Home >Documents >Valorisation Nutritive d'Un Grignon d'Olive Traité à La Soude

Valorisation Nutritive d'Un Grignon d'Olive Traité à La Soude

Date post:24-Dec-2015
Category:
View:11 times
Download:2 times
Share this document with a friend
Description:
Valorisation Nutritive d'Un Grignon d'Olive Traité à La Soude
Transcript:
  • Valorisation nutritive dun grignon dolive traite a la

    soude

    J.F. AGUILERA, Eduarda MOLINA, Encarnacion COLMENERO, Francisca

    GIL, Dolores RODRIGUEZ

    To cite this version:

    J.F. AGUILERA, Eduarda MOLINA, Encarnacion COLMENERO, Francisca GIL, Dolores RO-DRIGUEZ. Valorisation nutritive dun grignon dolive traite a la soude. Annales de zootechnie,1986, 35 (3), pp.205-218.

    HAL Id: hal-00888464

    https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00888464

    Submitted on 1 Jan 1986

    HAL is a multi-disciplinary open accessarchive for the deposit and dissemination of sci-entific research documents, whether they are pub-lished or not. The documents may come fromteaching and research institutions in France orabroad, or from public or private research centers.

    Larchive ouverte pluridisciplinaire HAL, estdestinee au depot et a la diffusion de documentsscientifiques de niveau recherche, publies ou non,emanant des etablissements denseignement et derecherche francais ou etrangers, des laboratoirespublics ou prives.

    https://hal.archives-ouvertes.frhttps://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00888464

  • Valorisation nutritive dun grignon dolive trait la soude

    J.F. AGUILERA Eduarda MOLINA

    Encarnacin COLMENERO,Francisca GIL Dolores RODRIGUEZEstacin Experimental del Zaidin (C.S.I.C.)

    Profesor Albareda, 1. 1810108 Grnnada, Espagne

    Rsum

    Afin de mesurer leffet du traitement la soude sur la valeur nutritive du grignondolive et dterminer aussi la prcision des mthodes de laboratoire pour estimer sa valeurnutritive, nous avons ralis une srie dessais en traitant du grignon dolive puis tamis(partiellement dnoyaut) par la technique de pulvrisation avec 0, 5, 7,5 et 10 g deNaOH/100 g de sous-produit.

    Le traitement la soude diminue le contenu en NDF (P < 0,001) par suite de lasolubilisation des hmicelluloses (P < 0,001) et augmente significativement la solubilitenzymatique, la digestibilit in vitro et in vivo et donc la valeur nergtique du grignondolive (P < 0,001).

    Les rsultats sont discuts, ainsi que la prcision des diffrentes mthodes de laboratoirepour prdire la valeur nutritive du grignon dolive. La mthode de mesure de la solubilitenzymatique est trs convenable, et prsente des avantages par rapport aux autres mthodes.

    En conclusion, la valeur nutritive du grignon dolive est faible et, malgr limportancede leffet du traitement la soude, elle reste toujours infrieure celle des pailles decrales. Cependant, le grignon peut tre utilis en quantit modre dans des rgimesdentretien et en quantit plus leve dans les cas de disette.

    Mots cls : Grignon dolive, traitement la soude, digestibilit, valeur nergtique.

    1. Introduction

    Lutilisation des grignons dolive, le plus important des sous-produits de lindustrieolicole, dans la nutrition animale, est trs limite du fait de leur faible valeur nutritive.Cependant, la valorisation de ce sous-produit prend une importance pratique par-ticulire, tant donn que les grignons dolive sont produits dans les rgions o lesfourrages sont limits.

    La presque totalit de la production mondiale dolives, value aux environs de8 400 000 T (MAPA, 1982), provient des pays du Bassin Mditerranen. Quatre pays(Italie, Grce, Espagne et Tunisie) fournissent 74 p. 100 de cette quantit. Les

  • grignons dolive sont le principal rsidu de lextraction de lhuile et sa productiontotale est estime 3 000 000 T par an dont 480 000 T pour lEspagne.

    Les donnes existantes sur la digestibilit des grignons dolive sont rares etextraordinairement variables en fonction de son origine, de la technologie appliquependant lextraction de lhuile et de la mthode de conservation. Mais, en tout cas,ils refltent une faible utilisation digestive. Les valeurs les plus faibles correspondentaux grignons bruts et les plus leves aux pulpes (BozA & VARELA, 1961 ; BozA et al.,1970 ; DURANTI Bt al., 1978 ; MARTILLOTI, 1984 ; NEFZAOUI, 1985).

    Etant donne la composition chimique des grignons dolive, dont les paroiscellulaires sont trs lignifies, nous avons estim que le traitement la soude suividensilage tait le procd le plus appropri pour amliorer leur valeur nutritive(NEFZAOUI, 1985).

    Dun autre ct, il est ncessaire de dvelopper lapplication de mthodes delaboratoire permettant de prdire avec prcision la valeur nutritive de ces sous-produits et facilitant linclusion des grignons dolive dans des rations pratiques.

    Cest pourquoi nous nous proposons :a) dtudier leffet du traitement la soude des grignons puiss tamiss sur leur

    composition chimique et leur digestibilit in vivo ;b) de connatre la prcision de deux mthodes de laboratoire (digestibilit in vitro

    et solubilit enzymatique) pour estimer la valeur nutritive de ces grignons traits lasoude.

    II. Matriel et mthodes

    A. Grignons

    Nous avons utilis du grignon dolive puis tamis (Nomenclature adopte dansle Sminaire International sur la Valorisation des Sous-produits de lOlivier organispar la FAO, Madrid 1983, pour le rsidu obtenu au niveau industriel aprspuisement et limination partielle, par procd mcanique, des dbris de noyaux ).La composition du grignon, en pourcentage de la matire sche, est la suivante : ma-tires grasses 2,7 ; MAT 10,6 ; cellulose brute 33,4 ; NDF 62,9 ; ADF 52,9 ; ADL27,4 ; cendres 7,7. Le sous-produit a t trait avec des solutions de NaOH selon latechnique de pulvrisation. Les doses de soude appliques taient : 0, 5, 7,5 et10 g/100 g de grignon (150 kg de sous-produit pour chacune des doses). Le matrielainsi trait a t conserv pendant 3 semaines la temprature ambiante, dans des;rcipients ferms.

    B. Schma exprimental

    On a dtermin leffet du traitement la soude sur la composition chimique,sur la solubilit enzymatique et sur la digestibilit in vitro et in vivo du grignondolive. Les techniques analytiques utilises ont t dj dcrites (MOLINA et al., 1983).Pour le dosage de lnergie brute des aliments et des fces nous avons utilis unebombe calorimtrique adiabatique.

  • La digestibilit in vitro a t dtermine selon la technique de TILLEY & TERRY(1963). Le jus de rumen provenait de moutons de race Segurena nourris base de foinde luzerne et 150 g de soja par jour. La solubilit enzymatique a t dtermine selonla technique dAUFRERE (1982). La prparation cellulasique employe est extraite deTrichoderma viride (BHD N. 39074).

    Les essais in vivo ont t conduits daprs le schma suivant :

    1. Animaux

    Nous avons utilis 12 moutons de race Segurena, mles castrs (gs de 12 moiset dun poids de 40 0,75 kg au dbut des essais), regroups selon leur poids en deuxgroupes de 6 animaux. Chaque groupe a t divis en 2 lots de 3 animaux. Cesmoutons taient placs dans des cages mtabolisme. Aprs une priode dadaptationde 3 semaines au rgime correspondant additionn de 20 g dun compos minralet vitamin, on a mesur exactement les quantits excrtes pendant 10 jours. Leautait distribue volont.

    2. Rgimes

    Nous avons constitu 4 rgimes tmoins forms par 400 g de foin de luzerne,de 500 g de concentr (orge + tourteau de tournesol) et de 100 g de grignon, nontrait ou trait selon les rgimes (tabl. 1). En effet, nous avons pens que la prsencedu grignon dans les rgimes tmoins viterait des phnomnes associatifs, difficiles contrler, qui pourraient apparatre avec lincorporation du grignon dans les rgimesexprimentaux. Les phnomnes associatifs peuvent induire des rsultats errons dedigestibilit du grignon, calcule par diffrence.

    Les rgimes exprimentaux ont t formuls en remplaant 200 g de la quantitdu rgime tmoin offerte aux animaux par jour par 350 g de grignon dolive traitavec la dose de soude correspondante. On a considr que les quantits remplacestaient peu prs isocaloriques.

    3. Droulement des essais

    Au cours de deux essais successifs selon le schma du tableau 2, les animaux ontreu les rgimes tmoins et les rgimes exprimentaux correspondants afin de calculer,par diffrence, la digestibilit et la valeur nergtique du grignon dolive. Le niveaudingestion tait proche de celui de lentretien (700 et 850 g/jour respectivement pourles rgimes tmoins et exprimentaux).

    Afin de dterminer la rtention dnergie due lingestion de grignon, nousavons effectu une srie de mesures de la production de CH4 et C02 ainsi que dela consommation dO. pendant 24 heures, dans des chambres respiratoires circuitouvert (AGUILERA & PRIETO, 1985), avec des animaux qui recevaient 700 g du rgimetmoin et ce mme rgime additionn de 350 g de matire sche du grignon trait.Ces mesures ont t faites la fin des essais de digestibilit dans le cas des rgimestmoins, et aprs une priode dadaptation de 3 semaines dans le cas des rgimestmoins additionns de 350 g du grignon trait.

  • C. Analyses statistiques

    Les rsultats exprimentaux ont t soumis une analyse de variance et lesdiffrences entre traitements ont t testes par la mthode de la plus petite diffrencesignificative de Duncan.

  • III. Rsultats

    A. Composition chimiqueLa conservation du grignon dolive trait dans des conditions anarobies est

    bonne et nous avons observ, malgr un pH lev, une certaine fermentation.

    Les rsultats de leffet du traitement la soude du grignon dolive sur lacomposition chimique sont rapports dans le tableau 3. Dans le but dliminer leffetde la variation du contenu en cendres provoque par laddition de la soude nousavons calcul les rsultats par rapport la matire organique.

    La fraction NDF reprsente dans le grignon non trait 68 p. 100 de la matireorganique et les composants lignocellulosiques (ADF) 84 p. 100 de la fraction NDF.Le pourcentage de cellulose est peu prs celui de la lignine.

    Le traitement du grignon la soude diminue significativement (P < 0,001) lafraction paritale (NDF). Cette diminution est due la solubilisation des hemicelluloses(P < 0,001). Les contenus en ADF et ADL ne changent pas, du point de vue statis-tique, la suite du traitement la soude.

    La teneur en azote du grignon dolive est faible. Cet azote est attach, danssa plus grande partie (75 p. 100), aux parois cellulaires. Le traitement la soude nesolubilise pas lazote attach ces parois.

  • B. Digestibilit in vivo

    Les rsultats des essais in vivo sont prsents dans le tableau 4.

    Nous navons pas trouv de diffrences significatives entre les rgimes tmoinsen ce qui concerne la digestibilit de la matire sche, matire organique et nergieainsi que pour lutilisation digestive de lazote.

    Les mesures de bilan nergtique ralises dans des chambres respiratoires ontmontr que le niveau alimentaire des rgimes tmoins tait lgrement suprieur celuide lentretien. En effet, les ingestions dnergie mtabolisable avec les rgimes tmoinsqui contenaient du grignon trait avec 0, 5, 7,5 et 10 g NaOH/100 g de sous-produit,taient, respectivement : 6 761 ( 149), 7 027 ( 66), 6 879 ( 50) et 7 155 ( 113)Kj/jour et les rtentions nergtiques correspondantes de 610 ( 418), 951 (-L 334),768 ( 135) et 935 ( 381) KJ/jour.

    La substitution de 200 g du rgime tmoin par 350 g de grignon trait avec ladose de soude correspondante provoque des diminutions de lutilisation digestive dela matire sche, de la matire organique, des MAT et de lnergie. La digestibilit dela matire sche des rgimes exprimentaux samliore significativement (P < 0,001)avec le traitement la soude du grignon, mais laugmentation est seulement de 4 pointsmaximum. Par contre, ni la digestibilit de la matire organique ni celle des MAT desrgimes exprimentaux sont significativement affectes par le traitement la soude dugrignon dolive. La digestibilit de lnergie augmente significativement (P < 0,001)quand on ajoute des doses de soude suprieures 5 g/100 g de grignon. Le contenuen nergie mtabolisable par rapport celui de lnergie brute (EM/EB, p. 100)samliore significativement (P < 0,001) avec les doses croissantes de soude. Lerapport EM/ED (p. 100) augmente (P < 0,01) avec laddition de soude mais on napas remarqu de diffrences significatives pour les diverses doses dalcali.

    Les valeurs de digestibilit du grignon trait la soude ont t obtenues, pardiffrence, partir des rsultats correspondants des rgimes tmoins et exprimentau-On peut remarquer que les digestibilits de la matire sche et de la matireorganique sont significativement (P < 0,001 et P < 0,01 respectivement) amliorespar le traitement la soude. Cet effet significatif du traitement la soude sur ladigestibilit in vivo a t corrobor par les rsultats que nous avons obtenus in vitro.Ces valeurs refltent une faible utilisation nutritive du grignon dolive. La digestibilitde lnergie ainsi que le rapport nergie mtabolisable/nergie brute (p. 100) dugrignon samliorent significativement (P < 0,001) avec le traitement la soude (13,7et 13,4 points respectivement). Par consquent, les teneurs en ED et en EM varientde 5,41 et 4,22 MJ/Kg MS jusqu 7,61 et 6,46 MJ/Kg MS respectivement.

    Nous avons obtenu des quations de rgression linaires (tabl. 5) partir desdonnes de digestibilit in vivo de la matire sche, la matire organique et lnergieet des donnes correspondant la composition chimique et la dgradabilit, quipermettent destimer avec une prcision raisonnable, la digestibilit et la valeur nerg-tique du grignon test.

    La production de CH4 attribuable lingestion de grignon dolive, calcule pardiffrence, a t de 9,3 ( 0,62), 10,3 ( 0,39), 9,8 (-!- 0,53) et de 11,2 ( 0,99) li-tres/Kg MO respectivement pour le grignon trait avec 0, 5, 7,5 et 10 g NaOH/lOO gde sous-produit. Ces productions ne sont pas statistiquement diffrentes.

  • Laddition de soude augmente la digestibilit des MAT (P < 0,01) du grignon maislazote utilisable est trs rduit.

    IV. Discussion-conclusions

    Il est trs difficile de comparer nos rsultats de composition chimique du grignondolive avec les donnes bibliographiques car la technologie dextraction de lhuile etson efficacit modifient les proportions relatives des constituants des grignons quimontrent, par consquent, une composition chimique trs variable.

    Les donnes correspondant la composition chimique du grignon dolive sontvoisines de celles acquises avec des grignons puiss et partiellement tamiss(SANSOUCY, 1984 ; NEFZAOUI, 1985). Le grignon dolive est un matriel trs fibreux et faible contenu en azote, fraction qui est attache la paroi cellulaire, trs lignifie.Les composants des parois cellulaires du grignon constituent un complexe peuaccessible aux enzymes bactriennes du rumen. De mme quavec dautres sous-produitslignocellulosiques, la soude agit sur ce complexe-l en modifiant sa structure. Cettemodification se traduit par une diminution de la fraction NDF due, surtout, lasolubilisation des hmicelluloses (JACxsort, 1977 ; MOLINA et al., 1983). Nos rsultatssont comparables ceux obtenus avec des grignons par MoLIrra et al. (1984) etNEFZAOUI (1985).

    Le faible contenu en azote, li dans sa plus grande partie aux parois cellulaireset le fait quil nest pas solubilis par laddition de soude sont les causes de sa faibledisponibilit (Yo et al., 1975 ; VAN SOEST, 1982). Pour obtenir une dgradation opti-male, dans le rumen, de la matire organique du grignon, il faudra donc complmenterce sous-produit (MoLINA et al., 1984 ; NEFZAOUI, 1985) en MAT.

    Les rsultats de mesures in vivo ralises avec des grignons dolive sont trsrares. Par ailleurs, la composition de la ration, le niveau dalimentation et la mthodechoisie pour estimer la digestibilit peuvent modifier les rsultats de la digestibilitde ce sous-produit.

    Nous avons observ dans nos essais des augmentations de la digestibilit de lamatire sche, de la matire organique et de lnergie du grignon dolive aprstraitement la soude. Laugmentation est du mme ordre de grandeur que cellesobtenues par FEIST et al. (1970), GuccoLZ et al. (1971) et CHOUrrc & McMArros (1976)avec des fourrages trs lignifis et par NEFZAOUI (1985) avec des grignons et despulpes dolive. Bien que lamlioration de la valeur nutritive du grignon dolive par lasoude soit importante, le sous-produit a toujours une valeur nutritive infrieure celledes pailles de crales traites la soude (VERMA & JACxsorr, 1975 ; DULPHY et al.,1982 ; DULPHY Bi al., 1983). Lintensit de leffet du traitement la soude augmentepeu au fur et mesure que la dose dalcali augmente. Il est possible que cela soitexplicable par laugmentation de la vitesse de passage travers le tractus digestif,cause par une plus grande consommation deau avec la soude (BOLDUAN et al., 1974 ;McMANUS et al., 1976 ; BERGER et al., 1980). OLOLADE et al. (1972) considrent aussique laugmentation de la pression osmotique dans le rumen due la prsence de Nacontribue labsence daugmentation de leffet du traitement la soude avec les dosesleves. De mme, cette prsence peut rduire lactivit microbienne ruminale (BERGEN,

  • 1970). Cependant, nous navons pas observ, pour la production de CH4 attribue lafermentation du grignon, de diffrences dpendant du niveau de soude ajoute. Danstous les cas, la production de CH4 tait modre et elle prsentait une tendance aug-menter avec le traitement la soude. NEFZnom et al. (1983) ont observ que lingestiondes grignons dolive induisait une faible production dacides gras volatils dans le rumen(51-65 mMol/1) dont la proportion correspondait aux fermentations caractristiquesdes aliments fibreux. Le traitement la soude (4 p. 100) augmentait lgrement lateneur dacides gras volatils dans le rumen (71-73 mMol/1) sans modifier leurs pro-portions relatives. DoLrHY et al. (1983), avec des pailles de crales traites aux alcalis,ont obtenu des rsultats trs similaires.

    Lutilisation digestive de lazote du grignon est toujours faible parce quil estattach (75 p. 100) aux parois cellulaires et il nest pas solubilis par le traitement la soude.

    Nous navons pas trouv dans la bibliographie des quations spcifiques nouspermettant de prdire la valeur nutritive des grignons dolive. Etant donne la compo-sition du sous-produit (trs lignifi), le calcul des valeurs nergtiques partir desquations bases sur les contenus des nutriments bruts dtermins par lanalyseclassique est soumis des erreurs trs importantes. Par exemple, partir des donnesde digestibilit in vitro de la matire organique des grignons dolive procurs parlADAS (Agriculture Development and Advisory Service) en Grande-Bretagne, on aobtenu une valeur de 4,1 MJ/Kg MS pour le contenu en EM de ces sous-produits(MORGAN & TRINDER, 1980). Ce chiffre a remplac celui de 12,7 MJ/Kg MS calculpar rapport aux teneurs des nutriments bruts (MAFF, 1975). La valeur de 4,1 estproche de 4,22 MJ/Kg MS, provenant de nos essais in vivo pour lEM du grignondolive non trait.

    Nos rsultats indiquent que la solubilit enzymatique est la mthode la plusprcise pour estimer la valeur nutritive du grignon trait par rapport celle de ladigestibilit in vitro. De plus, les techniques enzymatiques sont trs simples. DEMAR-QUILLY & JARRIGE (1981) ainsi que McLEOD & Mirrsorr (1978) considrent que lesmthodes de solubilit enzymatique ont une prcision quivalente celle des mthodesde digestibilit in vitro pour estimer la digestibilit in vivo des aliments des ruminants.

    On peut conclure que, mme si le traitement la soude du grignon dolive puistamis augmente sa valeur nutritive, celle-ci est faible et reste gnralement infrieure celle des pailles de crales non traites (5,6-7,3 MJ EM/Kg MS ; MAFF, 1975). Ilfaudra donc introduire ce sous-produit en quantits modres dans les rgimesdentretien. On pourra lintroduire en proportion plus leve dans des situations dedisette seulement.

    Remerciements

    Nous voudrions prsenter nos sincres remerciements lentreprise ESPUNY e Hijos, S.A.qui nous a procur le grignon dolive et M. LARA qui a collabor au traitement des analysesstatistiques.

  • Summary

    Effect of soda treatment on the feeding value of olive cakes

    The effect of soda treatment on the feeding value of olive cakes and the accuracy oflaboratory methods as predictors of its digestibility and energy content were studied. Ascreened and extracted olive cake was sprayed with 0, 5, 7.5 and 10 g NaOH/100 g by-product.

    Soda treatment significantly reduced NDF (P < 0.001), due to solubilisation of hemi-celluloses (P < 0.001) (table 3), and significantly improved the solubility in cellulase and thein vitro and in vivo digestibilities. Thus, the energy value of the olive cake was increased(P < 0.001) (table 4).

    The accuracy of the different laboratory methods for estimating the nutritive value ofolive cake is discussed (table 5). Degradability in cellulase from Trichoderma viride seemsto be a very suitable method for estimating in vivo digestibility and to present advantages ascompared to other methods.

    In conclusion, in spite of the improvement produced by the soda treatment, the feedingvalue of the olive cake remains lower than that of non treated cereal straws. It is re-commended to use it in moderate amounts in maintenance diets and in higher amountsonly in case of feed shortage.

    Key words : Olive cake, soda treatment, dige.stibility, energy value.

    Reu en d!cembre 1985.

    Accepte en mai 1986.

    Rfrences bibliographiques

    Agricultural Research Council, 1980. The Nutrient Requirements of Ruminant Livestock.Commonwealth Agricultural Bureaux. Londres, 351 p.AGUILERA J.F., PRIETO C., 1985. An open-circuit respiration plant for animals of different

    sizes In : Proc. 10th International Symp. on Energy Metabolism. Airlie, September 15-21,pp. 159-162.

    AUFRERE J., 1982. Etude de la prvision de la digestibilit des fourrages par une mthodeenzymatique. Ann. Zootech., 31, 111-130.BERGEN W.G., 1970. Osmolality and rumen function in sheep. J. Anim. Sci., 31, 236 (Abstr.).BERGER L.L., KLOPFENSTEIN T.J., BRITTON R.A., 1980. Effect of sodium hydroxide treatment

    on rate of passage and rate of ruminal fiber digestion. J. Anim. Sei., 50, 745-749.BOLDUAN G., VOIGT J., PIATKOWSKI B., 1974. Untersuchungen zum Aufschluss von

    Getreidestroh. 3. Einfluss der Behandlung mit Natronlauge auf die Pansenfermentationin Versuchen and Kuhen. Arch. Tierernhr., 24, 149-157.

    BOZA J., VARELA G., 1961. Digestibilidad y valor nutritivo en cerdos ibricos del orujo brutode aceitunas. Granja, 9, 31-34 et 49-51.

    BOZA J., FONOLLA J., AGUILERA J.F., 1970. Aprovechamiento de subproductos agricolasindustriales en la alimentaci6n del ganado ovino. 1. Estudio de la digestibilidad de dietasa base de orujo de aceituna y melazas de remolacha. Rev. Nutr. Animal, 8, 13-22.CHOUNG C.C., McMANUS W.R., 1976. Studies on forage cell walls. 3. Effect of feeding alkali-

    treated rice hulls to sheep. J. Agric. Sci. Camb., 86, 517-530.

    DEn.rnRQmLLY C., JARRIGE R., 1981. Panorama des mthodes de prvision de la digestibilitet de la valeur nergtique des fourrages. LN.R.A., pp. 41-59.DULPHY J.P., BRETON J., BIENAIME A., LOUYOT J.M., 1982. Etude de la valeur alimentaire

    des pailles de crales traites ou non la soude. I. Influence du traitement lasoude. Ann. Zootech., 31, 195-214.

  • DULPHY J.P., BRETON J., LouYoT J.M., BIEN AIME A., 1983. Etude de la valeur alimentairedes pailles de crales traites ou non la soude. III. Influence du niveau dapportdaliment concentr. Ann. Zootech., 32, 53-80.

    DURANTI E., POLIDORI P., RONGONI V., SARTI D.M., 1978. Composizione chimica, digeribilit,valore nutritivo di una sausa vergine derivata da pasta snocciolata di olive addizionatedi enzimi. Ann. Fac. Agr. IJniv: ferugia, 32, 413-431.

    FEIST W.C., BnacsR A.J., TARKOW H., 1970. Alkali requirements for improving thedigestibility of hardwoods by rumen micro-organisms. J. Anim. Sci., 30, 832-835.

    GUGGOLZ J., MCDONALD G.M., WALTER H.G., Jr., GARRET W.N., KOHLER G.O., 1971.Treatment of farm wastes for livestock feed. J. Anim. Sci., 33, 284 (Abstr.).

    JACKSON M.G., 1977. Review article - the alkali treatment of straws. Anim. Feed Sci. Technol.,2, 105-130.

    MAFF, 1975. Energy allowances and feeding systems for ruminants. Technical Bulletin,33, HMSO. Londres, 79 p.

    MAPA, Ministerio de Agricultura, Pesca y Alimentacion, 1982. Annuario de E.rtadisticaAgraria. Madrid, 682 p.

    MARTILLOTI F., 1984. Utilisation des sous-produits de lolive dans lalimentation animale enItalie. In : Valorisation des Sous-Produits de lOlivier. Runion du groupe de travailorganise par le Projet Rgional Damlioration de la Production Oleicole. FAO,Madrid, 17-18 novembre 1983, pp. 48-58.

    McLEOD M.N., MINSON D.J., 1978. The accuracy of the pepsin-cellulase technique forestimating the dry matter digestibility in vivo of grasses and legumes. Anim. Feed Sci.Technol., 3, 277-287.

    McMANUS W.R., CHOUNG C.C., ROBINSON V.N.E., 1976. Studies of forage cell walls.Flow and degradation of alkali-treated rice hull digesta in the ruminant digestive tract.J. Agric. Sci. Camb., 87, 471-483.

    MoLtNA E., BozA J., AcuILERA J.F., 1983. Nutritive value for ruminants of sugar canebagasse ensiled after spray treatments with different levels of NaOH. Anim. Feed Sci.Technol., 9, 1-17.

    MoLINA E., AGUILERA J.F., BozA J., 1984. Traitement lalcali du grignon dolive tamispuis. Effet sur la composition chimique et la digestibilit in vitro p. In : Valorisationdes Sous-Produits de lOlivier. Runion du groupe de travail organise par le ProjetRgional Damlioration de la Production Oleicole. FAO, Madrid, 17-18 novembre 1983,pp. 117-121.

    MORGAN D.E., TRINDER H., 1980. The composition and nutritional value of some tropicaland sub-tropical by-products. In : By-products and Wastes in Animal Feeding. BritishSociety of Animal Production. Occasional Publication No 3, 91-111.

    NEFZAOm A., 1985. Valorisatiorz des rsidus lignoeellulosiques dans lalimentation des rumi-nants par les traitements aux alcalis. Application aux grignons dolive. Thse DocteurIng. Facult des Sciences. Universit Catholique de Louvain, 345 p.

    NEFZAOUI A., HELLING Ph., VANBELLE M., 1983. Ensiling olive pulp with ammonia : Effectson voluntary intake and digestibility measured by sheep. 34th Annual Meeting of thestudy commission E.A.A.P. Madrid, 3-6 octobre, p. 198.

    OLOLADE B.G., MOWAT D.N., YAO Y.T., SMITH G.C., 1972. Sodium hydroxide - treated dietand body fluids parameters. J. Aninz. Sci., 35, 232 (Abstr.).

    SANSOUCY R., 1984. Utilisation des sous-produits de lolivier en alimentation animale dansle bassin mditerranen. In : Valorisation des Sous-Produits de lOlivier. Runion dugroupe de travail organise par le Projet Rgional Damlioration de la ProductionOleicole. FAO, Madrid, 17-18 novembre 1983, pp. 65-107.

  • TILLEY J.M.A., TERRY R.A., 1963. A two stage technique for the in vitro digestion of foragecrops. J. Br. Grassl. Soc., 18, 104-111.

    VAN SoESr P.J., 1982. Nutritional Ecology of the Ruminant. (Ed. Van Soest P.J.) 0 & Books,Inc., Oregon, 374 p.

    VERMA M.L., JACKSON M.G., 1975. The comparativeness of sodium hydroxide and calciumoxide in increasing the in vitro, nylon-bag digestibility of various roughages. In : .Improved utilization of agricultural waste materials and industrial by-products as livestockfeed. Research Progress Report 1969-1974. G.B. Pant University, Pantnagar, pp. 14-15.

    Yu Y., THOMAS J.W., EMERY R.S., 1975. Estimated nutritive value of treated forages forruminants. J. Anim. Sci., 41, 1742-1751.

Popular Tags:

Click here to load reader

Reader Image
Embed Size (px)
Recommended