications : accès palustre à plasmodium résistant

Prophylaxie du paludisme chez la femme enceinte

Posologie : 2 mois à 4 ans : ½ cp en 1 prise

4 et 5 ans : 1 cp en prise

3 cp en 1 prise orale à partir de la 12 semaine d’aménorrhée

Durée : 1 seul jour

Contre-indications : nourrisson de moins de 2 mois

Effets secondaires : allergie aux sulfamides

Page 60: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

60

QUININE

Présentation : cp à 100 mg, 300 mg

Amp. Injectable 200 et 400 mg

Indications : accès palustre résistant, accès pernicieux palustre

Posologie : 25 mg/kg/j en 3 prises orales

Dose de charge : 20 mg/kg par IV dans 5 à 10 ml de SGI/kg pdt 04 heures.

Dose d’entretien : 8H après le début de la dose de charge : 10 mg/kg par voie IV dans

5à 10 ml de SG/ kg pdt 4 H

Durée : 5 à 7 jours

Contre-indications : paludisme viscéral évolutif, fièvre bilieuse hémoglobinurie

ARTEMETHER

Présentation : Ampoule Injectable 20 et 80 mg

Indications : accès palustre résistant, accès pernicieux palustre

Posologie : 3,2 mg/kg le 1 er jour, puis 1,6 mg/kg du 2 è au 5 è jour en IM.

Durée : 5 à 7jours

Contre-indications : aucune

ANTIBIOTIQUES

AMPICILLINE

Présentation : cp à 500 mg, sirop 125, 250, 500 mg

Indications: bronchite

Otite aiguë

Abcès dentaire

Infection urinaire

Erysipèle INACTIF DANS LES INFECTIONS CUTANEES

Posologie : 50 mg/ kg /j dans les infections de gravité moyenne

100 à 200 mg/ kg /j dans les infections graves en 4 prises par jour

Durée : 10 jours

Contre-indication : mononucléose infectieuse ; allergie aux pénicillines

PENICILLINE V

Présentation : cp à 1 million d’unités

Suspension à 250.000 unités par cuiller dos de 5 ml

Indications : angine, Otite, Abcès dentaire

Prévention de l’infection chez le drépanocytaire

Posologie : 50.000 à 100.000 unités/ kg /j en 4 prises

Durée : 7 à 10 jours

Contre-indications : allergie aux pénicillines

Page 61: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

61

SULFAMETHOXAZOLE-TRIMETHOPRIME (ST)

Présentation : cp à 400 mg de sulfaméthoxazole et 80 mg de triméthoprime

Indications : infection urinaire

Cystique

Typhoïde intoxication alimentaire

Diarrhée avec fièvre

Infection cutanée

Posologie : 30 mg/ kg/ j de MST

2à 18 mois ½ cp par jour

2 à 5 ans ½ cp matin et soir

Durée : 7 à 10 jours

Contre –indications : enfant avant 2 mois, allergie aux sulfamides

CHLORAMPHENICOL

Présentation : cp à 250 mg

Indications : typhoïde

Salmonellose shigellose

Choléra

Posologie : 50 à 100 mg/ kg /j en 2 prises par jour

Durée : 10 jours

Contre-indications : enfant de moins de 6 mois

AMOXYCILLINE

Présentation : suspension à 125 et 250 mg

Indications : infection respiratoire, ORL, urinaire, digestive

Gonococcie

Posologie : 25 mg/kg/j en 2 prises par jour

Durée : 10 jours

Contre-indications : allergie aux pénicillines

Mononucléose infectieuse

OXACILLINE

Présentation : poudre pour sirop à 250 mg

Indications : infections cutanées, ORL, respiratoires, abcès au stade non collecté

Posologie : 50 mg/kg/j en 4 prises par jour

Durée : 7 à 10 jours

Contre-indications : allergie aux pénicillines

Page 62: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

62

ANTICONVULSIVANT

DIAZEPAM

Présentation : ampoule de 2 ml contenant 10 mg de diazépam, comp 5 et 10 mg

Indications : convulsions du nourrisson et de l’enfant

Posologie : 0,5 mg /kg/j sans dépasser 10 mg par voie intra rectale

Contre-indications : allergie au diazépam

Insuffisance respiratoire sévère

PHENOBARBITAL

Présentation : cp à 10 mg et cp à 50 mg

Indications : prévention des convulsions chez l’enfant ayant des antécédents

Posologie : 3 à 4 mg/kg/j en 1 prise par jour

Contre-indications : aucune

ANALGIQUES ANTIPYRETIQUES

AC. ACETYLSALICYLIQUE (ASS)

Présentation : cp à 500 mg

Indications : douleurs quelle que soit l’origine (sauf douleurs abdominales) fièvre

Phénomènes inflammatoires

Posologie : 25 mg/kg/j en 3 prises par jour

Durée : pendant toute la durée de la fièvre ou de la douleur

Contre-indications : asthme

Hémorragie digestive

Epistaxis

Douleurs abdominales

Intolérance à l’ac. acétylsalicylique

PARACETAMOL

Présentation : cp à 500 mg

Poudre nourrisson à 50 mg

Indications : les mêmes que l’ac. Acétylsalicylique

à utiliser quand l’ac.acétylsalicylique est contre indiqué

posologie : 25 mg/kg/j

Durée : pendant toute la de fièvre ou de la douleur

Contre-indications : allergie au paracétamol

Page 63: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

63

ANTIMYCOSIQUES

NYSTATINE

Présentation : suspension à 100.000 unités par dose de 1 ml

cp à 500.000 unités

Pommade

Indications : muguet buccal

Mycose cutanée localisée

Posologie : mycose génitale :

500.000 unités à 3 millions par jour en 4 prises

enfant de 2 à 5 ans : 4 cp par jour

enfant de 2 à 5 ans : 4 à 8 doses par jour

écraser les cp avant de les avaler

mycose cutanée : pommade de 2 applications par jour

muguet : bains de bouche 2 fois par jour

Durée : 10 jours

Contre-indications : allergie à la nystatine

ANTIANEMIQUES

AC. FOLIQUE

Présentation : cp à 5 mg

Indications : anémies par carence d’apport (régime alimentaire déséquilibré)

Posologie : 2,5mg/j en 1 prise avant 30 mois

5 mg/j de 30 mois à 5 ans

Durée : de 15 jours 0 3 mois

Contre-indications : aucune

SELS FERREUX

Présentation : cp à 200 mg, granulés

Indications : anémie

Ankylostomiase, hémorragies

Posologie : 6 mg/kg/j en 1 prise

Durée : de 15 jours à 3 mois

Contre-indications : à éviter chez le drépanocytaire

Page 64: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

64

APPAREIL DIGESTIF

CHARBON ACTIVE

Présentation : poudre noire ou granulées

Indications : troubles digestifs

Ballonnement du ventre

Posologie : 3 à 4 cuillérées à soupe délayées dans un peu d’eau

Contre-indications : ne pas associer avec d’autres médicaments

SACHET SRO

Présentation : sachet contenant 20 g de sucre, 3,5 g de sel,

1,5 g de potassium, 2,5 g bicarbonate de sodium

Indications : réhydratation orale de l’enfant

Traitement de la diarrhée

Posologie : diarrhée sans déshydratation 50 ml/kg/j

Déshydratation débutante ( 8%) : 100 ml/kg/j

Déshydratation importante ( 11%) : 150 ml/kg/j

Mode d’emploi : diluer le sachet dans un litre d’eau bouillie

Fractionner les doses.

Donner la solution toutes les cinq minutes

Contre-indications : aucune

DERMATO-ANTIALLERGIQUES

PROMETHAZINE

Présentation : sirop à 0,1%

Indications : manifestations allergiques diverses, cutanées, ORL

Posologie : avant 2 ans : ½ à 3 cuillers à café par jour en 3 prises

Contre-indications : ne pas utiliser avant un an

Page 65: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

65

DEXCHLORPHENIRAMINE

Présentation : cp à 2 mg

Suspension

Indication : prurit de tout type

Allergie

Posologie : ½ cp 3 fois par jour

Nourrisson : 1 cuiller à café 2 à 3 fois par jour

Enfant : 2 cuillers à café

Durée : 3 à 8 jours

Contre-indications : enfant de moins de3 ans

BENZOATE DE BENZYL

Présentation : solution à usage externe

Indications : traitement de la gale

Mode d’emploi : -laver et sécher soigneusement le corps

Appliquer sur la totalité du corps la solution en

Evitant le visage et le cuir chevelu

Au bout de 24 heures laver soigneusement

-chez l’enfant avant 2 ans ne laisser le produit que 12 heures

Contre-indications : aucune

LINDANE

Présentation : poudre pour usage externe

Indications : traitement des poux

Posologie : -poux de tête : saupoudrer les cheveux un soir

mettre un bonnet sur la tête pour la nuit

Renouveler le soir suivant et au bout d’une semaine

-poux de corps : saupoudrage des vêtements

contre-indications : aucune

Remarque : risque de convulsions en cas d’ingestion accidentelle

CHLORTETRACYCLINE POMMADE DERMIQUE

Présentation : pommade à 3% à usage dermatologique

Indications : infection cutanée

Posologie : 2 à 3 applications par jour après nettoyage au savon de la surface infectée

Contre-indications : allergie

Ne pas appliquer sur les lésions suintantes

Page 66: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

66

BIOGAZE

Présentation : compresses grasses 12 cm * 9 cm

Indications : pansement des plaies et des brûlures

Mode d’emploi : mettre la compresse sur la zone brûlée

Recouvrir d’une bande Velpeau

Contre-indications : enfant (nourrisson)

CETRIMIDE

Présentation : crème

Indications : antisepsie cutanée

Brûlures superficielles

Érythème fessier du nourrisson

Posologie : application en couches épaisses 3 à 4 fois par jour

Contre-indications : ne pas utiliser sur les muqueuses génitales

Ne pas mettre dans l’œil ni dans l’oreille

Ne jamais utiliser pur sur peau ou muqueuse

Remarque : NE PAS UTILISER AVEC D’AUTRES NTISEPTIQUES

NE PAS UTILISER SUR DE GRANDES SURFACES

OXYDE DE ZINC

Présentation : pommade à l’oxyde de zinc

Indications : cicatrisant

fissure anale

érythème fessier du nourrisson

Posologie : application locale 2 à 3 fois par jour

Contre-indications : allergie à l’oxyde de zinc

ANTIPARASITAIRES

TIABENDAZOLE

Présentation : cp à 500 mg

Indications: anguillule, trichine, larva migrans

Posologie : 25 mg /kg /j en 2 prises par jour

Durée : anguillule 3 jours ; trichine et larva migrans 7 jours

Contre-indications : allergie au tiabendazole ; allaitement ; grossesse

Page 67: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

67

METRONIDAZOLE

Présentation : cp à 250 mg

Sirop 125 mg

Indications : amibiase

Trichomonase

giardiase intestinale

Posologie : amibiase : 40 mg/kg/j en 3 prises par jour

soit ½ cp 3 fois par jour

Trichomonase- giardiase : 20 mg/kg/j en 3 prises

Durée : 7 jours pour l’amibiase

5 jours pour la trichomonase et la giardiase

Contre-indications : aucune

Remarque : prendre les comprimés au milieu d’un repas

PAMOATE DE PYRANTEL

Présentation : cp à 125 mg

Indications : oxyures ; ascaris ; ankylostomes

Posologie : 1 cp pour 10 kg en 1 prise

Contre-indications : grossesse

PRAZIQUANTEL

Présentation : cp à 600 mg

Indications : bilharziose urinaire et intestinale

Posologie : 40 mg/kg/j en 3 prises après un repas 1 seul jour

Contre-indications : aucune

IVERMECTINE

Indications : Onchocercose : Suivre instructions du Programme national Oncho

Page 68: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

68

NICLOSAMIDE

Présentation : cp à 500 mg

Indications : grands tænias ; tænias nains

Posologie : avant 2 ans ¼ cp

2 à 5 ans ½ cp

Mode d’emploi : la veille prendre un repas léger et rester à jeun jusqu’au traitement

Prendre le cp en mastiquant bien avec très peu d’eau, renouveler

2 heures après

Durée : 1 seul jour pour grands tænias

7 jours pour tænias nains

Contre-indications : aucune

MEBENDAZOLE

Présentation : cp à 200 mg

Sirop

Indications : oxyures ; ascaris ; ankylostomes ; anguillules ; ténia ; trichocéphales

Posologie : 1cp x 2/j ou 1 cm x 2/j

Durée : 3 jours (+ en cas de ténia)

Contre-indications : aucune

ANTIINFLAMMATOIRES

AC. NIFLUMIQUE

Présentation : suppositoire 400 mg

Indications : anti-inflammatoire ; affection ORL

Posologie : 1 suppo pour 10 kg de poids par jour

Contre-indications : enfant avant 30 mois ; ulcère gastro intestinal, hémorragie intestinale

Remarque : ne pas associer à l’AAS ou autres anti-inflammatoires

BETAMETHASONE/ DEXAMETHAZONE

Présentation : gouttes pédiatriques

Ampoule à 4 mg

Indications : œdème de Quincke ; urticaire grave ; épiglottite ;

Laryngite ; à pneumopathie dyspnéisante

Posologie : 8 à 16 gouttes /kg

EN CAS D’URGENCE : 0,25 mg/kg en IM, IVD

Page 69: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

69

ALCOOL A 90°

Présentation : flacon de 125 ml

Indications : contusion simple

Posologie : pansement imbibé d’alcool à renouveler tous les jours

utilisable comme d désinfectant

Contre-indications : lésions cutanées

APPAREIL RESPIRATOIRE

SALBUTAMOL

Présentation : sirop

Indications : bronchopathie dyspnéisante ; asthme

Posologie : 1 à 4 c à c/j

Contre-indications : cardiopathie congénitale ou acquise

AUTRES :

-Dextrochlorphéniramine maléate : sirop

AFFECTION ORL

SERUM PHYSIOLOGIQUE

Présentation : flacon de 5 ml de chlorure de sodium

Indications : rhinite ; conjonctivite

Posologie : instillation nasale 2 à 3 fois par jour

Lavage œil 2 à 3 fois par jour

Durée : 5 à 6 jours

Contre-indications : aucune

POMMADE HEMOSTATIQUE (PHENAZONE)

Présentation : pommade dermique et nasale à base de phénazone

Indications : épistaxis

Posologie : imprégnation à la phénazone

Page 70: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

70

XYLENE

Présentation : solution auriculaire

Indications : bouchon de cérumen

Mode d’emploi : bains d’oreille pendant 10 minutes, 2 à 3 jours

Contre-indications : perforation tympanique

AFFECTIONS OPHTALMO

CHLORTETRACYCLINE POMMADE OPHTALMIQUE

Présentation : pommade ophtalmique à 1%

Indications : conjonctivite

Posologie : 2 applications par jour

mettre la pommade entre la paupière inférieure et l’œil

Durée : 8 jours

Contre-indications : plaie de l’œil

allergie à la chlorotétracycline

CHLORHEXIDINE GLYCONATE COLLYRE

Présentation : flacon de 10 ml

Indications : conjonctivite allergique

conjonctivite folliculaire

hémorragie conjonctivite

Posologie : 2 gouttes toutes les 3 heures dans l’œil malade

Durée : continuer encore 2 jours après que l’aspect de

l’œil est redevenu normal

Contre-indications : allergie à la chlorhéxidine

AUTRES :

-Gentamycine (pommade et collyre)

-néomycine (collyre)

Page 71: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

71

ANTISEPTIQUES

SOLUTION DE DAKIN

Présentation : flacon d’hypochlorite de sodium de 125 ml

Indications : désinfection des plaies purulentes

désinfection des muqueuses

lavage des abcès incisés

Mode d’emploi : lavage préalable au savon

rinçage soigneux

utiliser la solution de dakin en lavage ou avec

une compresse imbibée

Contre-indications : aucune

Remarque : ne pas utiliser avec un autre antiseptique

ne pas utiliser pour désinfecter le matériel

POLYVIDONE IODEE

Présentation : solution dermique en flacon de 125 ou 500 ml

Solution gynécologique

Indications : désinfection la peau saine

désinfection des lésions cutanées

désinfection du petit matériel

Posologie : application pure sur la peau saine

dilution au 1/10 sur lésions cutanées

Contre-indications : allergie à l’iode

enfant avant 1 mois

EOSINE AQUEUSE

Présentation : solution aqueuse à 2% en flacon de 100 ml

Indications : lésions cutanées suintantes et infectées eczéma

Posologie : 2 applications par jour 10 minutes, 2 à 3 jours

Contre-indications : aucune

Page 72: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

72

EAU OXYGENEE

Présentation : solution à 3% en flacon de 250 ml

Indications : pour la désinfection des lésions cutanées :

employer pure en applications locales 2 fois par jour

pour les lésions de la bouche : utiliser dilué 2 cuiller à

café dans un verre d’eau 2 à 3 fois par jour

Posologie : désinfection des lésions cutanées

traitement des lésions de la bouche : muguet ; aphtose

méchage du nez

Durée : 10 jours pour l’aphtose

Contre-indications : ne pas mettre en contact avec les yeux

Remarque : NE PAS AVALER

VITAMINES

VITAMINE C

Présentation : cp à 500 mg

Indications : anémie ; aphtose

Posologie : 10 à 50 mg/kg/j

Durée : 8 à 10 jours

Contre-indications : aucune

AUTRES :

-vitamine A

-Multivitamine

ANESTHESIQUES

LODOCAINE 1%

Présentation : flacon de 20 ml ou ampoule de 5 ml

Indications : anesthésie locale

Posologie : 5 à 10 ml en injection locale

Contre-indications : allergie à la lidocaïne

Page 73: STRATEGIES DE DIAGNOSTIC-TRAITEMENT ENFANTS

73

DOSES DE MEDICAMENTS EN FONCTION DU POIDS

Poids de

l’enfant Dose en mg /kg

2 mg 3 mg 4 mg 5 mg 10 mg 20 mg 25 mg 50 mg 100 mg

DOSE TOTALE JOURNIERE EXPRIMEE EN MILIGRAMMES

EN FONCTION DU POIDS DE L’ENFANT

ET DE LA POSOLOGIE DU MEDICAMENT

3 kg 6 9 12 15 30 60 75 150 300

4 kg 8 12 16 20 40 80 100 200 400

5 kg 10 15 20 25 50 100 125 250 500

6 kg 12 18 24 30 60 120 150 300 600

8 kg 16 24 32 40 80 160 200 400 800

10 kg 20 30 40 50 100 200 250 500 1000

12 kg 24 36 48 60 120 240 300 600 1200

14 kg 28 42 56 70 140 280 350 700 1400

16 kg 35 48 64 80 160 320 400 800 1600

18 kg 36 54 72 90 180 360 450 900 1800

20 kg 40 60 80 100 200 400 500 1000 2000

25 kg 50 75 100 125 250 500 625 1250 2500

30 kg 60 90 120 150 300 600 750 1500 3000


Recommended