Home > Documents > Analyse financiere.pdf

Analyse financiere.pdf

Date post: 30-Sep-2015
Category:
Author: camelia-erriss
View: 20 times
Download: 7 times
Share this document with a friend
Embed Size (px)
of 118 /118
Analyse financière 2014 Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 1 PLAN DU COURS INTRODUCTION GENERALE ........................................................ 4 CHAPITRE I : LA DEMARCHE D’ANALYSE FINANCIERE ...... 9 I- LES OBJECTIFS DE L’ANALYSE FINANCIERE ............... 10 II-LE SCHEMA DIRECTEUR DE L’ANALYSE ...................... 12 CHAPITRE II: ANALYSE DE L’EQUILIBRE FINANCIER ........ 16 I - ÉTUDE DESCRIPTIVE DU BILAN COMPTABLE ............ 16 1. Présentation schématique..................................................... 17 2. Explications relatives à certains postes................................ 17 II. L’APPROCHE FONCTIONNELLE....................................... 22 1-. Le bilan fonctionnel ........................................................... 22 2- Les indicateurs d’équilibre fonctionnel ............................... 27 III. L’APPROCHE FINANCIERE .............................................. 35 1. Le bilan liquidité .................................................................. 35 2. La notion d'équilibre financier ............................................. 47 CHAPITRE III : ANALYSE DE L’ACTIVITE ET APPRECIATION DES PERFORMANCES DE L’ENTREPRISE .56 I. LES RETRAITEMENTS DES POSTES DU CPC .................. 60 1. La sous-traitance .................................................................. 61 2. Les rémunérations du personnel extérieur à l’entreprise ..... 61 3. Les subventions d’exploitation ............................................ 62 4. Les transferts de charges...................................................... 62
Transcript
  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 1

    PLAN DU COURS

    INTRODUCTION GENERALE ........................................................ 4

    CHAPITRE I : LA DEMARCHE DANALYSE FINANCIERE ...... 9

    I- LES OBJECTIFS DE LANALYSE FINANCIERE ............... 10

    II-LE SCHEMA DIRECTEUR DE LANALYSE ...................... 12

    CHAPITRE II: ANALYSE DE LEQUILIBRE FINANCIER ........ 16

    I - TUDE DESCRIPTIVE DU BILAN COMPTABLE ............ 16

    1. Prsentation schmatique..................................................... 17

    2. Explications relatives certains postes. ............................... 17

    II. LAPPROCHE FONCTIONNELLE....................................... 22

    1-. Le bilan fonctionnel ........................................................... 22

    2- Les indicateurs dquilibre fonctionnel ............................... 27

    III. LAPPROCHE FINANCIERE .............................................. 35

    1. Le bilan liquidit .................................................................. 35

    2. La notion d'quilibre financier ............................................. 47

    CHAPITRE III : ANALYSE DE LACTIVITE ET

    APPRECIATION DES PERFORMANCES DE LENTREPRISE . 56

    I. LES RETRAITEMENTS DES POSTES DU CPC .................. 60

    1. La sous-traitance .................................................................. 61

    2. Les rmunrations du personnel extrieur lentreprise ..... 61

    3. Les subventions dexploitation ............................................ 62

    4. Les transferts de charges ...................................................... 62

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 2

    5. Les redevances de crdit-bail .............................................. 63

    6. Les retraitements lis la nature de lactivit ..................... 64

    II. LETAT DES SOLDES DE GESTION ET LE TABLEAU

    DE FORMATION DU RESULTAT ........................................... 65

    1. Les indicateurs dactivit .................................................... 66

    2. Les indicateurs de rentabilit .............................................. 75

    III. LA CAPACITE DAUTOFINANCEMENT et

    LAUTOFINANCEMENT ......................................................... 80

    CHAPITRE IV : LA METHODE DES RATIOS .......................... 87

    I. LES RATIOS DE STRUCTURE ............................................ 89

    1. Le ratio des fonds propres ................................................... 90

    2. Le ratio dautonomie financire .......................................... 90

    3. Le ratio dquilibre financier .............................................. 91

    4. Les ratios dendettement et de dlai de remboursement des

    dettes ....................................................................................... 93

    5. Les ratios de patrimoine ou de la structure du bilan (actif

    et passif) .................................................................................. 94

    II. LES RATIOS DE RENTABILITE ........................................ 97

    1 . La rentabilit dexploitation ............................................... 97

    2. La rentabilit conomique ................................................ 101

    3. La rentabilit financire .................................................... 102

    III. LES RATIOS DE ROTATION OU LES RATIOS DES

    COMPOSANTES DU BFG ...................................................... 103

    1. Les ratios de rotation des stocks ....................................... 104

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 3

    2. Les ratios de rotation des crances commerciales ............. 108

    3. Les ratios de rotation des dettes fournisseurs .................... 112

    IV. LES RATIOS DE LIQUIDITE OU DE TRESORERIE ..... 114

    V. Cas de synthse ..................................................................... 115

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 4

    INTRODUCTION GENERALE

    Comme dans toute activit humaine, la logique

    impose danalyser dabord la situation avant dagir. Dans

    lentreprise, cet tat des lieux constitue le diagnostic. Il

    peut tre global ou modulaire pour se focaliser sur une

    dimension particulire. Il peut tre stratgique et vise les

    objectifs et les choix stratgiques de lentreprise au regard

    de son march et de la concurrence. Il peut aussi tre

    oprationnel et vise lorganisation gnrale, ou enfin il peut

    tre men au plan financier

    Le diagnostic financier constitue un volet important

    du diagnostic densemble. Il a un rle dinformation et de

    communication, permet de comprendre lvolution passe

    de lentreprise et de juger son potentiel de dveloppement. Il

    se confond le plus souvent avec lanalyse financire

    lorsquelle sintresse la mesure de ltat de sant de

    lentreprise.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 5

    Lanalyse financire a pour objet de collecter et

    dinterprter des informations permettant de porter un

    jugement sur la situation conomique et financire de

    lentreprise et son volution. Elle consiste en

    En tant quoutil de la gestion financire, lanalyse

    financire est fonde sur une vision purement technique

    base sur lanalyse et linterprtation des rsultats portant

    sur la lecture des documents comptables et financiers. Elle

    fournit toutes les informations ncessaires pour prserver

    lquilibre financier de lentreprise tant long qu court

    terme et prendre les dcisions qui influencent les valeurs de

    lactif et du passif, les rsultats et la valeur de lentreprise.

    Lanalyse financire est au service dutilisateurs

    internes et externes lentreprise

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 6

    Les gestionnaires : en tant quanalystes internes, ils

    sont les mieux placs pour avoir une analyse aussi fine que

    possible en raison de la disponibilit de linformation.

    Les actionnaires ou les investisseurs : Ces derniers

    sintressent aux bnfices potentiels et la rmunration de

    leurs capitaux apports. Ils sintressent galement aux plus-

    values dgages.

    Les prteurs : Parmi les prteurs les banques viennent

    en tte. Toutefois, il y a dautres prteurs tels que les autres

    entreprises qui consentent des emprunts ou des avances, ou

    qui vendent crdit.

    Les objectifs des prteurs sont multiples et changent

    selon la nature du prt : court ou long terme. Les prteurs

    court terme sintressent la liquidit court terme et sa

    capacit faire face ces chances court terme.

    Les prteurs long terme sintressent la solvabilit

    de lentreprise long terme et sa capacit dgager des

    profits long terme.

    Les salaris : Ils sont les premiers intresss par la

    situation de lentreprise, car toute dfaillance de cette

    dernire entrane la perte de leur emploi. Dans les

    entreprises les mieux organises, les salaris sont de vrais

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 7

    partenaires de lentreprise, ils ont le droit de participer aux

    bnfices et peuvent devenir des actionnaires.

    Dautres partenaires restent galement intresss par

    la vie de lentreprise tels que lEtat, les clients et les

    fournisseurs, etc.

    Les informations utilises par lensemble de ces

    partenaires sont des informations dordre comptable et

    chacun va les utiliser et les traduire en fonction de ces

    centres dintrts et de la position quil occupe par rapport

    lentreprise. Partant des mmes informations et ayant des

    objectifs diffrents, chacun des partenaires va porter des

    regards diffrents sur lentreprise.

    Lobjectif de ce cours nest pas daborder de faon

    exhaustive les diffrentes approches des partenaires

    intresss par lentreprise mais de permettre nos

    tudiants :

    - De sinitier au maniement des principaux

    concepts et outils de lanalyse financire ;

    - Et dapprendre utiliser des informations

    comptables et financires pour tablir un

    diagnostic, rsoudre un problme, contrler une

    activit, prendre une dcision.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 8

    Cest ainsi que le premier chapitre permettra de

    rappeler les objectifs fondamentaux de lanalyse financire

    et de situer la dmarche gnrale danalyse. Celle-ci

    suppose un passage en revue des documents comptables de

    lentreprise (tats de synthse) et des normes rgnant pour

    leur construction.

    Ensuite, une prsentation des approches financires

    savre ncessaire pour apprcier lquilibre financier de

    lentreprise. Cest lobjet du second chapitre.

    Nous consacrerons un troisime chapitre lanalyse

    de lactivit et lapprciation de la rentabilit de lentreprise

    travers llaboration des tats de solde de gestion.

    Le cinquime chapitre sattachera lanalyse

    financire proprement dite partir de la mthode des ratios.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 9

    CHAPITRE I : LA DEMARCHE

    DANALYSE FINANCIERE

    Lobjet de lanalyse financire est de faire le point sur la

    situation financire de lentreprise en mettant en vidence

    ses forces et ses faiblesses. Aussi, les orientations de

    lanalyse financire seront fortement influences par les

    contraintes financires de lentreprise. Elles dpendront en

    plus des objectifs poursuivis par lanalyste et de la position

    des diffrents utilisateurs.

    La prparation de lanalyse financire consiste

    collecter des informations comptables et extra comptables et

    les retraiter de faon donner une image plus fidle de la

    situation financire lentreprise et de son activit. Les

    documents de base de lanalyse financire sont les tats de

    synthse comptables qui sont : le bilan, le compte de

    produits et de charges, ltat des soldes de gestion, le tableau

    de financement et ltat des informations complmentaires

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 10

    Toutefois, le bilan comptable et le CPC doivent subir

    deux types doprations pour servir lanalyse : des

    reclassements et des retraitements des postes. Celles

    servent adapter les documents comptables aux objectifs de

    lanalyste et ses orientations.

    I- LES OBJECTIFS DE LANALYSE FINANCIERE

    Lanalyse financire a pour objectif de rpondre cinq

    questions essentielles :

    1- Comment a volu la structure financire de

    lentreprise : Quelle est la structure financire de

    lentreprise ? Cette structure est-elle quilibre ? quen

    est il de sa capacit dendettement ?

    2- Comment ont volu les actifs de lentreprise :

    lentreprise augmente-elle, maintient-elle ou diminue-t-

    elle son appareil industriel et commercial ?

    3- Comment a volu le cycle dexploitation notamment

    en terme de dlai : lentreprise diminue-t-elle son

    niveau relatif de stocks ? accorde-t-elle un crdit client

    plus important ou plus faible ? Bnficie-t-elle un crdit

    plus ou moins longs de la part des fournisseurs ?

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 11

    4- Comment a volu lactivit : le chiffre daffaires

    croit-il fortement, faiblement, stagne-t-il, baisse-t-il ?

    Quel a t le rythme de croissance ? Est-elle suprieure

    celle du secteur de lentreprise ?

    5- Et surtout comment a volu la rentabilit : les

    rentabilits conomiques et financires sont-elles

    satisfaisantes ? en augmentation ? Les moyens

    employs sont-ils en conformit avec les rsultats

    obtenus ? Quen est-il des charges dexploitation,

    croissent-elles plus ou moins vite que lactivit ? Quels

    sont les risques encourus ? Y a-t-il un risque prononc

    ou non de connatre une dfaillance ?

    On peut rsumer les objectifs de lanalyse financire

    dans le schma suivant :

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 12

    II-LE SCHEMA DIRECTEUR DE LANALYSE

    Lanalyse financire est fonde sur linformation

    contenue dans les diffrents comptes du bilan, du compte

    des produits et des charges et de ltat des informations

    complmentaires, et bien videmment lensemble des

    Objectifs de lanalyse financire pprreemmiieerr nniivveeaauu

    MMeessuurreerr lleess ppeerrffoorrmmaanncceess

    ccoonnoommiiqquueess eett

    ffiinnaanncciirreess

    vvaalluueerr llaa ssttrruuccttuurree eett

    llqquuiilliibbrree ffiinnaanncciieerrss

    aaccttiivviitt pprroodduuccttiivviitt rreennttaabbiilliitt SSttrruuccttuurree

    ddeess ccaappiittaauuxx BBeessooiinn ddee

    ffiinnaanncceemmeenntt FFlluuxx ddee ttrrssoorreerriiee

    && ssoollvvaabbiilliitt

    ddeeuuxxiimmee nniivveeaauu

    AAPPPPRREECCIIEERR LLAA SSIITTUUAATTIIOONN FFIINNAANNCCIIEERREE DDEE LL EENNTTRREEPPRRIISSEE

    ffoouurrnniirr lleess bbaasseess cchhiiffffrreess ppoouurr llee ddiiaaggnnoossttiicc ddee eennttrreepprriissee

    TTrrooiissiimmee nniivveeaauu

    DDEEGGAAGGEERR LLEESS PPEERRSSPPEECCTTIIVVEESS EEVVOOLLUUTTIIOONN EETT EEVVAALLUUEERR LLEE

    RRIISSQQUUEE FFUUTTUURREE DDEE LL EENNTTRREEPPRRIISSEE

    aannaallyyssee pprroossppeeccttiivvee ddeess rriissqquueess

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 13

    informations internes et externes qui ont une relation avec

    lentreprise, son personnel, ses dirigeants et qui ont une

    influence directe ou indirecte sur celle-ci. Les objectifs de

    lanalyse financire varient en fonction des diffrents

    utilisateurs ; cest ainsi quon distingue couramment

    lanalyse financire interne, effectue lintrieur de

    lentreprise, de lanalyse financire externe faite par les

    analystes extrieurs lentreprise. La dmarche comprend,

    gnralement et pour toutes les approches, les tapes

    suivantes :

    1re

    tape : elle prcise le passage du bilan comptable au

    bilan retrait ; ce dernier pouvant tre fonctionnel ou

    financier selon lapproche adopte. Il en est de mme du

    compte de produits et de charges qui doit tre retrait.

    La 2me

    tape : elle prsente le bilan financier (patrimonial

    ou liquidit) ou fonctionnel en grandes masses ; et le CPC

    retrait

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 14

    Bilan retrait fonctionnel

    Actif N Passif N

    -Emplois stables

    -Actif circulant

    dexploitation (HT)

    -Actif circulant hors

    exploitation (HT)

    -Trsorerie Actif

    -Ressources durables

    *Capitaux propres

    *Dettes de financement

    -Dettes circulantes dexploitation

    (Hors trsorerie)

    -Dettes circulantes hors exploitation

    (HT)

    -Trsorerie Passif

    Bilan retrait patrimonial

    Actif N Passif N

    -Actif immobilis net

    -Actif circulant hors trsorerie

    -Trsorerie Actif

    -Capitaux permanents

    *Capitaux propres

    *Dettes LMT

    -Dettes court terme (Hors

    trsorerie)

    -Trsorerie Passif

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 15

    La 3me

    tape : Elle prsente, en justifiant le cas chant les

    calculs, les ratios les plus significatifs concernant la

    structure financire ; la liquidit ; lactivit et la rentabilit.

    La 4me

    tape : Cest la plus importante, est lanalyse

    financire proprement dite. Il sagit de commenter

    lvolution des ratios (pourquoi cette variation ? Est-ce

    favorable ou dfavorable ? Dans ce dernier cas, que peut-on

    faire ?) Et ceci ratio par ratio ou par bloc de ratios. Cette

    tape doit mener un jugement de valeur ou une

    apprciation de la situation financire de lentreprise (ses

    forces et les faiblesses).

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 16

    CHAPITRE II: ANALYSE DE

    LEQUILIBRE FINANCIER

    Pour l'analyse de lquilibre financier, le document

    central est le bilan. L'valuation des grandes masses du

    bilan et l'tude des relations qui existent entre elles et entre

    leurs composantes principales constituent l'analyse de la

    structure financire. Cette analyse permet de porter un

    jugement sur les quilibres financiers fondamentaux.

    Cette analyse de lquilibre financier dpend,

    toutefois, de lapproche financire utilise et des objectifs

    viss. Deux approches seront distingues dans ce chapitre (

    fonctionnelle et patrimoniale). Au pralable, il savre

    opportun de prsenter le bilan, document de base.

    I - TUDE DESCRIPTIVE DU BILAN COMPTABLE

    Le bilan est un document de synthse dans lequel sont

    regroups, une date donne, l'ensemble des ressources

    dont l'entreprise a dispos et l'ensemble des emplois qu'elle

    en a fait.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 17

    1. Prsentation schmatique

    2. Explications relatives certains

    postes.

    Pour utiliser le bilan des fins d'analyse financire, il est

    indispensable de connatre avec prcision le contenu des

    postes qui y figurent. Certains de ceux-ci mritent plus

    particulirement des explications:

    2.1 Les immobilisations en non valeurs

    a) Frais Prliminaires.

    Ils comprennent:

    .Immobilisations en non-

    valeurs

    .Immobilisations

    incorporelles

    .Immobilisations financires

    .Immobilisations financires

    . Ecart de conversion- actif

    . Stocks

    . Crances de lactif circulant

    . Titre et valeurs de placement

    . Ecart de conversion- actif

    Trsorerie- actif

    .Capitaux propres

    .Capitaux propres assimils

    . Autre dettes de

    financement

    . Provisions durables pour

    risques et charges

    . Ecart de conversion-

    Passif

    . Dettes du passif circulant

    . Autres provisions pour

    risques et charges

    .Ecart de conversion- passif

    . Trsorerie- Passif

    PCHT

    Financement permanent

    Actif

    immobilis

    A.C.H.T

    .

    Trsorerie

    Financement permanent

    P.C.H

    .T

    ACTIF PASSIF

    Trsorerie

    Passif Trsorerie

    Passsif

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 18

    - les frais de constitution (droit d'enregistrement, honoraires

    du notaire...) ;

    - les frais pralables au dmarrage: frais engags pour

    assurer le dmarrage de l'entreprise (prospection, publicit) ;

    - les frais d'augmentation de capital et d'oprations diverses

    (fusions, scissions, transformations).

    b) Charges rpartir sur plusieurs exercices.

    Certaines charges particulirement importantes ne se

    rattachent pas exclusivement lexercice au cours duquel

    elles ont t engages. Elles peuvent alors tre tales sur

    plusieurs exercices. Les charges rpartir doivent tre

    amorties dans un dlai maximum de 5 ans.

    Exemples: frais d'mission des emprunts, grosses

    rparations.

    c) Primes de remboursement des obligations

    Elles concernent les primes octroyes lors des missions des

    emprunts obligataires. Elles reprsentent la diffrence entre

    la valeur nominale de lobligation et le prix dmission

    Prime de remboursement = Valeur nominale- Prix

    dmission

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 19

    Exemple dapplication :

    Au 1/06/N lentreprise X a lanc un emprunt obligataire de

    2000 000 Dhs ouvert au public dune valeur nominale de

    100 dhs par obligations. La valeur de souscription est 98

    Dhs.

    2.2 Immobilisation en recherche et dveloppement.

    Il s'agit de frais de recherche applique et de dveloppement

    exprimental, lis des projets nettement individualiss et

    dont les chances de russite sont srieuses.

    Sauf exception, les frais prliminaires, comme les frais de

    recherche et de dveloppement doivent tre amortis

    (linairement) dans un dlai qui ne peut excder 5 ans. Tant

    que l'amortissement n'est pas achev, toute distribution de

    dividendes est interdite, sauf s'il existe des rserves libres

    dont le montant est au moins gal la valeur nette des frais.

    2.3 Immobilisations financires

    a) Participations

    Cette rubrique est constitue par les titres dont la possession

    durable est estime utile l'activit de l'entreprise,

    notamment parce qu'elle permet d'exercer une influence sur

    la socit mettrice des titres ou d'en assurer le contrle.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 20

    Sauf preuve contraire, sont prsums tre des titres de

    participation:

    - les titres acquis par offre publique d'achat (OPA) ou par

    offre publique d'change (OPE),

    - les titres reprsentant au moins 10 % du capital d'une

    entreprise.

    Les titres en question sont, videmment, des actions ou des

    parts sociales.

    b) Crances rattaches des participations

    Ce sont des crances nes l'occasion de prts octroys

    des entreprises dans lesquelles le prteur dtient une

    participation.

    c) Autres titres immobiliss

    Ce poste comprend, notamment, des actions et des

    obligations que l'entreprise a l'intention de conserver

    durablement pour tout motif autre que celui d'exercer une

    influence sur la socit mettrice.

    d) Autres immobilisations financires

    Il s'agit des prts plus d'un an et des dpts (de garantie,

    etc.) dont la dure est suprieure 1 an.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 21

    2.4 carts de conversion

    la clture de l'exercice, toutes les crances et dettes en

    monnaies trangres sont values en dirhams sur la base

    du dernier cours de change connu.

    Exemple :

    Une entreprise a une dette et une crance trangres

    respectivement de 10 000 et 15 000 euros, inscrite en

    comptabilit respectivement pour un montant de 115 240

    Dhs et 172 860 Dhs. la fin de l'exercice, cette entreprise

    se trouve dans l'un des deux cas suivants:

    1 euros = 11,422Dhs

    1 euros =11,614Dhs

    Dans tous les cas, le rsultat comptable de l'exercice n'est

    pas modifi.

    Toutefois, s'il y a perte de change latente, une provision

    pour perte de change doit tre constitue qui, elle, a une

    influence sur le rsultat.

    2.5 Subventions dinvestissement

    Ce sont des fonds octroys par lEtat ou les collectivits

    locales lentreprise en contre partie de la ralisation de

    certains investissements. Elles ont une vocation disparatre

    du passif une fois lobjet de leur constitution ralis et

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 22

    englobent une dette fiscale latente. Elles sont donc moins

    stables que les capitaux propres. Il en est de mme des

    provisions rglementes.

    II. LAPPROCHE FONCTIONNELLE Lapproche fonctionnelle sintresse au fonctionnement

    de lentreprise dans une perspective de continuit

    dexploitation et en mettant en relief la notion du cycle

    dexploitation .le point le plus important de cette approche

    est la prise en considration des diffrents cycles de

    lentreprise. Lanalyse part dun bilan en valeurs brutes,

    avant affectation du rsultat.

    1-. Le bilan fonctionnel

    Le bilan fonctionnel, galement appel bilan

    conomique, est centre sur le fonctionnement de

    lentreprise; il permet de dgager les grandes masses en

    mettant en vidence leurs rles, leurs fonctions et leurs

    dimensions conomiques. Quel stock de ressources

    disponibles pour financer quels emplois ?

    Il n'est autre que le bilan prconis par le plan

    comptable. Il est dit fonctionnel parce que les postes y sont

    classs d'aprs la fonction laquelle ils se rapportent. Les

    fonctions en cause sont les suivantes:

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 23

    - La fonction financement : Elle regroupe les postes de

    capitaux propres, de dettes de financement (quelles que

    soient leurs dates d'chance) ainsi que les amortissements et

    provisions.

    - La fonction investissement : Elle concerne les

    immobilisations en non-valeurs, incorporelles, corporelles

    et financires (quelles que soient leurs dures de vie).

    - La fonction exploitation : entendue au sens large, elle

    reoit tous les autres postes, c'est--dire :

    l'actif:

    les postes directement lis aux oprations du cycle

    d'exploitation, stricto sensu (stocks, crances

    clients et comptes rattachs...), lesquels constituent

    lactif circulant dexploitation.

    les postes lis aux oprations diverses (crances

    diverses, capital souscrit appel non vers...)

    lesquels reprsentent l'actif circulant hors

    exploitation.

    les postes de disponibilits (banques, CCP, caisse. .)

    lesquels forment l'actif de trsorerie (AT) ;

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 24

    au passif:

    les postes directement lis aux oprations du cycle

    d'exploitation, stricto sensu (dettes fournisseurs et

    comptes rattachs, dettes fiscales et sociales), qui

    constituent les dettes d'exploitation (DE),

    les postes lis aux oprations diverses (dettes sur

    immobilisations, dettes fiscales relatives l'impt

    sur les rsultats...), qui reprsentent les dettes hors

    exploitation (DHE),

    les concours bancaires courants et les soldes

    crditeurs de banques qui constituent le passif de

    trsorerie (PT).

    Cette prsentation du bilan fonctionnel permet de rpondre

    deux questions :

    1 - do est venu largent ? (origine des ressources)

    2 - o est-il all ? (nature des emplois)

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 25

    Schma du bilan fonctionnel

    Le schma ci-dessus dcrit le contenu de chaque

    bloc . Cependant, certaines prcisions sont ncessaires:

    - le bilan fonctionnel est un bilan avant rpartition. Le

    rsultat de l'exercice est donc inclus dans les capitaux

    propres;

    - toutes les provisions font partie des ressources durables, y

    Emplois stables :

    .Actifs immobiliss brut

    - Immobilisations en non-valeurs - Immobilisations incorporelles - Immobilisations corporelles - Immobilisations financires

    Actif circulant dexploitation brut : (Postes directement lis au cycle dexploitation) - Stocks - Crances clients - Comptes de rgularisation

    Actif circulant hors exploitation

    brut (Postes non directement lis au cycle

    dexploitation) - TVP - Autres dbiteurs - Crances sur cessions des immob

    Trsorerie- Actif

    - Banque

    - Caisse

    Ressources durables

    . Capitaux propres

    . Amortissement et provisions de lactif

    . Dettes de financement

    . Provisions durables pour risques et

    charges

    Dettes dexploitation : (Postes directement lis au cycle dexploitation) - Dettes fournisseurs

    - Comptes de rgularisation- passif

    Dettes hors exploitation

    (Postes non directement lis au cycle dexploitation)

    - Autres cranciers

    Trsorerie passif :

    - Crdit descompte - Crdit trsorerie - Banque (Soldes crditeurs)

    FRF

    ACTIF PASSIF

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 26

    compris les provisions pour dprciation de l'actif

    circulant (on peut considrer, en effet, que le volume de

    ces provisions reste approximativement constant dans le

    temps, ce qui autorise les assimiler des ressources

    durables) ;

    -les dettes de financement dont l'chance se situe moins

    d'un an continuent de figurer dans les ressources durables.

    Par contre, les concours bancaires courants, les soldes

    crditeurs de banque et les intrts courus en sont exclus

    (les concours bancaires courants et les soldes crditeurs de

    banque constituent le passif de trsorerie; les intrts

    courus sont inclus dans les dettes hors exploitation) ;

    - le compte tat, impt sur les rsultats est considr,

    sauf indication contraire, comme relevant du hors

    exploitation;

    - les valeurs mobilires de placement sont intgrer, d'aprs

    le plan comptable, dans l'actif circulant hors exploitation;

    - les comptes de rgularisations font, en gnral, partie de

    l'exploitation;

    - les carts de conversion doivent tre contre-passs, ce qui

    entrane leur disparition et ramne les crances et les dettes

    concernes leur valeur initiale;

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 27

    - les immobilisations financires s'entendent intrts courus

    exclus.

    - Dun point de vue fonctionnel, lapprciation de loutil

    industriel et commercial ou actif conomique de lentreprise

    ncessite la prise en compte des biens acquis en crdit bail.

    On assimile la valeur dorigine de limmobilisation un

    emploi stable ; la valeur nette une ressource stable (dette

    financire) et le cumul des amortissements aux capitaux

    propres.

    2- Les indicateurs dquilibre fonctionnel

    2.1. Le Fonds de roulement fonctionnel (FRF)

    Le Fonds de roulement fonctionnel est la partie de lactif

    circulant finance par des ressources stables. Il correspond

    LLaa rreellaattiioonn dd''qquuiilliibbrree ffiinnaanncciieerr gglloobbaall

    FFRRFF -- BBFFGG ((BBFFRREE ++ BBFFRRHHEE)) == TTNN

    qquuiilliibbrree ffiinnaanncciieerr

    ssttaabbllee qquuiilliibbrree

    ffiinnaanncciieerr

    ccyycclliiqquuee

    qquuiilliibbrree ffiinnaanncciieerr

    ddee ttrrssoorreerriiee

    Lapproche fonctionnelle de lquilibre financier

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 28

    au surplus des ressources durables sur les emplois stables.

    Un fonds de roulement fonctionnel est ncessaire aux

    entreprises du fait des dcalages dans le temps :

    *dcalage entre les achats et les ventes, ceux-ci entranent la

    constitution de stocks,

    *dcalage entre les produits comptables et les paiements

    correspondants qui donnent naissance des crances.

    Formules de calcul

    Par le haut du bilan

    FRF = Ressources durables Emplois stables

    Par le bas du bilan

    FRF = (ACE brut + ACHE brut + TA) - (DE + DHE +

    TP)

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 29

    Application :

    Soit deux bilans de deux entreprises:

    ACTIF PASSIF ACTIF PASSIF

    .Actif immobilis

    brut

    - Stock

    - Crances clients

    - TVP

    - Banque

    100

    30

    40

    5

    5

    Capitaux

    propres

    Dettes de

    financement

    Dettes fourni

    Autres

    cranciers

    60

    50

    50

    20

    Actif mmob

    brut

    - Stock

    - Crances

    clients

    - TVP

    - Banque

    100

    40

    50

    5

    5

    Capitaux

    propres

    Dettes de

    financement

    Dettes fourn

    Autres

    cranciers

    70

    60

    50

    20

    180 180 200 200

    On constate que, toutes choses gales par ailleurs, plus

    le fonds de roulement est lev, plus les disponibilits de

    l'entreprise sont importantes. Donc, plus le fonds de

    roulement est lev, plus grande est la marge de scurit

    financire de l'entreprise.

    Toutefois, le Fonds de roulement fonctionnel, pris

    isolment, n'a qu'une signification relative. Pour dterminer

    si son niveau est satisfaisant, il faut le comparer au besoin

    de financement global.

    2.2. Le besoin de financement global (BFG)

    Les oprations du cycle d'exploitation (achats,

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 30

    production, ventes) ainsi que les oprations hors

    exploitation, donnent naissance des flux rels (de

    marchandises, de matires, de produits finis) ayant pour

    contrepartie des flux montaires. Les dcalages dans le

    temps qui existent entre ces deux catgories de flux

    expliquent l'existence de crances et de dettes.

    Les dlais qui s'coulent entre l'achat et la revente de

    marchandises, entre l'achat et l'utilisation des matires

    premires, entre la production et la vente de produits finis

    sont l'origine des stocks.

    Ainsi, les oprations d'exploitation et hors exploitation de

    l'entreprise gnrent simultanment:

    - les actifs circulants d'exploitation et hors exploitation,

    qui constituent des emplois, donc des besoins de

    financement;

    - les dettes d'exploitation et hors exploitation, qui

    constituent des ressources de financement.

    Les besoins et les ressources induits par les oprations de

    l'entreprise ne s'quilibrent pas. Gnralement, les besoins

    excdent les ressources, de sorte que la diffrence: (ACE +

    ACHE) - (DE + DHE) reprsente un besoin de financement

    rsiduel qui appelle une ressource correspondante. Cette

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 31

    ressource est naturellement le fonds de roulement. D'o la

    dnomination de besoin de financement global qui est

    donne l'expression (ACE + ACHE) - (DE + DHE).

    BFG = (ACE + ACHE) - (DE + DHE)

    Le besoin de financement est form de deux

    composantes: le besoin de financement global d'exploitation

    (BFGE) et le besoin de financement global hors exploitation

    (BFGHE).

    a) Besoin de financement global d'exploitation

    BFGE=Actif circulant d'exploitation (ACE)

    - Dettes circulantes dexploitation (DCE)

    Le BFGE reprsente la composante la plus importante du

    BFG. Suppos directement li au chiffre d'affaires, le BFGE

    est une variable de gestion primordiale. Il est parfois appel

    besoin de financement du cycle d'exploitation .

    b) Besoin de financement global hors exploitation

    BFGHE = Actif circulant hors exploitation (ACHE) -

    Dettes hors exploitation (DHE).

    Composante gnralement mineure du BFG, le BFGHE peut

    tre trs variable d'un exercice l'autre.

    2.3. La trsorerie nette

    La trsorerie (appele parfois trsorerie nette) est la

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 32

    diffrence entre l'actif de trsorerie et le passif de trsorerie.

    TN = TA - TP

    Cette notion est trs importante puisquil est indispensable

    pour lentreprise de disposer dun niveau de disponibilits

    suffisant pour honorer ses dettes la date dchance.

    Relation entre FRF, BFG et TN

    L'quilibre du bilan: actif = passif, peut s'crire:

    Emplois stables + ACE + ACHE + T A= Ressources

    durables + DE + DHE + TP

    ou:

    Si le fonds de roulement est insuffisant, un concours de

    trsorerie est ncessaire.

    Le Fonds de roulement fonctionnel sera dsign,

    indiffremment, par FRNG ou par FR simplement.

    Commentaire

    . Si FR > BFG, le fonds de roulement finance en totalit

    le BFG et il existe un excdent de ressources qui se retrouve

    en trsorerie.

    . Si FR < BFG, le fonds de roulement ne finance qu'une

    partie du BFG. La diffrence doit alors tre finance par

    crdit bancaire.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 33

    Application :

    On vous fournit le bilan comptable de lentreprise au

    31/12/N et les informations suivantes :

    Un contrat de crdit-bail sign par lentreprise contient les

    informations suivantes :

    Date du contrat .1/1/N-1

    Valeur dorigine 200000

    Dure du contrat 5 ans

    Loyer annuel .. 50000

    Lcart de conversion actif concerne une crance sur un

    client tranger.

    Lcart de conversion passif concerne des crances clients

    pour 4000 et des dettes fournisseurs pour 20000.

    Calculer le FRF, BFG et TN.

    Le bilan dune entreprise X se prsente comme ci-dessus

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 34

    ACTIF Brut Amort et

    prov

    Net PASSIF Net

    ACTIF IMMOBILISE

    . Immob. en non-valeurs

    *Frais prliminaires

    *Charges rpatir

    * Primes de remb.

    . Immob. Incorporelles

    * Immob. en recherch

    *Brevets, marques, ..

    *Fonds commercial

    . Immob. corporelles

    *Terrains

    *Constructions

    *I.T.M.O

    *Autres immob corp

    * Immob en-cours

    . Immob. financires

    *Prt immobilis

    *Titres de participation

    ACTIF CIRCULANT

    H.T

    .Stocks

    *Matires et fournit

    *Produits finis

    .Crances de lactif circul

    * Fourn. Avance et aco

    *Clients

    *Autres dbiteurs

    *Comptes de rgul. A

    .Titres et valeurs placem

    .Ecart de conversion actif

    5000

    35000

    22800

    800

    3000

    12000

    260000

    900000

    1080000

    220000

    30000

    6000

    104050

    600000

    340000

    28000

    550000

    99000

    9000

    60000

    12000

    1000

    -

    -

    400

    2500

    -

    -

    750000

    290000

    45000

    -

    -

    5000

    8000

    25000

    -

    12750

    -

    -

    5000

    4000

    35000

    22800

    400

    500

    12000

    260000

    150000

    790000

    175000

    30000

    6000

    99050

    592000

    315000

    28000

    537250

    99000

    9000

    55000

    12000

    FINANCEMENT

    PERMANENT

    .Capitaux propres

    *Capital social

    -Capital souscrit non

    *Primes demission

    *Rserves lgales

    * Autres rserves

    *Report nouveau

    * Rsultat de lex

    .Capitaux propres et assimil

    *Subv. dinvestissement

    *Provision rglement

    .Dettes de financement

    *Emprunts obligataires

    *Autres dettes de finan.

    . Provision D.R.C

    PASSIF C. H.T.

    .Dettes du passif circulant

    *Fournisseurs

    *Clients crditeurs

    *Etat

    *Autres cranciers

    *Comptes de rgul P

    . Ecart de conversion passif

    1000000

    -150000

    120000

    30000

    400000

    1500

    246000

    42000

    13000

    450000

    230000

    29000

    511000

    16000

    190000

    79000

    500

    24000

    Total Actif 4376650 1144650 3232000 Total Passif 3232000

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 35

    III. LAPPROCHE FINANCIERE Selon cette approche, qualifie galement de

    patrimoniale, les postes de lactif sont regroups selon le

    critre de liquidit croissante et les postes du passif selon le

    critre dexigibilit croissante. Lobjectif principal est celui

    du risque couru par le crancier qui est celui de la cessation

    de paiement de lentreprise. La solvabilit de lentreprise est

    le but recherch travers lanalyse liquidit

    1. Le bilan liquidit

    Le bilan financier galement appel bilan liquidit, est

    la base de l'analyse financire d'une entreprise, il permet en

    reclassant les postes du bilan selon leur liquidit l'actif et

    selon leur exigibilit au passif, de porter un jugement sur la

    solvabilit de l'entreprise tudie. Il permet de mettre en

    vidence le degr d'exigibilit des lments du passif et le

    degr de liquidit des actifs

    L'objectif du bilan financier est de faire apparatre le

    patrimoine rel de l'entreprise et d'valuer le risque de non

    liquidit de celle-ci.

    Qu'est ce que la solvabilit?

    C'est la capacit de l'entreprise faire face ses dettes

    moins d'un an l'aide de son actif circulant moins d'un an.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 36

    La poursuite de cet objectif explique les reclassements et

    retraitements qui doivent tre apportes au bilan comptable

    pour obtenir le bilan financier.

    L'analyse financire partir des documents comptables

    est rendue parfois difficile du fait de la divergence entre la

    logique comptable ou fiscale et la logique financire pour le

    passage du bilan comptable rsolument fonctionnel (bilan

    du P.C.M) un bilan financier ou bilan liquidit, il convient

    pour l'analyste financier de procder certains retraitements

    et /ou classements de crances et de dettes pour amliorer la

    qualit de l'information du bilan et l'adapter aux impratifs

    de I analyse et du diagnostic financiers.

    Signalons que les retraitements et reclassements

    examins ci-aprs dcoulent plus de l'application de

    principes de bon sens que du respect de normes bien tablies

    ou d'une doctrine.

    1.1. Les reclassements de lactif - Stock outil : correspond au stock minimum ncessaire que

    lentreprise constitue pour faire face des besoins

    dexploitation, et viter ainsi la rupture du stock. Il est

    destin rester en permanence dans lentreprise, il perd

    donc son caractre dexploitation ou de liquidit. Il est donc

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 37

    ncessaire den retrancher le montant de lactif circulant et

    de le reclasser parmi les actifs immobiliss.

    - Les actifs plus ou moins dun an : les actifs seront

    reclasss en fonction de leur chance relle

    - Les titres et valeurs de placement : si les TVP sont

    facilement ngociables et donc totalement liquide, il

    convient de les assimiler la trsorerie actif.

    1.2. Les retraitements des actifs fictifs

    - Les immobilisations en non-valeurs : elles regroupent

    les frais prliminaires, les charges rpartir sur plusieurs

    exercices et les primes de remboursement des obligations.

    Leur montant sera retranch de lactif et les capitaux propres

    seront diminus de mme montant.

    - Les carts de conversion Actif : les carts de

    conversion correspondent des pertes de changes latentes.

    En matire de retraitement, deux cas de figure peuvent se

    prsenter. Si la perte latente a t constate par une

    provision, aucun redressement ne devra tre effectu, dans

    la mesure o le rsultat de lentreprise aura dj support

    limpact de la perte latente par le jeu de la dotation aux

    provisions. Si aucune provision nest constate, lcart de

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 38

    conversion actif constitue donc une destruction potentielle

    de ressources non constate et qui devra tre retranch de

    lactif, et dduit des capitaux propres.

    - Les plus ou moins-values latentes : Lanalyste

    financier doit procder chaque fois que possible aux

    corrections dactifs qui lui paraissent ncessaires pour

    dgager une valeur raliste du patrimoine de lentreprise.

    1.3. La rpartition du rsultat

    Le bilan liquidit est toujours tabli aprs rpartition du

    rsultat. Le bnfice rpartir est constitu par le bnfice

    de lexercice corrig du report nouveau, des rsultats nets

    en instance daffectation et des prlvements sur les

    rserves.

    Le bnfice rpartir nest pas totalement disponible pour

    les actionnaires, car la distribution des dividendes obit

    des contraintes :

    -lgales : affectation de 5% du bnfice la rserve lgale

    dans la limite de 10% du capital.

    -statutaires : dotation le cas chant des rserves

    statutaires, versement dun intrt statutaire ou premier

    dividende.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 39

    Sur un plan financier, la rpartition du rsultat consiste

    augmenter le passif circulant hors trsorerie du montant des

    bnfices distribuer ; les bnfices non distribus faisant

    partie de lautofinancement demeureront en capitaux

    propres. En cas de perte nette, celle-ci constitue un emploi

    de capitaux qui a dj affect la baisse le montant des

    capitaux propres de lentreprise.

    Exemple dapplication

    Le bilan de la socit X se prsente comme suite :

    ACTIF PASSIF

    Actif immobilis

    A.C.H.T

    Trsorerie-actif

    66000

    72000

    17600

    Capital social

    Rserves lgales

    Report nouveau

    Rsultat net

    Dettes de financement

    Dettes du passif circulant

    80000

    4000

    -8000

    16800

    40000

    22800

    Total 155600 Total 155600

    Affecter le rsultat net sachant que la totalit des bnfices

    sera distribue.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 40

    1.4. Les reclassements des dettes

    - Les dettes plus ou moins un an : Ces dettes seront

    reclasses en fonctions des informations dont dispose

    lanalyste en dettes plus dun an ou dettes moins dun

    an.

    - Les comptes dassocis crditeurs : Ils font normalement

    partie du P.C.H.T. Lorsquil existe une convention

    matrialisant un engagement de longue dure de la part des

    actionnaires, le montant correspondant est assimil des

    ressources plus dun an.

    - Les dettes fiscales diffres ou latentes : il sagit de

    limposition diffre ou latente des subventions

    dinvestissement ; des provisions rglementes et provision

    pour risques et charges.

    La fiscalit diffre concerne les subventions

    dinvestissement et les provisions rglementes, dont les

    montants devront tre rapports ultrieurement au rsultat

    imposable de lentreprise. Dun point de vue financier, cette

    imposition diffre doit tre prise en compte. La dette

    fiscale correspondante, calcul au taux dimposition de

    lentreprise, sera assimile, en fonction de son chance

    plus au moins un an soit aux dettes de financement, soit au

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 41

    PCHT. La fraction nette dimpt sera incorpore aux fonds

    propres.

    La fiscalit latente concerne les provisions pour risque

    et charges sans objet rel ou avec un objet tout fait

    alatoire, qui sont rintgrer au rsultat imposable de

    lentreprise, et qui doivent par consquent supporter limpt

    sur les rsultats. Dun point de vue financier, il est possible

    de rapporter aux capitaux propres la partie nette dimpts et

    de classer limpt latent en dettes de financement ou au

    PCHT, en fonction de lchance.

    - Les obligations cautionnes : elles matrialisent le crdit

    accord par ladministration des douanes ou fiscales

    lentreprise. Comptablement, les obligations cautionnes

    figurent parmi les dettes fournisseurs et comptes

    rattachs , alors quelles constituent un vritable

    financement bancaire court terme. Aussi, est-il

    recommand de les retrancher des dettes fournisseurs et

    comptes rattachs, et les assimiler de la trsorerie-passif.

    1.5. Les retraitements des engagements hors bilan

    Le crdit bail est un contrat dure dtermine, par

    lequel la socit de crdit bail acquiert un bien la demande

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 42

    de son client, et le lui loue moyennant un chancier

    convenu.

    Dun point de vue financier, lapprciation ralise de

    loutil industriel et commercial ou actif conomique de

    lentreprise ncessite la prise en compte des biens acquis en

    crdit bail, dans la mesure o ils contribueront son activit

    conomique.

    Le retraitement comptable du crdit-bail peut tre

    effectu selon le procd suivant :

    - inscription lactif des biens financs par crdit-bail pour

    leur valeur comptable nette, cest--dire leur valeur

    dorigine, diminue des amortissements thoriques ;

    - constatation en dettes de financement au passif dun

    emprunt quivalent.

    Exemple dapplication :

    Soit une immobilisation acquise en crdit-bail le

    01/07/2002. le contrat stipulait que :

    - La valeur dorigine de limmobilisation est 100 000

    dhs

    - la dure du contrat : 5 ans

    - le montant du loyer annuel est de 32 000 dhs.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 43

    Quels seront les retraitements ncessaires au

    31/12/2005 sachant que la dure de vie du matriel est 5

    ans ?

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 44

    Rsum des principaux retraitements effectuer

    (selon lapproche financire) ACTIF :

    1- Actif immobilis (actif + 1 an)

    Total de l'actif immobilis (en valeurs nettes)

    retrancher de l'actif immobilis

    immobilisations en non valeurs (-)Actifs - Frais prliminaires

    fictifs - Primes de remboursement des obligations

    - Charges rpartir /exercices

    Ecart de conversion actif sur lments durables (si aucune provision n'a t constitue).

    (-) Les immobilisations financires moins d'un an :

    (prts moins d'un an).

    (-) moins values/immobilisations

    A ajouter l'actif immobilis

    + Plus-values / immobilisations

    + Stock outil

    + Actif circulant plus d'un an (crances + d'un

    an).

    2- Actif circulant (HT) (valeurs nettes)

    Total de l'actif circulant HT (net).

    A retrancher de l'actif circulant HT :

    - Stock outil

    - Ecart de conversion actif lments circulants

    (si aucune provision n'a t constitue)

    - Moins values / Elments circulants

    - Actif circulant plus d'un an (crances plus

    d'un an).

    - Titres de valeurs de placement facilement

    cessibles

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 45

    A ajouter l'actif circulant HT

    + Les immobilisations (prts moins d'un an)

    + Plus values / actif circulant (/ T.V.P)

    3- Trsorerie / Actif

    +Titres de valeurs de placement facilement

    cessibles

    PASSIF :

    1- Capitaux propres

    Total capitaux propres (y compris les subventions

    dinvestissements et les provisions rglementes) A ajouter :

    + plus values / actif total

    + Ecart de conversion / passif (lments durables

    et circulants)sauf la part de limpt latent + Provision sans objet nette d'impt latent

    A retrancher :

    - Actifs fictifs (immobilisations en non valeurs +

    Ecart de conversion -actif lments durables et

    circulants sil n y a pas de provision). -Dividendes (partie du rsultat distribu)

    -moins values /actif total

    -Impt latent/ subvent dinvestiss et provisions rglementes

    2- Dettes long et moyen terme (D.L.M.T)

    Total dettes de financement

    A ajouter aux dettes de financement

    + Dettes du passif circulant HT plus d'un an

    + Impt latent/ subvent dinves et prov rglentent (+) dun an

    A retrancher des dettes de financement

    - Dettes de financement moins d'un an

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 46

    - Provisions pour risques sans objet

    - Provisions pour risque avec objet moins dun an

    - Ecart de conversion / passif (lments durables).

    3- Dettes court terme:

    Total Passif circulant HT

    A ajouter au passif circulant HT

    + Dividendes

    + Impt latent / provision pour risques sans objet

    + Dettes de financement moins d'un an

    + Provisions pour risques avec objet mois dun an

    + Impt latent/ subv dinvest et provis rglements dun an A retrancher du passif circulant HT

    - Dettes du passif circulant plus d'un an

    - Ecart de conversion /passif (lments circulants).

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 47

    2. La notion d'quilibre financier

    2.1. La rgle de l'quilibre financier minimum

    Cette rgle peut s'noncer ainsi:

    Les emplois stables doivent tre financs par les ressources

    stables

    Il s'agit d'une rgle de bon sens et de prudence. En effet,

    les ressources attendues des actifs immobiliss s'talent sur

    la dure de leur vie et il est logique de vouloir utiliser ces

    ressources pour rembourser les financements

    correspondants. Pour cela, il faut que la dure de ceux-ci

    soit au moins gale la dure de vie des actifs concerns. Le

    non respect de cette rgle risquerait d'entraner des

    problmes de trsorerie.

    2.2 La cohrence FR-BFG

    En fait, le respect strict de la rgle de l'quilibre

    financier minimum ne garantit pas totalement l'absence de

    problmes de trsorerie. C'est pourquoi on estime qu'une

    marge de scurit est ncessaire. Cette marge est le fonds

    de roulement dont nous connaissons dj la dfinition et les

    formules de calcul.

    2.3. tude dynamique du FR, du BFG et de la trsorerie

    FR et BFG ne concident qu'exceptionnellement. En effet,

    ils n'voluent pas en fonction des mmes lments.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 48

    Fonds de roulement

    FR =Capitaux permanents Actif plus dun an

    Le fonds de roulement varie:

    - de manire continue, du fait des amortissements et du

    rsultat qui modifient, progressivement, le montant des

    financements permanents;

    - de manire discontinue, la suite d'oprations telles que:

    augmentation de capital, augmentation des dettes

    financires (sous rserve que les capitaux recueillis ne

    soient pas immdiatement investis), remboursement de

    dettes financires, distribution de dividendes, acquisitions

    d'immobilisations. De telles oprations sont relativement

    peu frquentes.

    Besoin de financement global

    En considrant une expression simplifie du BFG, telle

    que:

    BFG = Actif ( )1an hors exploitation HT - Dettes (-)

    1 an HT.

    On voit que le BFG varie sous l'effet d'oprations telles que:

    - achats au comptant (augmentation des stocks),

    - ventes au comptant et crdit (les ventes sont ralises

    au prix de vente et les stocks sont valus au cot de

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 49

    production...),

    - rglements des clients,

    - rglements aux fournisseurs...

    De telles oprations sont trs frquentes et le BFG varie

    donc en permanence.

    partir des observations ci-dessus, il est possible de

    reprsenter graphiquement les variations du FR et du BFG

    et de mettre en vidence les situations de trsorerie

    correspondantes.

    Application :

    Vous disposez des bilans rsums avant affectation dune

    entreprise pour les exercices 2002, 2003 et 2004.

    Bilans en milliers de dirhams.

    ACTIF 2002 2003 2004 PASSIF 2002 2003 2004

    . Actif

    immobilise

    net

    - Actif

    circulant

    (HT)

    - Trsorerie

    Passif

    1800

    1900

    -

    1580

    2490

    400

    1600

    3320

    470

    Financement

    permanent

    Passif circulant

    HT

    Trsorerie-

    passif

    2040

    1500

    160

    3260

    1080

    130

    3400

    1954

    36

    3700 4470 5390 3700 4470 5390

    1) Prsenter en valeur absolue et en valeur relative les

    grandes masses du bilan et analyser leur volution.

    2) Calculer le fonds de roulement financier, le besoin de

    financement global et la trsorerie nette.

    3) Interprter lvolution de cette entreprise.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 50

    Cas de synthse 1

    Vous disposez des documents suivants relatifs la socit

    X :

    -Bilan arrt au 31/12/N (annexe1) ;

    -Etat des chances et des dettes au 31/12/N (annexe 2)

    -Informations diverses (annexe 3)

    Annexe 1 Etat des chances des crances et des dettes au

    31/12/N

    CREANCES Montant brut Moins dun an Plus dun an

    Crances de lactif immobilis : Prt immobilis

    Crances de lactif circulant : Clients et comptes rattachs

    Autres dbiteurs

    Comptes de rgularisation

    6000

    550000

    99000

    9000

    2000

    545000

    99000

    9000

    4000

    5000

    DETTES

    Dettes de financement :

    Emprunts obligataires

    Autres dettes de financement Dettes du passif circulant :

    Fournisseurs

    Etat Autres cranciers

    Comptes de rgularisation Passif

    450000

    230000

    511000

    190000 79000

    500

    50000

    100000

    505000

    190000 64000

    500

    400000

    130000

    6000

    15000

    Annexe 2- Informations diverses

    1- Un dividende de 100000 sera distribu cette anne et

    130000 sera affect aux autres rserves.

    2- Contrat de crdit-bail :

    Date du contrat .1/1/N-1

    Valeur dorigine 200000

    Dure du contrat 5 ans

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 51

    Loyer annuel .. 50000

    3- le minimum du stock ncessaire pour un

    fonctionnement normal de la socit est 90000

    4- La provision pour risque et charge :

    - Une provision pour perte de change de 12000

    concernant des crances clients moins dun

    an ;

    - Une provision de 17000 pour un procs en

    appel dont lchance est plus dun an.

    5- Impt sur le rsultat :

    Le taux de limpt sur le rsultat est de 30%

    6- Frais de recherche et dveloppement vont dboucher

    trs prochainement sur le dpt dun brevet.

    7- La partie plus dun an des crances clients a t

    provisionne raison de 25%

    8- Annexe 1- Bilan au 31/12/N

    Travail faire: Etablir le bilan retrait patrimonial

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 52

    ACTIF Brut Amort et

    prov

    Net PASSIF Net

    ACTIF IMMOBILISE

    . Immob. en non-valeurs

    *Frais prliminaires

    *Charges rpatir

    * Primes de remb.

    . Immob. Incorporelles

    * Immob. en recherche

    *Brevets, marques, ..

    *Fonds commercial

    . Immob. corporelles

    *Terrains

    *Constructions

    *I.T.M.O

    *Autres immob corp

    * Immob en-cours

    . Immob. financires

    *Prt immobilis

    *Titres de participation

    ACTIF CIRCULANT H.T

    .Stocks

    *Matires et fournitures

    *Produits finis

    .Crances de lactif

    circulant

    * Fourn. Avance et acom

    *Clients

    *Autres dbiteurs

    *Comptes de rgul. A

    .Titres et valeurs placement

    .Ecart de conversion actif

    5000

    35000

    22800

    800

    3000

    12000

    260000

    900000

    1080000

    220000

    30000

    6000

    104050

    600000

    340000

    28000

    550000

    99000

    9000

    60000

    12000

    1000

    -

    -

    400

    2500

    -

    -

    750000

    290000

    45000

    -

    -

    5000

    8000

    25000

    -

    12750

    -

    -

    5000

    4000

    35000

    22800

    400

    500

    12000

    260000

    150000

    790000

    175000

    30000

    6000

    99050

    592000

    315000

    28000

    537250

    99000

    9000

    55000

    12000

    FINANCEMENT

    PERMANENT

    .Capitaux propres

    *Capital social

    -Capital souscrit non

    *Primes dmission

    *Rserves lgales

    * Autres rserves

    *Report nouveau

    * Rsultat de lex

    .Capitaux propres et assimils

    *Subv. dinvestissement

    *Provision rglement

    .Dettes de financement

    *Emprunts obligataires

    *Autres dettes de finan.

    . Provision D.R.C

    PASSIF C. H.T.

    .Dettes du passif circulant

    *Fournisseurs

    *Clients crditeurs

    *Etat

    *Autres cranciers

    *Comptes de rgula. P

    . Ecart de conversion passif

    1000000

    -150000

    120000

    30000

    400000

    1500

    246000

    42000

    13000

    450000

    230000

    29000

    511000

    16000

    190000

    79000

    500

    24000

    Total Actif 4376650 1144650 3232000 Total Passif 3232000

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 53

    Cas de synthse 2

    Vous disposez des bilans de trois annes 2002, 2003 et

    2004 de la socit X. On vous demande deffectuer les

    retraitements ncessaires pour lanalyse financire. Les

    valeurs sont exprimes en Milliers de Dhs.

    ACTIF 2002 2003 2004

    Actif immobilis 400 650 720

    Amortissements -100 -150 -120

    Stocks 600 800 900

    Crances de lactif circulant 200 400 500

    Trsorerie-actif 200 80 120

    Total actif 1300 1780 2120

    Informations complmentaire

    - Des immobilisations ont fait lobjet de financement

    PASSIF 2002 2003 2004

    Fonds propres

    - capital social

    - Subventions dinvestissement

    - Provisions rglementes

    200

    100

    50

    50

    140

    100

    40

    -

    430

    400

    30

    -

    Dettes de financement

    Provisions durables

    400

    -

    760

    200

    770

    -

    Dettes du passif circulant 700 680 920

    Total Passif 1300 1780 2120

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 54

    par la voie dun crdit bail en 2002 et 2004. Il sagit de

    matriel roulant dont la dure de vie est de 05 ans. Le

    contrat de crdit- bail est conclu pour une dure de 03

    ans. En 2002, la socit a acquis une voiture de

    direction pour une valeur dorigine de 140.000 Dhs, la

    redevance mensuelle est de 5.250 Dhs. En 2004,

    lentreprise a achet un camion remorque pour une

    valeur dorigine de 800.000 Dhs. La redevance

    mensuelle est de 30.000 Dhs.

    - Une partie des dettes de financement de 300.000 Dhs

    provient des comptes courants associs crditeurs

    bloqus. Elle est mise la disposition de la socit

    depuis 1995.

    - Laugmentation du capital intervenue en 2004 a lieu

    par incorporation des comptes courants associs

    crditeurs bloqus.

    - Le bien subventionn est achet le mois de dcembre

    1996, et au 31/12/96 il ntait pas encore mis en

    exploitation. Sa mise en service a eu lieu le 01/01/2002.

    Le bien est amortissable sur 05 ans.

    Travail Faire :

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 55

    On vous demande deffectuer les retraitements

    ncessaires et de prsenter un bilan financier.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 56

    CHAPITRE III : ANALYSE DE LACTIVITE ET

    APPRECIATION DES PERFORMANCES DE

    LENTREPRISE

    Lanalyse de lactivit comme objet du prsent

    chapitre porte sur lexamen du CPC et ltat des soldes de

    gestion et plus prcisment sur le tableau de formation du

    rsultat.

    A priori, il convient de souligner que deux

    prsentations du compte de produits et de charges sont

    envisageables. Une prsentation en compte o le CPC est

    lquivalent dun compte gnral qui regroupe plusieurs

    sous comptes en dbit (charges) et au crdit (produits), et

    une prsentation en liste o les comptes sont regroups de

    faon permettre dapprcier la formation du rsultat ses

    diffrentes phases : cycles courant et non courant. Le PCGE

    prconise cet effet, la prsentation en liste telle que nous

    lavons prsente dans le chapitre premier.

    Ltude du CPC suppose :

    - la ventilation des produits et des charges en lments

    dexploitation, financiers, courants et non courants ;

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 57

    - la matrise des diffrents soldes de gestion ;

    - la capacit doprer les retraitements ncessaires

    pour la prparation dun CPC refltant au mieux

    lactivit de lentreprise.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 58

    COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES (hors taxes)

    (Modle Normal)

    Exercice du .. au .. OPERATIONS TOTAUX DE TOTAUX DE

    Propres lexercice

    Concernant les L'EXERCICE L'EXERCICE

    Exercices PRECEDENT

    prcdents

    1 2 3=1+2 4

    E I PRODUITS COURANTS

    X * Ventes de marchandises (en l'tat)

    P * Ventes de biens et services produits

    L Chiffre d'affaires

    O * Variation de stocks de produits (+ -)(1)

    I * Immobilisations produites par

    T l'entreprise pour elle-mme

    A * Subventions d'exploitation

    T * Autres produits d'exploitation

    I * reprises d'exploitation et tranfert. charges

    O TOTAL I

    N II CHARGES D'EXPLOITATION

    * Achats revendus (2) de marchandises

    * Achats consomms(2) de matires

    et fournitures

    * Autres charges externes

    * Impts et taxes

    * Charges de personnel

    * Autres charges d'exploitation

    * Dotations d'exploitation

    TOTAL II

    III RESULTAT D'EXPLOITATION (I-II)

    F IV PRODUITS FINANCIERS

    I * Produits des titres de participation

    N et autres titres immobiliss

    A * Gains de change

    N * Intrts et autres produits financiers

    C * Reprises financires et transfert de charges

    I TOTAL IV

    E V CAHRGES FINANCIERES

    R * Charges d'intrts

    * Pertes de change

    * Autres charges financires

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 59

    * Dotations financires

    TOTAL V

    VI RESULTAT FINANCIER (IV-V)

    VI

    I

    RESULTAT COURANT (III - VI )

    N VII RESULTAT COURANT (reports) O VIII PRODUITS NON COURANTS N * Produits des cessions d'immobilisations

    * Subventions d'quilibre C * Reprises sur subventions. d'investissement O * Autres produits non courants

    U * Reprises non courantes et transfert de charges R TOTAL VIII A IX CHARGES NON COURANTES

    N * Valeurs nettes damorties Imm.cdes T * Subventions accordes * Autres charges non courantes

    * Dotations non courantes aux Amort et Prov TOTAL IX X RESULTAT NON COURANT (VIII-IX)

    XI RESULTAT AVANT IMPOTS (VII+ - X) XII IMPOTS SUR LES RESULTATS XIII RESULTAT NET (XI -XII)

    XIV TOTAL DES PRODUITS (I+IV+VIII) XV TOTAL DES CHARGES (II+V+IX+XII) XVI RESULTAT NET (total des produits -

    total des charges)

    1) Variation de stocks: Stock final - Stock initial;

    augmentation (+) ; diminution (-)

    2) Achats revendus ou achats consomms: achats -

    variation de stocks

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 60

    Ce compte de produits et de charges prsent selon les

    normes comptables en vigueur prsente certaines

    imperfections pour lanalyste financier et doit subir,

    limage du bilan, quelques retraitements en vue de rpondre

    aux exigences de lanalyse financire.

    Pour ce faire, les retraitements ncessaires portant sur le

    CPC concernent : la sous-traitance, les charges relatives au

    personnel extrieur lentreprise, les subventions

    dexploitation, les transferts de charges, les autres charges

    et les redevances de crdit-bail.

    I. LES RETRAITEMENTS DES POSTES DU CPC

    La richesse des informations apportes par le CPC est

    inconteste, toutefois afin dobtenir des indicateurs

    pertinents, il est ncessaire doprer des retraitements de

    certains postes du CPC condition que leur montant soit

    significatif.

    Ces retraitements portent sur : la sous-traitance, les

    charges relatives au personnel extrieur lentreprise, les

    subventions dexploitation, les transferts de charges, les

    redevances de crdit-bail, les impts et taxes, etc.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 61

    1. La sous-traitance

    Au niveau comptable le produit de vente de la sous-

    traitance est enregistr dans le compte de produits et de

    charges dans le poste 712. ventes de produits et de services

    produits.

    Afin davoir une ide claire sur lactivit conomique

    relle de lentreprise, il est recommand de ne pas inclure

    la sous-traitance dans le calcul de la consommation et la

    production de lexercice, lorsque cette sous-traitance na

    pas entran de valeur ajoute significative, cre par la

    structure propre de lentreprise. Dans ce cas, le produit

    de la sous-traitance est considr comme un produit

    accessoire et figurera au niveau des autres produits

    dexploitation.

    Toutefois, lorsque lactivit de lentreprise est base

    entirement sur la sous-traitance elle doit tre prise

    totalement en considration.

    2. Les rmunrations du personnel

    extrieur lentreprise Comptablement, le personnel extrieur lentreprise

    comprend le personnel intrimaire, le personnel occasionnel

    et le personnel dtach ou prt lentreprise et les charges

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 62

    y affrentes sont considres comme des autres charges

    externes.

    Du point de vue conomique ce type de personnel a

    contribu la formation de la valeur ajoute de lentreprise

    au mme titre que celui de lentreprise et son cot devrait

    par consquent tre ajout aux charges de personnel de

    lentreprise et retranch des charges externes.

    3. Les subventions dexploitation Les subventions dexploitation lorsquelles constituent

    un complment du prix de vente elles doivent tre ajoutes

    au chiffre daffaires. En effet, ces subventions reprsentent

    bien la contrepartie accorde aux entreprises obliges, par

    voie rglementaire, de vendre un prix de vente plus bas

    que celui du prix de revient conomique.

    Toutefois, lorsquelles constituent une contribution la

    couverture des charges dexploitation, elles doivent tre

    considres comme telles et elles restent dans leur compte

    dorigine.

    4. Les transferts de charges

    Les transferts de charges constituent des reprises sur

    charges ,dexploitation, financires et non courantes.

    Lors du calcul des soldes de gestion, ces transferts de

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 63

    charges ne sont pris en considration quaprs le calcul de

    lexcdent brut dexploitation (EBE).

    Or afin de respecter la symtrie de lanalyse entre les

    produits et les charges, il serait souhaitable, dans la mesure

    o les corrections sont significatives et o lon dispose

    dinformations suffisantes, de dduire ces montants de ceux

    des charges correspondantes.

    5. Les redevances de crdit-bail

    Le crdit-bail est assimil un emprunt auquel fait

    recours lentreprise pour financer ses immobilisations. Au

    niveau du CPC, les redevances de crdit-bail sont ainsi

    ventiles entre les dotations aux amortissements et les

    charges dintrts.

    Au niveau du bilan, ce retraitement donne lieu la

    constatation de limmobilisation avec sa valeur dorigine et

    sa contrepartie est constate au niveau des dettes de

    financement.

    Illustration

    Soit un matriel dont la valeur dorigine est de

    2.100.000 Dhs. La dure de vie comptable de ce bien est de

    04 ans. Sa valeur rsiduelle en fin de contrat est de 10.000

    Dhs. Les redevances annuelles de crdit-bail sont de

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 64

    750.000 Dhs. Procder au retraitement au CPC.

    6. Les retraitements lis la nature

    de lactivit Malgr lexistence de plans comptables sectoriels,

    la norme gnrale comptable ne permet pas toujours la

    ralisation immdiate dune analyse financire. La prise en

    considration de la nature de lactivit et la matrise des

    lments constitutifs de ce qui est courant et non courant, de

    ce qui est exploitation et financier est un pralable

    indispensable linterprtation des composantes du rsultat

    et lapprciation des performances de lentreprise.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 65

    II. LETAT DES SOLDES DE GESTION ET LE TABLEAU DE FORMATION DU RESULTAT

    ETAT DE SOLDES DE GESTION (ESG)

    (Modle normal)

    Exercice du.au.

    I . Tableau de formation des rsultats (TFR) Exercice

    N N-1

    1 . Ventes de marchandises (en l'tat)

    2 . Achats revendus de marchandises

    I = Marge commerciale

    II + Production de lexercice (3+4+5) 3 . Ventes de biens et services produits

    4 . Variation de stocks de produits (+ -)

    5 . Immobilisations produites par l'entreprise pour elle-mme

    III - Consommation de lexercice (6+7) 6 . Achats consomms de matires et fournitures

    7 . Autres charges externes

    IV = Valeur ajoute (I+II-III)

    8 + Subventions d'exploitation

    9 Impts et taxes 10 Charges de personnel

    V = Excdent brut dexploitation (EBE) ou insuffisance brute dexploitation (IBE)

    11 + Autres produits d'exploitation

    12 Autres charges d'exploitation 13 + Reprises d'exploitation et transferts de charges

    14 Dotations dexploitation

    VI = Rsultat dexploitation (+ou-) VII +/- Rsultat financier

    VIII = Rsultat courant (+ou -)

    IX +/- Rsultat non courant 15 Impts sur le rsultat

    X = Rsultat net de lexercice (+ou-)

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 66

    NOTA : Cette prsentation est une prsentation

    comptable. La version retenue par lanalyste financier

    est la version retraite du CPC.

    Comme le montre le tableau de formation des rsultats,

    les soldes de gestion peuvent tre dtermins en cascade.

    Ainsi deux grandes catgories dindicateurs de

    performances sont distinguer au niveau de ltat des soldes

    de gestion savoir : les indicateurs dactivit et les

    indicateurs de rentabilit.

    1. Les indicateurs dactivit Un des lments les plus importants de lactivit de

    lentreprise et qui napparat pas dans le tableau de

    formation des rsultats est celui du chiffre daffaires. Ce

    dernier englobe les ventes de marchandises en ltat ainsi

    que les biens et les services produits par lentreprise.

    CHIFFRE DAFFAIRES =

    VENTES DE MARCHANDISES EN LETAT +

    VENTES DE BIENS ET DE SERVICES

    PRODUITS

    Le chiffre daffaires traduit le volume des affaires

    ralises avec les tiers loccasion de lactivit

    conomique.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 67

    Pour le calcul du chiffre daffaires, les subventions

    dexploitation doivent y tre intgres lorsquelles

    compensent des contraintes imposes au prix de vente.

    Il en est de mme pour les redevances sur brevets,

    marques, droits et valeurs similaires qui constituent pour

    certaines entreprises une composante relle du chiffre

    daffaires.

    Le chiffre daffaires est un indicateur de lactivit

    externe qui traduit le volume et limportance des affaires de

    l'entreprise. Cest le premier indicateur qui intresse les

    partenaires tant financiers que commerciaux. Il est

    lorigine des rsultats dgags par lentreprise.

    Toutefois, limportance du chiffre daffaires nest pas

    toujours synonyme de rentabilit. Cette dernire doit tre

    analyse en approfondissant lanalyse travers les autres

    indicateurs du tableau de formation des rsultats.

    Pour lanalyste financier, il doit :

    - tudier les volutions prvisionnelles du chiffre

    daffaires,

    - expliquer les variations de ce chiffre daffaires,

    - et prciser son origine.

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 68

    MARGE BRUTE SUR VENTES EN LETAT =

    VENTES DE MARCHANDISES EN LETAT -

    ACHATS REVENDUS DES MARCHANDISES

    Le concept de marge brute sur ventes en ltat

    sapplique aux entreprises commerciales qui revendent

    leurs marchandises sans transformation. Il sapplique

    galement aux entreprises industrielles dont une partie de

    leur activit est commerciale dans la mesure o elles

    revendent les marchandises achetes en ltat sans subir de

    transformation. Elle constitue le supplment de valeur

    apporte par lentreprise dans le circuit de

    commercialisation.

    Les ressources dexploitation des entreprises

    commerciales proviennent essentiellement de lexcdent des

    ventes de marchandises sur le cot dachat des marchandises

    revendues en ltat (611).

    Rappelons que le cot dachat des marchandises

    revendues en ltat est gal aux achats revendus de

    marchandises + ou- variation des stocks de marchandises

    (6114).

    Au niveau de lanalyse de lactivit, il est souhaitable

  • Analyse financire 2014

    Pr. El MALLOUKI Pr. FEKKAK 69

    de calculer un taux de marge (hors taxes).

    Taux de marge = Marge brute sur ventes en ltat

    Ventes de marchandises

    Ce taux de marge doit tre du mme ordre de

    grand


Recommended